Sauter la barre de navigation du haut

À propos de RBC > Salle de presse > Communiqués > Selon les services économiques RBC, l'accessibilité à la propriété au Canada n'affiche aucune orientation claire

Selon les services économiques RBC, l'accessibilité à la propriété au Canada n'affiche aucune orientation claire

TORONTO, le 22 novembre 2012— Le marché canadien de l'habitation est devenu plus abordable au troisième trimestre de 2012 en raison du léger déclin du prix des maisons et de l'amélioration du revenu des ménages, selon le dernier rapport Tendances immobilières et accessibilité à la propriété (ouvre un document PDF dans une nouvelle fenêtre) publié par Recherche économique RBC. La tendance que prendra l'accessibilité, à long terme, est toutefois moins claire.

« L’accessibilité dans son ensemble est demeurée relativement stable au cours des deux dernières années, alors qu’ont alterné périodes d’amélioration et périodes de détérioration. Il en est résulté une tendance somme toute assez neutre, affirme Craig Wright, premier vice-président et économiste en chef, RBC. Nous avons observé cette tendance imprécise au troisième trimestre, alors que l’accessibilité à la propriété a entièrement inversé la légère érosion observée pendant la première moitié de l’année. »

RBC observe que le marché canadien de l’habitation a encore ralenti au troisième trimestre. Cette situation est attribuable en partie aux effets d’une quatrième série de modifications des règles régissant les prêts hypothécaires assurés garantis par le gouvernement, plaçant la barre encore plus haute pour les acheteurs d’une première maison. RBC s’attend à ce que les effets contraignants de ces modifications s’assouplissent d’ici la fin de l’année, et que les activités de revente se stabilisent en 2013.

Ces dernières années, si l’accessibilité ne s’est pas détériorée au point d’atteindre des niveaux dangereux au Canada, c’est d’abord en raison de la faiblesse exceptionnelle des taux d’intérêt. RBC indique que, puisque les taux d’intérêt n’ont jamais été aussi bas, l’envergure des hausses pourrait être importante au cours des années à venir.

« Dans l’hypothèse où la crise européenne reste circonscrite et où le gouvernement américain s’attaque aux difficultés budgétaires, nous nous attendons à ce que la Banque du Canada augmente graduellement le taux cible du financement à un jour au cours de la deuxième moitié de l’année, ajoute M. Wright. Cette intervention, accompagnée de la croissance continue attendue du revenu des ménages, réduira le risque d’érosion de l’accessibilité »

La mesure d’accessibilité à la propriété de RBC exprime la proportion du revenu avant impôts qu’un ménage doit consacrer aux coûts de possession d’une propriété appartenant à une catégorie précise, selon les valeurs actuelles du marché. Au cours du troisième trimestre de 2012, les mesures à l’échelle nationale ont reculé dans les trois catégories de propriétés suivies (un recul correspond à une amélioration de l’accessibilité). La mesure d’accessibilité de RBC pour la propriété de référence, le bungalow individuel, a fléchi légèrement de 1,0 point de pourcentage, pour atteindre 42,0 % ; dans la catégorie des maisons de deux étages, la baisse s’est chiffrée à 1,2 point de pourcentage pour s’établir à 47,8 %; la mesure pour les appartements en copropriété s’est assouplie de 0,6 point de pourcentage, pour se situer à 28,0 %.

Malgré ces améliorations, les mesures de RBC continuent d’excéder légèrement leurs moyennes à long terme, quoique les données à l’échelle nationale soient quelque peu gonflées par les niveaux d’accessibilité extrêmement faibles du marché de la région de Vancouver.

« Le coût de la propriété a grugé une part plus petite des économies des ménages au troisième trimestre, alors que le prix des maisons a baissé au cours de ce trimestre, surtout dans la région de Vancouver, qui demeure néanmoins le marché le moins abordable au Canada, et de loin, » explique M. Wright.

Situation de l'accessibilité à la propriété au Canada

Dans les grandes villes canadiennes, la mesure d’accessibilité de RBC pour la propriété de référence, le bungalow individuel, s’est établie aux niveaux suivants : Vancouver 83,2 % (en baisse de 5,8 points de pourcentage par rapport au trimestre précédent) ; Toronto 52,4 % (en baisse de 0,7 point de pourcentage) ; Montréal 40,2 % (en hausse de 0,1 point de pourcentage) ; Ottawa, 38,7  % (en baisse de 0,4 point de pourcentage) ; Calgary 38,3 % (en baisse de 0,7 point de pourcentage) et Edmonton 31,1 % (en baisse de 0,6 point de pourcentage).

