Skip Header Navigation

À propos de RBC > Salle de presse > Communiqués > La propriété d'un logement devient légèrement plus abordable au Canada au troisième trimestre de 2014, selon recherche économique RBC

La propriété d'un logement devient légèrement plus abordable au Canada au troisième trimestre de 2014, selon recherche économique RBC

 

Les baisses de prix en Saskatchewan ont suscité certaines des meilleures améliorations de l’accessibilité dans les marchés locaux et provinciaux ; l’accessibilité s’est aussi accrue pour les appartements en copropriété au Québec

 

TORONTO, le 26 novembre, 2014 -  Être propriétaire de son logement est devenu plus abordable dans l’ensemble du Canada au troisième trimestre de 2014 malgré une augmentation générale des prix immobiliers résidentiels, selon la dernière édition du rapport Tendances immobilières et accessibilité à la propriété publié par Recherche économique RBC.

« Au troisième trimestre, il était un peu plus facile d’être propriétaire de son logement grâce à l’augmentation du revenu des ménages, à des taux d’intérêt bas et stables et à une diminution des coûts des services publics dans beaucoup de régions du pays. Même Toronto a eu droit à un répit, déclare Craig Wright, premier vice-président et économiste en chef, RBC. La revente de logements atteint pratiquement le niveau le plus élevé depuis le début de 2010 et le ton général sur le marché du logement du Canada est relativement bon à ce stade-ci. »

RBC relève que, dans l’ensemble du Canada, la revente a accéléré une huitième fois au cours des neuf derniers mois en octobre, ce qui reflète essentiellement une activité soutenue dans trois marchés en effervescence – Calgary, Toronto et Vancouver – où la forte demande dépasse l’offre. Cela contraste avec la situation d’équilibre ou de léthargie qui règne toujours ailleurs dans le pays, malgré des indices de renforcement de l’activité au troisième trimestre. Selon RBC, cette dichotomie sur le marché de la revente se manifeste aussi dans l’évolution des prix – les prix montent beaucoup plus vite à Calgary, Toronto et Vancouver que dans les autres marchés.

Le rapport explique que les baisses des taux hypothécaires fixes plus tôt cette année étaient l’une des raisons principales de la bonne tenue du marché immobilier résidentiel depuis le printemps. Prévoyant que la Banque du Canada relèvera son taux de financement à un jour vers le milieu de l’an prochain et que les taux à long terme commenceront à monter bien avant cela, RBC s’attend à ce que les taux d’intérêt exercent un effet ralentisseur sur le marché en 2015.

« La convergence d’une augmentation graduelle des taux d’intérêt et de la hausse des prix inversera probablement l’amélioration de l’accessibilité à la propriété enregistrée cette année et fera de plus en plus diminuer la demande des acheteurs d’un logement au Canada, poursuit M. Wright. Nous nous attendons à ce que la prochaine phase du cycle de l’immobilier résidentiel marque une transition vers un ralentissement de la revente et des augmentations de prix. »

La mesure d’accessibilité à la propriété de RBC exprime la proportion du revenu avant impôts qu’un ménage doit consacrer aux coûts de possession d’une propriété appartenant à une catégorie précise, selon les valeurs actuelles du marché (une diminution de la mesure représente une amélioration de l’accessibilité à la propriété).

Au troisième trimestre de 2014, l’accessibilité à l’échelle nationale a reculé de deux dixièmes de point à 47,8 pour cent pour une maison à deux étages et de trois dixièmes à 27,1 pour cent pour les appartements en copropriété. Pour les bungalows individuels, la mesure a légèrement augmenté d’un dixième de point à 42,6 pour cent.

« Il ressort des données les plus récentes que l’accessibilité des appartements en copropriété s’est généralement encore améliorée, une forte majorité des marchés du Canada ayant vu chuter la mesure de ce segment, commente M. Wright. Les appartements en copropriété demeurent l’option la plus abordable dans tous les marchés. »

Dans les grandes villes canadiennes, la mesure d’accessibilité à la propriété de RBC pour le bungalow individuel de référence s’est établie aux valeurs suivantes pour le troisième trimestre de 2014 : 83,6 à Vancouver (en hausse de 1,6 point de pourcentage par rapport au trimestre précédent) ; 56,3 à Toronto (en hausse de 0,3 point de pourcentage) ; 37,0 à Montréal (en baisse de 0,3 point de pourcentage) ; 35,7 à Ottawa (en baisse de 0,3 point de pourcentage) ; 34,2 à Calgary (en hausse de 0,6 point de pourcentage) ; 31.9 à Edmonton (en hausse de 0,2 point de pourcentage).

