Skip Header Navigation

À propos de RBC > Salle de presse > Communiqués > Le Canada profitera du renforcement de l'économie américaine en 2014, selon les services économiques RBC

Le Canada profitera du renforcement de l'économie américaine en 2014, selon les services économiques RBC

Craig Wright, économiste en chef à RBC, aborde (ouvre un nouvelle fenêtre) les perspectives du Canada

Québec (ouvre un document PDF dans une nouvelle fenêtre)

TORONTO, le 12 décembre 2013 — Après une autre année de croissance médiocre, l'économie canadienne devrait s'accélérer en 2014, soutenue par une remontée des exportations et un renforcement des investissements des entreprises, selon le dernier rapport Perspectives économiques et financières (ouvre un document PDF dans une nouvelle fenêtre) publié aujourd'hui par les Services économiques RBC. RBC prévoit une croissance réelle du PIB de 1,7 % en 2013, de 2,6 % en 2014 et de 2,7 % en 2015.

« La reprise lente et plutôt faible aux États-Unis a sans contredit joué un rôle dans la faiblesse des exportations canadiennes tout au long de 2013, explique Craig Wright, premier vice-président et économiste en chef, RBC. En 2014, nous croyons que la croissance plus vigoureuse aux États-Unis suscitera une augmentation de la demande d'exportations canadiennes, surtout lorsque les investissements des entreprises s'accéléreront en réponse à cette expansion. Cette augmentation prévue des exportations et des investissements des entreprises constitue un élément crucial de nos perspectives pour l'économie canadienne. »

Le rapport indique qu'en 2014, la vigueur des exportations par rapport à celle des importations fera en sorte que le commerce contribuera au taux de croissance annuel du Canada dans la mesure la plus élevée observée depuis une décennie. D'après RBC, cette hausse suscitera un rebond des activités d'investissement, surtout dans les secteurs manufacturier, minier ainsi que pétrolier et gazier.

L'affaiblissement du dollar canadien apportera un soutien supplémentaire au commerce extérieur au cours de la prochaine année, indique RBC. Cet affaiblissement de la monnaie est le résultat d'une stabilisation du prix des marchandises et d'un raffermissement général du dollar américain.

RBC croit également que selon toute vraisemblance, ni la Banque du Canada ni la Réserve fédérale américaine ne rajusteront le taux du financement à un jour en 2014 ; les différentiels de taux d'intérêt à court terme devraient donc demeurer les mêmes. Cependant, les rendements à long terme des obligations d'État augmenteront probablement de pair avec l'augmentation graduelle des rendements des bons du Trésor américain. RBC indique que la hausse sera suffisamment graduelle pour que l'économie ne faiblisse pas et que le marché du logement au Canada puisse se stabiliser.

Le marché de l'emploi au Canada s'est montré résistant : 148 000 emplois ont été créés jusqu'à présent en 2013 et le taux de chômage est tombé à un creux cyclique de 6,9 %, indique RBC. Cette hausse de l'emploi a suscité une hausse moyenne des salaires de près de 2 % jusqu'à présent cette année, alors que l'inflation a augmenté à un rythme moyen de 0,9 % seulement. À mesure que les conditions du marché du travail se resserreront davantage, les pressions salariales devraient avoir une incidence à la hausse plus importante sur l'inflation pendant la période visée par les prévisions, pour la rapprocher du taux cible de 2 % de la Banque du Canada. RBC souligne que des hausses salariales réelles continueront d'alimenter les dépenses de consommation dans les mois à venir.

« La hausse des revenus et l'amélioration de la situation financière des ménages seront les facteurs clés pour soutenir les dépenses de consommation, qui devraient augmenter de 2,5 % en 2014, comparativement à 2,2 % cette année », ajoute M. Wright.

Sur le plan provincial, RBC affirme qu'une amélioration de l'activité économique des provinces dont les résultats sont inférieurs à la moyenne nationale aura un effet positif sur la croissance du PIB réel du Canada en 2014. Les résultats des provinces de l'ouest continueront de surpasser ceux des provinces de l'est avec la ligne de division se déplacera légèrement vers l'est, soit à la frontière entre l'Ontario et le Québec.

Le document Perspectives économiques et financières (ouvre un nouvelle fenêtre) de RBC pourra être consulté dans son intégralité à compter de 8 h (HE). Un document distinct intitulé Perspectives provinciales (ouvre un nouvelle fenêtre), produit par les Services économiques RBC, évalue les provinces en termes de croissance économique, de croissance de l'emploi, de taux de chômage, de ventes au détail, de mises en chantier et d'indices des prix à la consommation.

- 30 -

Pour obtenir de plus amples renseignements, veuillez communiquer avec :
Craig Wright, Recherche économique RBC, 416 974-7457
Robert Hogue, Recherche économique RBC, 416 974-6192
Raymond Chouinard, Médias et relations publiques, RBC, 514 874-6556

 

Sujets connexes