Sauter la barre de navigation du haut

À propos de RBC > Collectivités et durabilité > Nouvelles > Dans les villes, des surfaces asphaltées inutiles sont remplacées par des jardins et des espaces verts à la fois fonctionnels et esthétiques

Dans les villes, des surfaces asphaltées inutiles sont remplacées par des jardins et des espaces verts à la fois fonctionnels et esthétiques

« N'est-ce pas toujours le cas ?
On ne sait pas ce qu'on a
Jusqu'à ce qu'on l'ait perdu.
Ils ont asphalté le paradis et y ont mis un stationnement. »
Joni Mitchell, Big Yellow Taxi

Le 24 avril 2013 – Les paysages urbains en sont parsemés : herbes indigènes poussant sur les terre-pleins centraux des rues, petits îlots directionnels couverts de végétaux et de fleurs saisonnières plantées près des aires de stationnement. Bon nombre d'entre nous ne se rendent pas compte que ces espaces verts font plus qu'embellir nos collectivités. Ils sont volontairement aménagés en vue de protéger l'eau pour boire, nager et s'amuser.

Les surfaces dures comme les chaussées, les aires de stationnement et les trottoirs suscitent de réels problèmes dans les villes, surtout lorsqu'il pleut ou que la neige fond. Les surfaces asphaltées empêchent le sol d'absorber naturellement l'eau. Celle-ci s'écoule alors le long des surfaces, ramassant au passage polluants, sédiments et mégots de cigarette pour les transporter jusqu'aux cours d'eau desquels nous tirons notre eau potable.

C'est là qu'entre en jeu la Green Communities Foundation. Cette fondation a utilisé une subvention Projet Eau Bleue RBC de 50 000 $ en 2013 pour permettre à des organismes locaux de mettre en œuvre le programme Depave Paradise, qui vise à remplacer, dans les villes, les surfaces asphaltées inutiles par des jardins et des espaces verts à la fois fonctionnels et esthétiques.

Cet été, des activités de retrait de surfaces asphaltées auront lieu dans cinq villes, soit Peterborough, Mississauga, Kingston, Calgary et Ottawa.

« Les projets de retrait de surfaces asphaltées sont un excellent moyen de faire participer le grand public à la gestion de l'eau, affirme Liz Cooper, de l'organisme Hearthmakers Energy Cooperative, partenaire du projet de retrait de surfaces asphaltées à Kingston. Le geste direct d'arracher l'asphalte et le béton procure une satisfaction physique. Les bénévoles ne se contentent pas de tenir un kiosque ou de distribuer des fleurs. Quand on participe à des projets comme celui-ci, on développe un lien affectif envers le projet, ce qui favorise l'esprit communautaire et la responsabilisation. »

« La planification d'une activité de retrait de surfaces asphaltées n'est pas une mince affaire, étant donné le nombre de facteurs dont il faut tenir compte, comme le type de revêtement, les conditions du sol, le stationnement, la circulation routière, les lignes de services publics et les permis, pour n'en nommer que quelques-uns. Nous faisons beaucoup de recherche avant d'entreprendre un projet, et nous procédons à des séances de formation pour veiller à la sécurité des bénévoles, explique Clara Blakelock, Green Communities Foundation. Au total, le processus peut exiger plusieurs mois. Nous devons trouver un site bien visible, de même qu'un paysagiste pour nous assurer que notre aménagement respecte les principes d'écoconception. Sans compter la logistique requise pour enlever des centaines de kilos de béton ou d'asphalte. »

Tout ce travail trouve sa récompense pendant la journée de l'activité de retrait de surfaces asphaltées. Une fois le projet terminé, l'organisme partenaire collabore avec les bénévoles pour s'assurer que le jardin ou l'espace vert demeure en bon état.

« Le retrait de surfaces asphaltées est un geste très satisfaisant. L'aspect concret de cette activité contribue grandement au succès du programme Depave Paradise. Tout le monde peut le faire, il suffit d'avoir les outils, indique Liz Cooper. En retirant des surfaces asphaltées pour les remplacer par quelque chose qui a une incidence positive sur la collectivité, nous apportons une réelle contribution. »

Amorcé en 2007, le Projet Eau Bleue RBC est un engagement philanthropique d'envergure mondiale de 50 millions de dollars sur dix ans visant à protéger l'eau douce, maintenant et pour les générations à venir. À ce jour, nous avons versé plus de 38 millions de dollars canadiens à plus de 650 organismes de bienfaisance du monde entier qui favorisent l'accès à l'eau pour boire, nager et s'amuser. De plus, nous avons octroyé 7,8 millions de dollars à des universités pour la réalisation de programmes liés à l'eau. RBC entretient un partenariat de longue date avec la Green Communities Foundation : depuis 2008, elle lui a versé un total de 175 000 $ pour financer des projets.

Nous annoncerons les bénéficiaires de subvention 2014 du Projet Eau Bleue RBC pendant la Journée Eau Bleue RBC, le 12 juin 2014. Nous invitons les employés du monde entier à envisager le retrait de surfaces asphaltées comme activité de métamorphose Eau Bleue RBC. Ils peuvent également nettoyer un bassin hydrographique local ou se renseigner sur des questions liées à l'eau dans leur propre collectivité. L'an dernier, 18 000 employés ont participé à plus de 300 de ces activités de métamorphose partout dans le monde.