La mesure d’accessibilité à la propriété, que RBC calcule depuis 1985, est fondée sur le calcul du montant qu’il en coûte pour posséder un bungalow individuel (soit une référence raisonnable pour le marché canadien de l’habitation) à la valeur de marché. D’autres types d’habitation sont aussi représentés dans la mesure, notamment la maison à deux étages et l’appartement en copropriété. Plus la mesure est élevée, plus il en coûte cher pour acquérir et détenir une propriété, selon les valeurs du marché. Ainsi, une mesure d’accessibilité de 50 % signifie que les coûts de propriété, y compris les versements hypothécaires, les services publics et les impôts fonciers, absorbent 50 % du revenu mensuel avant impôts d’un ménage type.

Il est important de noter que la mesure de RBC vise à évaluer les coûts de propriété associés à l’achat d’une maison selon la valeur actuelle sur le marché. Elle ne représente pas les coûts réels payés par les propriétaires actuels, la grande majorité d’entre eux ayant acheté leur maison par le passé selon des valeurs considérablement différentes de celles en cours dans les derniers mois.

Faits saillants pour l’ensemble du Canada :

Colombie-Britannique : L’accessibilité sous pression

  • L’accessibilité à la propriété était sous pression au troisième trimestre dans la province ; les mesures de RBC ont augmenté pour toutes les catégories de logements entre 0,2 et 1,0 point de pourcentage. L’accessibilité reste faible comparativement aux normes historiques dans la province et les mesures ailleurs au Canada reflètent en grande partie les conditions extrêmes à Vancouver.

Alberta : L’accessibilité demeure relativement intéressante

  • En proportion du revenu des ménages, les coûts de propriété sont relativement bas en Alberta, comparativement aux moyennes à long terme et aux moyennes nationales. Les mesures de RBC pour la province au troisième trimestre ont augmenté de 0,4 point de pourcentage à la fois pour les bungalows et pour les maisons à deux étages. Celle des copropriétés a baissé de 0,2 point de pourcentage et se situe au plus bas niveau de toutes les provinces.

Saskatchewan : Les prix baissent et l’accessibilité s’améliore

  • Les baisses de prix dans la province ont contribué à une nette amélioration de l’accessibilité au troisième trimestre, particulièrement pour les bungalows. Les mesures de RBC ont chuté de 1,3 point de pourcentage pour les bungalows (la plus forte baisse au Canada) et de 0,4 point de pourcentage pour les maisons à deux étages et les appartements en copropriété.

Manitoba : Le logement devient en général plus abordable

  • L’accessibilité s’est généralement améliorée au troisième trimestre dans la province, comme c’est le cas depuis le milieu de 2013. Les mesures de RBC pour les bungalows et les appartements en copropriété ont baissé de 0,4 point de pourcentage et de 0,2 point de pourcentage, respectivement. La mesure pour une maison à deux étages a augmenté de 0,2 point de pourcentage.

Ontario : L’accessibilité reste légèrement tendue

  • Les acheteurs d’un logement dans la province ont profité d’une modeste amélioration de l’accessibilité, bien que celle-ci reste relativement comprimée – principalement dans la région de Toronto. Les mesures de RBC ont légèrement fléchi entre 0,1 point de pourcentage et 0,4 point de pourcentage dans les différentes catégories d’habitations.

Québec : Les niveaux d’accessibilité les plus intéressants depuis des années

  • L’accessibilité à la propriété a continué de s’améliorer dans la plus grande partie de la province, atteignant les niveaux les plus intéressants depuis des années. Au troisième trimestre, les mesures de RBC ont baissé de 0,8 point de pourcentage pour les appartements en copropriété et 0,4 point de pourcentage pour les maisons à deux étages. La mesure pour les bungalows est restée inchangée.

Provinces de l’Atlantique : L’accessibilité reste généralement favorable

  • Les acheteurs de logements dans la région jouissent de conditions d’accessibilité généralement favorables. La mesure de RBC pour les bungalows a baissé de 0,3 point de pourcentage et a légèrement augmenté de 0,1 point de pourcentage et de 0,2 point de pourcentage pour les maisons à deux étages et les appartements en copropriété respectivement. Les mesures de la région restent parmi les plus basses dans l’ensemble du pays.

Le rapport Tendances immobilières et accessibilité à la propriété sera disponible en ligne dans son intégralité aujourd’hui à compter de 8 h (HE).

- 30 -

Pour obtenir de plus amples renseignements, veuillez communiquer avec :
Craig Wright, économiste en chef, Recherche économique RBC, 416 974-7457
Robert Hogue, économiste principal, Recherche économique RBC, 416 974-6192
Raymond Chouinard, Médias et relations publiques, 514 874­6556