Skip Header Navigation

À propos de RBC > Salle de presse > Communiqués > L'accessibilité à la propriété diminue dans l'ensemble au Canada, masquant les conditions locales divergentes au quatrième trimestre de 2014, selon Recherche économique RBC

L'accessibilité à la propriété diminue dans l'ensemble au Canada, masquant les conditions locales divergentes au quatrième trimestre de 2014, selon Recherche économique RBC

 

Les fortes hausses du prix des maisons en Ontario sont un facteur clé de cette érosion

 

TORONTO, le 3 mars, 2015 - De solides hausses de prix en Ontario ont joué un rôle clé dans la légère érosion de l’accessibilité à la propriété au Canada au quatrième trimestre de 2014, selon la dernière édition du rapport Tendances immobilières et accessibilité à la propriété publié par Recherche économique RBC.

Selon RBC, bien qu’au quatrième trimestre de 2014, pour un deuxième trimestre de suite, il ait été légèrement moins abordable de détenir une propriété à la valeur du marché au Canada, les tendances de l’accessibilité sont restées relativement stables depuis 2010. Ce qui signifie que les coûts de propriété ne constituaient pas un fardeau plus lourd à la fin de 2014 qu’en 2010 pour un ménage type. Néanmoins, un des principaux marchés régionaux a eu des effets étendus au cours du dernier trimestre sur l’ensemble des statistiques d’accessibilité à l’échelle nationale.

« Nous surveillons Toronto très étroitement, car c’est un marché qui a montré à maintes reprises une baisse de l’accessibilité – ce qui dénote que la propriété d’une maison dans la région, surtout une maison unifamiliale individuelle, représente une difficulté pour beaucoup d’acheteurs locaux », a déclaré Craig Wright, premier vice-président et économiste en chef, RBC. « Bien que nous ayons constaté certaines améliorations depuis quelques années, Vancouver arrive encore en tête des marchés les moins abordables au Canada. »

Le rapport souligne qu’après avoir montré une robustesse étonnante depuis le printemps de l’an dernier, le marché de la revente a connu le recul mensuel le plus marqué en quatre ans et demi à la fin de 2014, alors que le nombre de maisons qui ont changé de mains a chuté de 5,6 % entre novembre et décembre. Janvier 2015 a suivi la même tendance, les reventes reculant encore de 3,1 %. D’après RBC, ce nouveau repli est principalement attribuable au fléchissement marqué des prix du pétrole, qui a réduit la confiance dans les provinces productrices de pétrole.

« Calgary est devenue un marché d’acheteurs au quatrième trimestre après une période prolongée de près de trois ans où les vendeurs avaient l’avantage », a indiqué M. Wright. « Les conditions de l’offre et de la demande sur la plupart des autres marchés régionaux sont restées généralement équilibrées, à l’exception de Vancouver, qui s’est démarquée comme un marché de vendeurs ».

À la mi-janvier, la Banque du Canada a réduit son taux du financement à un jour à 0,75 %, déclenchant ainsi des baisses de taux hypothécaires, tant fixes que variables. Selon RBC, ces baisses devraient aider à améliorer l’accessibilité à la propriété à court terme.

« Comme les pressions à la hausse sur les prix sont limitées dans la plupart des marchés locaux, de plus faibles taux d’intérêt devraient avoir un effet positif sur l’accessibilité », a ajouté M. Wright. « Cependant, d’ici 2016, nous nous attendons à ce que la Banque du Canada renverse la vapeur et commence à normaliser sa politique monétaire – toute hausse des taux d’intérêt menacerait d’éroder la situation de l’accessibilité et de nuire à la demande au Canada. »

La mesure d’accessibilité à la propriété de RBC exprime la proportion du revenu avant impôts qu’un ménage doit consacrer aux coûts de possession d’une propriété appartenant à une catégorie précise, selon les valeurs actuelles du marché (une augmentation de la mesure représente une diminution de l’accessibilité à la propriété).

Au cours du dernier trimestre de 2014, l’accessibilité à l’échelle nationale a légèrement augmenté de 0,1 point de pourcentage à 42,7 % pour les bungalows et de 0,2 point de pourcentage à 48,1 % pour les maisons à deux étages. La mesure pour les copropriétés s’est maintenue à 27,4 %. Les mesures de la RBC demeurent près des moyennes antérieures pour la plupart des marchés du pays.

Dans les grandes villes canadiennes, la mesure d’accessibilité à la propriété de RBC pour le bungalow individuel de référence s’est établie aux valeurs suivantes pour le quatrième trimestre de 2014 : 82,4 à Vancouver (baisse de 1,2 point de pourcentage par rapport au troisième trimestre) ; 56,8 à Toronto (hausse de 0,8 point de pourcentage) ; 37,3 à Montréal (inchangé) ; 36,0 à Ottawa (hausse de 0,2 point de pourcentage) ; 33,7 à Calgary (baisse de 0,6 point de pourcentage) ; 33,5 à Edmonton (hausse de 0,1 point de pourcentage).

