Skip Header Navigation

À propos de RBC > Salle de presse > Communiqués > Edmonton est la meilleure ville pour le travail des jeunes selon le tout premier Indice du travail urbain de YouthfulCities

Edmonton est la meilleure ville pour le travail des jeunes selon le tout premier Indice du travail urbain de YouthfulCities

Les résultats démontrent que les villes canadiennes qui souhaitent attirer les jeunes talents ont du pain sur la planche

Edmonton est en tête du nouvel Indice du travail urbain de YouthfulCities

Edmonton est en tête du nouvel Indice du travail urbain de YouthfulCities
Infographique

TORONTO, le 4 février, 2019 - 

YouthfulCities lance aujourd’hui l’Indice du travail urbain, le premier en son genre à analyser particulièrement le travail en milieu urbain au Canada. L’indice, financé par Objectif avenir RBC, classe 21 villes canadiennes selon 48 indicateurs liés au travail urbain. C’est Edmonton qui y occupe le premier rang au pays, ayant obtenu 713,86 points sur un maximum de 1 310 points.

« À mesure que la population du Canada vieillit, nous devons nous assurer que nos villes offrent aux jeunes des possibilités de travail attrayantes, déclare Robert Barnard, cofondateur de YouthfulCities. En nous inspirant de ce nouvel indice, nous lançons un défi au Canada et à ses villes : se donner pour objectif le plein emploi des jeunes (taux de chômage des jeunes inférieur à 6 %) d’ici 2024. Nul doute que nous pouvons et devons en faire plus. Il faut amorcer un dialogue national sur l’avenir du travail en milieu urbain et le rôle crucial que les jeunes y joueront. »

Dans un contexte où 87 % des jeunes Canadiens de 15 à 29 ans vivent dans des villes, l’Indice du travail urbain de YouthfulCities offre aux jeunes un moyen d’explorer les meilleures villes sur le plan du travail. L’indice utilise une définition large du travail, axée sur les jeunes, qui comprend quatre volets thématiques : l’éducation (coût, accès, apprentissage intégré au travail), l’entrepreneuriat (esprit d’entreprise, accès à l’espace, programmes), l’abordabilité (logement, services publics, transport, aliments/vêtements, loisirs, santé) et l’emploi (emploi de base, emploi de carrière, profil économique de la ville, programmes).

Les villes canadiennes ont été classées selon leur résultat sur un total de 1 310 points, en fonction de 48 indicateurs liés au travail urbain. Voici le classement :

  1. Edmonton (713,86)
  2. Montréal (708,13)
  3. Ottawa (697,91)
  4. Sudbury (681,52)
  5. Kitchener-Waterloo (665,63)
  6. Hamilton (655,40)
  7. Québec (645,90)
  8. Mississauga (641,81)
  9. Victoria (635,37)
  10. Toronto (622,60)
  11. St. John’s (620,34)
  12. Moncton (614,50)
  13. Calgary (600,69)
  14. Kelowna (583,77)
  15. Vancouver (571,00)
  16. Oshawa/Durham (560,77)
  17. Yellowknife (555,35)
  18. Charlottetown (541,73)
  19. Saskatoon (540,73)
  20. Halifax (535,75)
  21. Winnipeg (488,55)

Valerie Chort, vice-présidente, Citoyenneté d’entreprise, RBC, voit un lien clair entre l’Indice du travail urbain de YouthfulCities et l’engagement de RBC à outiller les jeunes Canadiens pour les emplois de demain au moyen d’Objectif avenir RBC.

