Sauter la barre de navigation du haut

À propos de RBC > Salle de presse > Communiqués > Les accédants à la propriété devraient poursuivre sur leur lancée malgré un déclin des intentions d'achat de maison au Canada, selon un sondage de RBC

Les accédants à la propriété devraient poursuivre sur leur lancée malgré un déclin des intentions d'achat de maison au Canada, selon un sondage de RBC

Les acheteurs de maison au Canada sont plus prudents et moins pressés, mais la majorité des Canadiens considèrent quand même l'achat d'une maison comme un bon investissement

Québec (ouvre un document PDF dans une nouvelle fenêtre)

TORONTO, le 26 mars 2013 — Quatre Canadiens sur dix (40 %) qui prévoient effectuer un achat au cours des deux prochaines années seront des accédants à la propriété, selon la 20e Enquête annuelle RBC sur les tendances du marché résidentiel.

Les Canadiens adoptent majoritairement une approche attentiste à l'égard de l'achat d'une maison : 15 % seulement sont susceptibles de faire un achat (ouvre un document PDF dans une nouvelle fenêtre) au cours des deux prochaines années, ce qui représente une diminution par rapport à l'an dernier (27 %). Cette baisse de 12 points de pourcentage constitue la plus importante chute d'une année sur l'autre observée dans ce sondage annuel au chapitre de l'intention d'achat.

« Il n'est pas surprenant de constater une attitude plus prudente cette année, ce qui correspond aux prévisions économiques et sectorielles générales. Le printemps particulièrement chaud, les faibles taux et l'anticipation des modifications apportées à la réglementation hypothécaire pourraient avoir incité de nombreux Canadiens à aller de l'avant pour acheter une maison au cours de la première moitié de 2012, déclare Sean Amato-Gauci, premier vice-président, Financement sur valeur nette immobilière, RBC. Les résultats du sondage indiquent que la confiance des acheteurs à l'égard du marché de l'habitation demeure élevée. Les jeunes Canadiens, qui cherchent à acheter leur première maison et souhaitent obtenir des conseils pour y parvenir avec succès, sont un marché particulièrement prometteur. »

La majorité des Canadiens (84 %) croient que l'achat d'une maison ou d'une copropriété constitue un bon investissement. Un peu plus de la moitié des Canadiens croient qu'il est préférable d'acheter une maison maintenant (52 %), bien qu'ils soient moins nombreux à croire que les prix seront plus élevés à la même période l'an prochain (43 %, en baisse par rapport à 47 % en 2012). En 2013, un nombre plus important de Canadiens estiment que le marché actuel de l'habitation est équilibré (ouvre un document PDF dans une nouvelle fenêtre) (40 %, en hausse par rapport à 36 % l'an dernier).

Quels sont les facteurs de découragement des acheteurs ?

  • D'après le sondage de RBC, les trois quarts (75 %) des Canadiens croient que les modifications récemment apportées à la réglementation hypothécaire auront une incidence sur l'entrée des acheteurs potentiels dans le marché, mais cette impression pourrait ne pas se concrétiser. Néanmoins, près de six acheteurs récents ou potentiels sur dix affirment que l'incidence de la mise de fonds minimale de 5 % (59 %) et du passage de la période d'amortissement de 30 à 25 ans (56 %) a été faible ou nulle.
  • Près de la moitié des Canadiens (49 %) s'attendent à ce que les taux hypothécaires demeurent stables au cours des 12 prochains mois.
  • Près de la moitié des accédants à la propriété (46 %) mentionnent l'accessibilité comme principale raison de ne pas acheter de propriété (47 % en 2012) ; cette proportion concorde avec les tendances en consommation. Parallèlement, l'épargne en vue d'accumuler une mise de fonds (32 %, comparativement à 18 % l'an dernier) et la sécurité d'emploi (28 %, comparativement à 20 % l'an dernier) ont gagné en importance cette année.

Compte tenu des incertitudes qui planent dans le marché de l'habitation au Canada, la majorité des acheteurs canadiens recherchent des conseils spécialisés pour acheter une maison. Les trois quarts des acheteurs canadiens (76 %) font appel à leur institution bancaire pour obtenir des conseils hypothécaires (ouvre un document PDF dans une nouvelle fenêtre), et quatre répondants sur dix (40 %) affirment qu'une banque est leur première source de renseignements pour obtenir des conseils sur le financement d'une maison, que ce soit en s'adressant à elle en personne ou en consultant les sites Web et les calculatrices.

« Avec toute l'ambiguïté présente sur le marché, les acheteurs canadiens, et particulièrement les accédants à la propriété, sont à la recherche de conseils fiables. Un entretien avec un spécialiste sectoriel, comme un conseiller en prêts hypothécaires RBC de votre région, peut atténuer vos préoccupations et guider vos décisions en matière de financement immobilier, sans compter que ces spécialistes peuvent vous permettre d'obtenir d'excellents taux », ajoute M. Amato-Gauci.