La mesure d’accessibilité à la propriété, que RBC calcule depuis 1985, est fondée sur le calcul du montant qu’il en coûte pour posséder un bungalow individuel (soit une référence raisonnable pour le marché canadien de l’habitation) à la valeur de marché. D’autres catégories de propriétés sont aussi représentées dans l’indice, notamment la maison de deux étages et la copropriété. Plus la mesure est élevée, plus il en coûte cher pour acquérir et détenir une propriété, selon les valeurs du marché. Ainsi, une mesure d’accessibilité de 50 % signifie que les coûts de propriété, y compris les versements hypothécaires, les services publics et les impôts fonciers, absorbent 50 % du revenu mensuel avant impôts d’un ménage type.

Il est important de noter que la mesure de RBC vise à évaluer les coûts de propriété associés à l’achat d’une maison selon la valeur actuelle sur le marché. Elle ne représente pas les coûts réels payés par les propriétaires actuels, la grande majorité d’entre eux ayant acheté leur maison par le passé selon des valeurs considérablement différentes de celles en cours dans les derniers mois.

Faits saillants pour l’ensemble du Canada :

Colombie-Britannique : légère amélioration des conditions d’accessibilité

  • L’accessibilité à la propriété s’est légèrement améliorée pour toutes les catégories de propriétés mesurées par la RBC, reflétant principalement un renforcement du revenu des ménages découlant de meilleures perspectives économiques dans la province. Au quatrième trimestre, les mesures de la RBC ont baissé de 0,1 à 0,7 point de pourcentage.

Alberta : la propriété demeure relativement accessible, malgré une confiance économique malmenée

  • L’accessibilité à la propriété est demeurée généralement inchangée en Alberta au quatrième trimestre, restant plutôt attrayante comparativement aux autres provinces et aux moyennes antérieures. La mesure de la RBC pour les bungalows a reculé de 0,4 point de pourcentage, tandis que celles des copropriétés et des maisons à deux étages sont restées inchangées.

Saskatchewan : les baisses de prix se traduisent par une amélioration de l’accessibilité

  • Les baisses de prix dans la province au quatrième trimestre de 2014 ont contribué à un cinquième trimestre consécutif d’amélioration de l’accessibilité. Les mesures de la RBC ont chuté de 0,6 point de pourcentage, tant pour les bungalows que pour les maisons à deux étages. La mesure relative aux copropriétés a cependant affiché une hausse de 0,6 point de pourcentage.

Manitoba : l’accessibilité s’améliore dans l’ensemble du marché du logement de la province

  • Il est devenu plus abordable d’acheter une maison au Manitoba au quatrième trimestre de 2014 ; les mesures de la RBC ont chuté dans toutes les catégories de propriétés (de 0,1 à 0,4 point de pourcentage comparativement au troisième trimestre).

Ontario : de solides conditions du marché du logement influent sur l’accessibilité

  • Le marché du logement en Ontario s’est écarté de la tendance à l’amélioration de l’ensemble du Canada au quatrième trimestre de 2014. Les mesures de la RBC ont augmenté dans toutes les catégories, de 0,2 à 1,0 point de pourcentage.

Québec : les améliorations généralisées de l’accessibilité se poursuivent

  • Les améliorations constantes de l’accessibilité à la propriété au Québec se sont poursuivies au quatrième trimestre de 2014, où les mesures de la RBC ont fléchi pour toutes les catégories suivies. Les mesures ont ainsi baissé de 0,6 point de pourcentage pour les maisons à deux étages et de 0,4 point de pourcentage tant pour les bungalows que pour les copropriétés.

Provinces de l’Atlantique : un des marchés les plus abordables du Canada

  • Les acheteurs de la région ont continué de connaître certaines des conditions les plus abordables du pays au quatrième trimestre de 2014. Les mesures d’accessibilité de RBC ont diminué tant pour le segment des maisons à deux étages que pour celui des bungalows, de 0,5 et de 0,1 point de pourcentage, respectivement. La mesure pour le segment des copropriétés a connu une légère hausse de 0,1 point de pourcentage.

Le rapport Tendances immobilières et accessibilité à la propriété sera disponible en ligne dans son intégralité aujourd’hui à compter de 8 h (HE).

- 30 -

Pour obtenir de plus amples renseignements, veuillez communiquer avec :

Craig Wright, économiste en chef, Recherche économique RBC, 416 974-7457
Robert Hogue, économiste principal, Recherche économique RBC, 416 974-6192
Raymond Chouinard, Médias et relations publiques, 514 874-¬6556