Skip Header Navigation

À propos de RBC > Salle de presse > Communiqués > RBC annonce la vente de RBC Eastern Caribbean

RBC annonce la vente de RBC Eastern Caribbean

TORONTO, le 12 décembre, 2019 - La Banque Royale du Canada (RY aux bourses de Toronto et de New York) a annoncé aujourd’hui la signature d’un accord définitif visant la vente de l’ensemble de ses activités bancaires* sous la marque RBC Eastern Caribbean (dans les Petites Antilles) à un consortium de banques de la région. L’opération se fera sous réserve des conditions de clôture habituelles, notamment l’obtention des approbations réglementaires et autres, et devrait être conclue au cours des prochains mois.

« Conformément à notre stratégie visant à occuper une position de chef de file concurrentiel dans les marchés où nous exerçons des activités, nous évaluons toujours les occasions qui se présentent. Plus tôt cette année, un consortium de banques de la région nous a présenté une proposition visant l’acquisition de RBC Eastern Caribbean, a déclaré Rob Johnston, chef, Services bancaires RBC Caribbean. Ayant fait le bilan de nos activités et réévalué notre stratégie, nous avons conclu que profiter de cette occasion constituait une bonne décision pour la réussite à long terme de RBC Caribbean et correspondait à notre raison d’être, contribuer à la réussite des clients et à la prospérité des collectivités. » 

La vente vise les succursales de la Banque Royale du Canada à Antigua, en Dominique, à Montserrat, à Sainte-Lucie et à Saint-Kitts-et-Nevis, ainsi que des unités régionales exerçant leurs activités sous la dénomination RBC Financial (Caribbean) Limited à Nevis, à la Grenade et à Saint-Vincent-et-les Grenadines. Collectivement, ces activités sont désignées par « RBC Eastern Caribbean ». Les cinq entités financières membres du consortium sont 1st National Bank of St. Lucia, Antigua Commercial Bank Ltd., National Bank of Dominica Ltd., Bank of Montserrat et The Bank of Nevis Ltd.

Johnathan Johannes, premier directeur général, 1st National Bank of St. Lucia, a déclaré : « Nous avons créé le consortium expressément pour accroître la présence d’entités financières de propriété locale au sein de l’Union monétaire des Caraïbes orientales. Grâce à cette opération, nous aurons la taille et l’échelle nécessaires pour tirer profit d’occasions de plus grande envergure et jouer un rôle plus actif dans le développement de nos pays respectifs. Cette opération est la première étape vers la concrétisation de synergies, de gains d’efficience et d’occasions de marketing interterritorial d’une importance accrue. »

« RBC exerce des activités dans les Antilles depuis plus de 100 ans, soit depuis plus longtemps que dans certaines régions du Canada. Nous demeurons résolus à contribuer à la prospérité des Antilles et à mettre en œuvre une vision de l’innovation numérique allant au-delà des services traditionnels, a déclaré M. Johnston. Cette opération nous permettra de recentrer notre stratégie sur les marchés antillais les plus propices à la concrétisation de cette vision. »

« L’autodétermination est le plus haut niveau de l’autonomisation — et les banques de la région qui acquièrent ces activités auront encore plus de moyens d’influer sur le développement de leurs collectivités », a ajouté M. Johnston. 

M. Johannes a ajouté : « Au nom des banques de la région, je peux affirmer que nous attendons avec enthousiasme cette occasion ».

Le consortium EC a été conseillé par PwC (Jamaica) sous la direction de Wilfred Baghaloo, qui a ajouté : « Cette opération démontre que les États et les entreprises des Antilles peuvent s’unir lorsque les circonstances s’y prêtent ».

Les modalités financières de l’opération n’ont pas été divulguées. RBC publiera ses résultats du premier trimestre de 2020 le 21 février 2020. La diffusion sera suivie d’une conférence téléphonique.

RBC DANS LES ANTILLES
Au service des Antilles depuis plus de 100 ans, RBC est présente dans 17 pays de l’archipel, où elle compte 52 succursales, plus de 3 200 employés et plus d’un million de clients. Comptant parmi les principales entreprises de services financiers diversifiés dans les Antilles, RBC offre des services bancaires aux particuliers et aux entreprises, des services de gestion de patrimoine, des services à la grande entreprise et de banque d’investissement, des services d’assurance et de fiducies, et des services de gestion d’actifs ; sa clientèle diversifiée comprend les particuliers, les petites entreprises, les entités commerciales générales, les sociétés régionales et internationales, et les gouvernements. Pour obtenir de plus amples renseignements, allez à rbc.com/caribbean.