Faits saillants pour l'ensemble du Canada :
Les résidents des provinces de l'Atlantique (91 %) ainsi que du Manitoba et de la Saskatchewan (89 %) sont les moins susceptibles d'acheter une maison au cours des deux prochaines années, et les résidents de la Colombie-Britannique sont les seuls à décrire en majorité le marché actuel comme un marché acheteur (où les acheteurs sont avantagés, car le nombre de maisons à vendre est supérieur au nombre d'acheteurs).

Colombie-Britannique : Les habitants de la Colombie-Britannique sont divisés à parts égales entre ceux qui jugent plus sensé d'acheter une maison maintenant (51 %) et ceux qui croient préférable d'attendre l'an prochain (49 %). Un Britanno-Colombien sur cinq (20 %) affirme être susceptible d'acheter une maison au cours des deux prochaines années, ce qui pourrait s'expliquer par le fait que les résidents de cette province sont les plus nombreux au Canada à prévoir une diminution des prix des maisons au cours de la prochaine année (38 % ; moyenne nationale : 24 %).

Alberta : Même si les intentions d'achat ont chuté par rapport à l'an dernier (22 %, comparativement à 31 %), près de neuf répondants albertains sur dix (89 %) affirment que l'achat d'une maison ou d'une copropriété constitue un bon investissement, une proportion plus élevée que la moyenne nationale (84 %). Près de la moitié des Albertains (49 %) estiment que leur marché actuel de l'habitation est équilibré, comparativement à la moyenne nationale de 40 %.

Prairies : La majorité des résidents du Manitoba et de la Saskatchewan (56 %) affirment qu'il est plus sensé d'attendre l'an prochain pour acheter une maison, ce qui va à l'encontre de la moyenne nationale, où une majorité croit qu'il est préférable d'acheter maintenant compte tenu des prix actuels des maisons et de la conjoncture économique (52 %). Malgré cela, 88 % des répondants affirment que l'achat d'une maison ou d'une copropriété constitue un bon investissement.

Ontario : Bien que la majorité des Ontariens (86 %) n'aient pas l'intention d'acheter une maison au cours des deux prochaines années, ils sont presque aussi nombreux (83 %) à croire que l'achat d'une maison ou d'une copropriété constitue un bon investissement. Compte tenu des prix actuels des maisons et de la conjoncture économique, plus de la moitié des Ontariens (52 %) affirment qu'il est plus sensé d'acheter maintenant, tandis que 48 % préfèrent attendre l'an prochain.

Québec : Bien que la majorité des Québécois sondés (87 %) n'aient pas l'intention d'acheter une maison au cours des deux prochaines années, ils croient que l'achat d'une maison ou d'une copropriété constitue un bon investissement (84 %). Compte tenu des prix actuels des maisons, les Québécois sont divisés presque à parts égales entre ceux qui croient qu'il est plus judicieux d'acheter une maison maintenant (49  %) et ceux qui jugent préférable d'attendre l'année prochaine (52 %).

Provinces de l'Atlantique : Compte tenu des prix actuels des maisons et de la conjoncture économique, les Canadiens des provinces de l'Atlantique sont les répondants les plus enclins à affirmer qu'il est sensé d'acheter une propriété maintenant (64 %) plutôt que d'attendre l'an prochain (36 %). Le taux de confiance en la valeur d'une maison à titre d'investissement demeure élevé dans les provinces de l'Atlantique (81 %), tout juste sous la moyenne nationale (84 %).

À propos des conseils de RBC sur le marché résidentiel
Les Canadiens peuvent consulter le Centre d'expertise RBC, ressource en ligne conçue pour les renseigner sur tous les aspects de l'accession à la propriété. Les vidéos, les articles et les calculatrices en ligne que l'on y trouve peuvent les renseigner sur l'achat d'une maison, qu'il s'agisse ou non d'un premier achat, ou sur la rénovation. Plus de 1 400 conseillers en prêts hypothécaires de RBC, partout au pays, offrent aux Canadiens des conseils professionnels gratuits et sans obligation au sujet des produits et des services hypothécaires de RBC.

À propos de la 20e Enquête annuelle RBC sur les tendances du marché résidentiel
RBC est le plus grand prêteur hypothécaire au Canada. Plus importante source de conseils financiers pour l'achat de maisons au Canada, RBC effectue des études auprès des consommateurs pour renseigner les Canadiens sur leurs marchés locaux.

Ce ne sont là que quelques-unes des conclusions d'un sondage RBC mené par Ipsos Reid du 31 janvier au 8 février 2013. Le sondage en ligne a été réalisé à partir d'un échantillon aléatoire de 3 005 Canadiens d'âge adulte. Avec un échantillon de cette taille, les résultats sont considérés comme précis à ± 3,0 points de pourcentage près, 19 fois sur 20, comparativement à ce qu'ils auraient été si l'ensemble de la population canadienne avait été consultée. La marge d'erreur est plus grande par région ou sous-groupes de la population sondée. Ces données ont été pondérées statistiquement pour assurer que la composition de l'échantillon, par région et par âge et sexe, reflète celle de la population canadienne d'après les données du recensement de 2011.

- 30 -


Pour obtenir de plus amples renseignements, veuillez communiquer avec :

Raymond Chouinard, directeur général, Médias et relations publiques,
RBC, 514 874-6556