Skip Header Navigation

À propos de RBC > Salle de presse > Communiqués > RBC conclut la vente de ses activités bancaires en Jamaïque

RBC conclut la vente de ses activités bancaires en Jamaïque

TORONTO, le 27 juin, 2014 -  La Banque Royale du Canada (RY aux bourses de Toronto et de New York) a annoncé aujourd'hui la conclusion de la vente, annoncée précédemment, de RBC Royal Bank (Jamaica) Limited et RBTT Securities Jamaica Limited (collectivement, les « activités de RBC en Jamaïque ») à Sagicor Group Jamaica Limited.

Comme il a été mentionné, RBC passera en charges une perte estimative de 37 millions de dollars canadiens (avant et après impôts), y compris une perte de change latente (45 millions de dollars canadiens au 30 avril 2014). La perte nette, dont le montant est sujet à changement, sera reflétée dans les résultats du troisième trimestre terminé le 31 juillet 2014. RBC publiera ses résultats du troisième trimestre de 2014 le 22 août 2014. La diffusion sera suivie d'une conférence téléphonique.

RBC
La Banque Royale du Canada est la plus grande banque du Canada et l'une des plus grandes banques du monde par sa capitalisation boursière. L’une des principales sociétés de services financiers diversifiés en Amérique du Nord, elle offre, à l’échelle mondiale, des services bancaires aux particuliers et aux entreprises, des services de gestion de patrimoine, des services d’assurance, des services aux investisseurs et des produits et services de marchés des capitaux. Elle compte environ 79 000 employés à temps plein et à temps partiel au service de plus de 16 millions de particuliers, d’entreprises, de clients du secteur public et de clients institutionnels au Canada, aux États-Unis et dans 42 autres pays. Pour obtenir de plus amples renseignements, allez à rbc.com.

Déclarations prospectives
Certaines déclarations contenues dans le présent communiqué pourraient être réputées constituer des déclarations prospectives aux termes de certaines lois sur les valeurs mobilières, notamment des « mesures refuges » (safe harbor) de la Private Securities Litigation Reform Act of 1995 des États-Unis et des lois canadiennes sur les valeurs mobilières applicables. Ces déclarations prospectives comprennent notamment des déclarations concernant la perte liée à la vente des activités de RBC en Jamaïque qui devrait être reflétée dans nos résultats financiers du troisième trimestre de 2014. Les mots « peuvent », « pourraient », « devraient », « soupçonner », « perspectives », « croire », « projeter », « prévoir », « estimer », « s’attendre », « se proposer », « prévisions », « objectif », ainsi que les mots et expressions semblables, employés au futur ou au conditionnel, visent à dénoter des déclarations prospectives.

De par leur nature même, les déclarations prospectives reposent sur des hypothèses et font l'objet d'incertitudes et de risques intrinsèques qui entraînent la possibilité que nos prédictions, prévisions, projections, attentes ou conclusions se révèlent inexactes, que nos hypothèses se révèlent erronées et que nos déclarations prospectives, y compris les déclarations relatives à la perte liée à la vente des activités de RBC en Jamaïque qui devrait être reflétée dans nos résultats financiers du troisième trimestre de 2014, ne se matérialisent pas. Nous avertissons les lecteurs de ne pas se fier indûment à ces déclarations, puisque nos résultats réels pourraient différer sensiblement des attentes exprimées dans ces déclarations prospectives en raison d’un certain nombre de facteurs de risques. Ces facteurs, dont plusieurs sont indépendants de notre volonté et dont nous pouvons difficilement prédire les effets, comprennent : les risques de crédit, de marché, de liquidité, de financement, d'assurance, de non-conformité à la réglementation et de concurrence, les risques opérationnels, stratégiques et réputationnels, ainsi que d'autres risques qui sont expliqués aux rubriques Gestion du risque et Aperçu d'autres risques de notre rapport annuel 2013 ; l'incidence de toute réforme réglementaire ; la conjoncture commerciale et économique au Canada, aux États-Unis et dans certains autres pays où nous exerçons nos activités ; l’incidence des modifications des politiques gouvernementales fiscales, monétaires et autres ; les décisions judiciaires et réglementaires et les poursuites en justice.

Nous avertissons les lecteurs que la liste susmentionnée de facteurs de risque n’est pas exhaustive et que d'autres facteurs pourraient également avoir une incidence défavorable sur nos résultats. Les investisseurs et autres personnes qui se fient à nos déclarations prospectives pour prendre des décisions à notre égard doivent bien tenir compte de ces facteurs et d'autres incertitudes et événements potentiels. Des renseignements supplémentaires sur ces facteurs et sur d'autres facteurs sont fournis aux rubriques Gestion du risque et Aperçu d’autres risques de notre rapport annuel 2013 de même qu’à la rubrique Gestion du risque de notre rapport aux actionnaires du deuxième trimestre de 2014. Les hypothèses économiques importantes qui sous-tendent les déclarations prospectives que contient le présent communiqué sont formulées dans la rubrique « Vue d'ensemble et perspectives » de notre rapport annuel 2013 et dans les perspectives et priorités pour chacun de nos secteurs d’exploitation dans la rubrique « Examen de la conjoncture économique, des marchés et du contexte réglementaire et perspectives » de notre rapport aux actionnaires du deuxième trimestre de 2014. À moins que la loi ne l’exige, nous ne nous engageons pas à mettre à jour quelque déclaration prospective que ce soit qui est faite dans le présent communiqué.

- 30 -

Pour obtenir de plus amples renseignements, veuillez communiquer avec :
Personne-ressource, Relations avec les investisseurs :

Robert Poole, Relations avec les investisseurs, 416 955-7809

Personne-ressource, Relations avec les médias :
Wojtek Dabrowski, Communications, 416 974-3718