Aperçu de RBC
La Banque Royale du Canada est une institution financière mondiale définie par sa raison d’être, guidée par des principes et orientée vers l’excellence en matière de rendement. Notre succès est attribuable aux quelque 85 000 employés qui concrétisent notre vision, nos valeurs et notre stratégie afin que nous puissions contribuer à la prospérité de nos clients et au dynamisme des collectivités. Selon la capitalisation boursière, nous sommes la plus importante banque du Canada et l’une des plus grandes banques du monde. Nous avons adopté un modèle d’affaires diversifié axé sur l’innovation qui nous permet d’offrir des expériences exceptionnelles à nos 17 millions de clients au Canada, aux États-Unis et dans 34 autres pays. Pour en savoir plus, visitez le site rbc.com .

Nous sommes fiers d’appuyer une grande diversité d’initiatives communautaires par des dons, des investissements dans la collectivité et le travail bénévole de nos employés. Pour de plus amples renseignements, visitez le site rbc.com/collectivite-impact-social.

Mise en garde au sujet des déclarations prospectives

À l’occasion, nous faisons, verbalement ou par écrit, des déclarations prospectives au sens de certaines lois sur les valeurs mobilières, y compris les « règles d’exonération » de la Private Securities Litigation Reform Act of 1995 des États-Unis et de toute loi sur les valeurs mobilières applicable au Canada. Nous pouvons faire de telles déclarations prospectives dans le présent communiqué, dans d’autres documents déposés auprès des organismes de réglementation canadiens ou de la Securities and Exchange Commission des États-Unis, dans d’autres rapports aux actionnaires et dans d’autres communications. L’information prospective contenue dans le présent communiqué est fournie afin d’aider les détenteurs de nos titres et les analystes financiers à comprendre notre situation financière et nos résultats d’exploitation, ainsi que nos objectifs en matière de rendement financier, notre vision et nos objectifs stratégiques, et pourrait ne pas convenir à d’autres fins. Les mots « croire », « s’attendre à », « prévoir », « se proposer », « estimer », « planifier », « projeter », « devoir » et « pouvoir », de même que l’emploi du futur ou du conditionnel ainsi que de mots et d’expressions semblables dénotent généralement des déclarations prospectives.

De par leur nature même, les déclarations prospectives reposent sur des hypothèses et font l’objet d’incertitudes et de risques intrinsèques pouvant faire en sorte que nos prédictions, prévisions, projections, attentes et conclusions se révèlent inexactes, que nos hypothèses soient incorrectes, et que nos objectifs en matière de rendement financier, notre vision et nos objectifs stratégiques ne se matérialisent pas. Nous avertissons les lecteurs de ne pas se fier indûment à ces déclarations, puisque nos résultats réels pourraient différer sensiblement des attentes exprimées dans ces déclarations prospectives en raison d’un certain nombre de facteurs de risques. Ces facteurs, dont plusieurs sont indépendants de notre volonté et dont nous pouvons difficilement prédire les effets, comprennent : les risques de crédit, de marché, de liquidité, de financement, d’assurance, de non-conformité à la réglementation et de concurrence, les risques opérationnels, stratégiques et réputationnels, les risques liés au cadre juridique et réglementaire, les risques généraux du marché ainsi que d’autres risques qui sont expliqués aux rubriques de notre rapport annuel pour l’exercice terminé le 31 octobre 2019 (rapport annuel 2019), incluant le risque lié aux technologies de l’information et les cyber-risques, les risques liés à la confidentialité, aux données et aux tierces parties, l’incertitude géopolitique, le marché résidentiel canadien et l’endettement des ménages, les changements de réglementation, les perturbations numériques et l’innovation, les changements climatiques, la conjoncture commerciale et économique dans les régions où nous exerçons nos activités, l’incidence des modifications des politiques gouvernementales fiscales, monétaires et autres, le risque fiscal et la transparence, et le risque environnemental et social.

Nous tenons à préciser que la liste susmentionnée de facteurs de risque n’est pas exhaustive et que d’autres facteurs pourraient avoir une incidence défavorable sur nos résultats. Les investisseurs et autres personnes qui se fient à nos déclarations prospectives pour prendre des décisions à notre égard doivent bien tenir compte de ces facteurs et d’autres incertitudes et événements potentiels. Les hypothèses économiques importantes qui sous-tendent les déclarations prospectives contenues dans le présent communiqué sont présentées à la rubrique Examen de la conjoncture économique, des marchés et du contexte réglementaire et perspectives et, pour chacun de nos secteurs d’exploitation, aux rubriques Priorités stratégiques et Perspectives de notre rapport annuel 2019.

Sauf si la loi l’exige, nous ne nous engageons pas à mettre à jour quelque déclaration prospective que ce soit, verbale ou écrite, que nous pouvons faire ou qui peut être faite pour notre compte à l’occasion. Des renseignements supplémentaires sur ces facteurs et sur d’autres facteurs sont fournis aux rubriques portant sur les risques de notre rapport annuel 2019.

- 30 -

Personne-ressource, médias :

Canada
AJ Goodman, 416-955-7014, aj.goodman@rbc.com

Caribbean
Jacqueline Taggart, 416-974-0430, jacqueline.taggart@rbc.com