Skip Header Navigation

À propos de RBC > Salle de presse > Communiqués > Aprés la cloche : les jeunes Canadiens qui participent À des programmes d'activités parascolaires obtiennent de meilleures notes et deviennent plus sociables

Aprés la cloche : les jeunes Canadiens qui participent À des programmes d'activités parascolaires obtiennent de meilleures notes et deviennent plus sociables

Une toute première étude sur les programmes d'activités parascolaires en révèle tous les avantages

TORONTO, le 22 août 2013 - Que font vos enfants après l’école ? Selon une étude effectuée en 2013 par la Factor-Inwentash Faculty of Social Work de l’Université de Toronto, environ 15 % des jeunes Canadiens de 6 à 12 ans sont laissés sans surveillance après l’école, ce qui cause souvent des problèmes. La première étude réalisée au Canada sur les programmes d’activités parascolaires a analysé 39 programmes locaux, choisis parmi les quelque 250 programmes que le Projet d’activités parascolaires RBC subventionne depuis 1999.

Il ressort de l’étude que des programmes d’activités parascolaires de grande qualité offrent une foule d’avantages aux enfants et aux familles. Les enfants qui participent régulièrement à de tels programmes pendant plusieurs années sont plus susceptibles de faire leurs devoirs le soir et d’obtenir de meilleures notes ; le taux de décrochage scolaire est donc plus faible. Ces enfants affichent une plus grande estime de soi, ce qui peut se traduire par de meilleures notes en mathématiques et en lecture. Ils sont aussi plus sociables et plus aptes à nouer des liens de confiance avec des adultes. Ils ont une attitude plus positive envers l’école et sont plus intéressés à poursuivre des études postsecondaires.

« Nous avons besoin de plus de programmes d’activités parascolaires de qualité au Canada, indique Faye Mishna, doyenne et professeure à la Factor-Inwentash Faculty of Social Work de l’Université de Toronto. Les parents doivent poser les bonnes questions aux coordonnateurs des programmes et savoir comment trouver le bon programme d’activités pour occuper leurs enfants après l’école. »

Les caractéristiques d’un bon programme selon Mme Mishna :

  • Il propose des activités au moins deux ou trois fois par semaine.
  • Il offre un ensemble d’activités d’apprentissage scolaires, sociales et ludiques qui stimulent l’apprentissage actif.
  • Il propose des activités intéressantes, qui favorisent le développement de l’enfant et qui lui demandent des efforts croissants.
  • Il fait participer la famille.
  • Il affiche un ratio enfant-animateur faible et un taux de rotation des animateurs bas.
  • Les animateurs ont fait des études postsecondaires et ont suivi une formation.
  • Il offre des activités adaptées aux différences culturelles et les animateurs ne posent pas de jugement.
  • Il comprend des activités amusantes pour les plus jeunes, axées sur l’apprentissage de la lecture, tandis que les programmes pour les élèves du secondaire devraient comporter des activités de socialisation non structurées, d’apprentissage des mathématiques, de préparation aux examens et de perfectionnement des compétences qui les aideront à trouver des emplois.
  • Il doit comprendre une évaluation rigoureuse pour déterminer les pratiques efficaces et inefficaces.

Les enfants qui sont laissés à eux-mêmes après l’école peuvent se retrouver dans des situations dangereuses. Un pic de la criminalité juvénile a d’ailleurs été constaté entre 14 h et 18 h, du lundi au vendredi. Un bon programme d’activités parascolaires peut offrir un cadre structuré, sécuritaire et supervisé qui aide les enfants à réussir. D’après l’étude, la participation à un programme pendant plusieurs années donne en général de meilleurs résultats d’ensemble.

« De nombreuses études sur les effets des programmes parascolaires sur les enfants ont été faites aux États-Unis, mais nous ne trouvions pas de données semblables sur les programmes au Canada, a expliqué Jasmina Zurovac, directrice générale, Service national des dons, RBC. Nous avons versé des subventions à des centaines de programmes d’activités parascolaires au Canada depuis 1999, nous étions donc les mieux placés pour commander cette étude importante sur un échantillon significatif de bénéficiaires de nos subventions. Je remercie l’université de Toronto d’avoir apporté la preuve absolue que les programmes d’activités parascolaires aident vraiment les enfants canadiens à réaliser tout leur potentiel. »

Le Projet d'activités parascolaires RBC
Le Projet d’activités parascolaires RBC est un engagement philanthropique pluriannuel dont l’objectif est d’appuyer des organismes communautaires qui offrent des activités parascolaires structurées et supervisées à des enfants et des jeunes de 6 à 17 ans dans un environnement qui favorise la sécurité, la sociabilité et le renforcement de l’estime de soi. Le Projet d’activités parascolaires RBC a versé plus de 27 millions de dollars à des programmes d’activités parascolaires au Canada depuis 1999 et aidé ainsi quelque 29 000 enfants à se bâtir un plus bel avenir.

RBC appuie une grande diversité d’initiatives communautaires par des dons, des commandites et le travail bénévole de ses employés. En 2012, RBC a versé plus de 95 millions de dollars à des initiatives communautaires partout dans le monde, dont plus de 64 millions de dollars en dons et 31 millions de dollars sous forme de commandites d’événements communautaires.

- 30 -

Pour obtenir de plus amples renseignements, veuillez communiquer avec :

Alicia DeBoer, Communications, RBC, 416 974-2131