« Le marché du travail canadien change, et nous pouvons collectivement aider les jeunes à se préparer aux ambiguïtés de l’avenir, déclare Mme Chort. L’indice du travail urbain vise à élargir le dialogue sur le travail en milieu urbain, en y faisant participer le gouvernement, les éducateurs, le secteur public, les organismes sans but lucratif et surtout les jeunes. L’indice n’est pas une liste de villes gagnantes ou perdantes ; il dresse plutôt un portrait détaillé des occasions qui se présentent dans nos centres urbains. Il contribue à confirmer l’efficacité des investissements que nous réalisons déjà dans nos collectivités, tout en indiquant les éléments qui requièrent davantage d’efforts. »

Chacune des villes canadiennes classées aux trois premiers rangs de l’Indice du travail urbain, soit Edmonton, Montréal et Ottawa, présente des forces différentes. La plus grande force d’Edmonton est l’uniformité de ses résultats : elle se classe parmi les dix premières villes pour les quatre thèmes. En général, Montréal est une excellente ville pour le travail des jeunes, mais le coût de la vie y est plus élevé, ce qui l’a empêchée de se classer au premier rang. Quant à Ottawa, sa force la plus notable est l’abordabilité, mais elle n’affiche pas d’aussi bons résultats pour les mesures liées à l’emploi, par exemple le nombre d’emplois à temps plein pour les jeunes.

Peu importe leur place au classement, toutes les villes canadiennes ont des raisons d’être fières. D’après l’Indice du travail urbain, Halifax est au premier rang au chapitre du nombre de nouveaux emplois créés (suivie de St. John’s et de Kitchener-Waterloo), et Sudbury offre le logement le plus abordable (suivie de St. John’s et de Hamilton). Winnipeg est au premier rang ex æquo avec Vancouver et Victoria quant au barème d’éducation autochtone, et Yellowknife pourrait être le meilleur lieu de travail pour les jeunes femmes, puisque cette ville occupe le premier rang en matière de parité hommes-femmes (suivie de Hamilton et Charlottetown).

« Il y a des points à améliorer partout, mais chacune des 21 villes s’est classée parmi les premières pour au moins un des indicateurs. Nous pouvons voir cela comme un excellent point de départ pour nous améliorer », dit M. Barnard.

Méthode de classement
L’indice du travail urbain de YouthfulCities a classé les 21 villes canadiennes en tenant compte de 16 attributs urbains, qui regroupent 48 indicateurs au total. Ces indicateurs se fondent sur des données primaires et secondaires recueillies par de jeunes chercheurs urbains dans chaque collectivité. Les données sont recueillies à l’échelle locale et transmises au moyen de cahiers de recherche infonuagiques utilisés en collaboration, puis vérifiées de manière centralisée, normalisées et compilées pour établir le classement des 21 villes.

YouthfulCities
Depuis 2012, YouthfulCities a élaboré des programmes visant à constituer une base de connaissances unique sur les villes, tout en invitant les jeunes (de 15 à 29 ans) à concevoir et à mettre en œuvre des solutions innovatrices aux problèmes prioritaires de leurs villes. Les indices urbains créés par l’organisme amorcent un dialogue crucial sur l’importance des jeunes pour l’avenir des villes. 

Aperçu de RBC
La Banque Royale du Canada est une institution financière mondiale définie par sa raison d’être, guidée par des principes et orientée vers l’excellence en matière de rendement. Notre succès est attribuable aux quelque 84 000 employés qui concrétisent notre vision, nos valeurs et notre stratégie afin que nous puissions contribuer à la prospérité de nos clients et au dynamisme des collectivités. Selon la capitalisation boursière, nous sommes la plus importante banque du Canada et l’une des plus grandes banques du monde. Nous avons adopté un modèle d’affaires diversifié axé sur l’innovation qui nous permet d’offrir des expériences exceptionnelles à nos 16 millions de clients au Canada, aux États-Unis et dans 34 autres pays. Pour en savoir plus, visitez le site rbc.com.

Nous sommes fiers d’appuyer une grande diversité d’initiatives communautaires par des dons, des investissements dans la collectivité et le travail bénévole de nos employés. Pour de plus amples renseignements, visitez le site rbc.com/collectivites-durabilite.

- 30 -

Pour de plus amples renseignements, veuillez communiquer avec :
Elynn Wareham, RBC, elynn.wareham@rbc.com, 647 533-8152
Emma McKay, RBC, emma.mckay@rbc.com, 437 488-2438
Robert Barnard, YouthfulCities, robert@youthfulcities.com, 416 953-9956
Lia McKay, Stellick – Renseignements régionaux, lmckay@gotoguys.net,
416 603-9452, poste 302