La mesure d’accessibilité à la propriété de RBC, que RBC calcule depuis 1985, est fondée sur le montant qu’il en coûte pour posséder un bungalow individuel, la référence raisonnable pour le marché canadien de l’habitation, selon les valeurs du marché. D’autres catégories de propriétés sont aussi représentées dans la mesure, notamment la maison de deux étages et l’appartement en copropriété. Plus la mesure est élevée, plus il en coûte cher d’acquérir et de détenir une propriété, selon les valeurs du marché. Ainsi, une mesure d’accessibilité de 50 % signifie que les coûts de propriété, y compris les versements hypothécaires, les services publics et les impôts fonciers, absorbent 50 % du revenu mensuel avant impôts d’un ménage type.

Faits saillants pour l'ensemble du Canada :

  • Colombie-Britannique (ouvre un document PDF dans une nouvelle fenêtre) : Les obstacles à l’accessibilité encore difficiles à surmonter
    Quoique le marché de l’habitation de la Colombie-Britannique se soit quelque peu amélioré au troisième trimestre de 2012, l’accessibilité demeure la plus faible au Canada. Les mesures de RBC ont affiché une baisse se situant entre 2,0 et 3,7 points de pourcentage, soit la plus forte baisse au pays. La situation est moins inquiétante ailleurs dans la province. La proportion du revenu qu’un ménage doit consacrer aux coûts de possession d’une propriété à Victoria, par exemple, est près de la moitié de celle d’une propriété à Vancouver pour certains types de propriété.

  • Alberta (ouvre un document PDF dans une nouvelle fenêtre) : Des niveaux d’accessibilité attrayants stimulent la reprise du marché
    Le marché de l’habitation de l’Alberta affiche une activité de revente ferme et stable, des conditions d’offre et de demande équilibrées, des hausses de prix modérées et une amélioration de l’accessibilité à la propriété. Les mesures d’accessibilité de la province au troisième trimestre ont légèrement fléchi – entre 0,2 et 0,4 point de pourcentage – et demeurent en deçà de leurs moyennes à long terme et des moyennes nationales.

  • Saskatchewan (ouvre un document PDF dans une nouvelle fenêtre) : Peu de preuves de pressions sur l’accessibilité
    L’importante détérioration de l’accessibilité à la propriété au deuxième trimestre en Saskatchewan a été largement inversée au troisième trimestre, les mesures de RBC ayant chuté entre 0,9 et 1,3 point de pourcentage. Les mesures se sont établies légèrement au-dessus de leurs moyennes à long terme pour toutes catégories de propriétés, ce qui en dit peu sur les pressions indues qu’exerce l’accessibilité sur le marché.

  • Manitoba (ouvre un document PDF dans une nouvelle fenêtre) : Le marché est moins essoufflé ; faibles pressions sur l’accessibilité
    Le recul du prix des maisons a donné lieu à une amélioration notable de l’accessibilité à la propriété au Manitoba au troisième trimestre. Les mesures de RBC ont reculé entre 0,6 et 1,6 point de pourcentage, ce qui a eu pour effet de dissiper entièrement la détérioration du trimestre précédent. Les niveaux d’accessibilité de la province sont légèrement plus élevés que leurs moyennes depuis le milieu des années 1980, mais ils sont bien en deçà des moyennes nationales correspondantes.

  • Ontario (ouvre un document PDF dans une nouvelle fenêtre) : Des conditions plus équilibrées aident à réduire les pressions sur l’accessibilité
    En Ontario, l’accessibilité à la propriété s’est assouplie quelque peu au troisième trimestre, mais subit encore de légères pressions, surtout dans le segment des maisons de deux étages. Les mesures de RBC ont baissé entre 0,5 et 1,1 point de pourcentage dans la province, ce qui a eu pour effet de réduire les deux hausses trimestrielles consécutives ayant eu lieu dans la première moitié de l’année.

  • Quebec (ouvre un document PDF dans une nouvelle fenêtre) : Deuxième amélioration d’affilée de l’accessibilité
    L’accessibilité à la propriété s’est améliorée pour le deuxième trimestre d’affilée au Québec, les mesures de RBC ayant baissé au troisième trimestre entre 0,6 et 0,8 point de pourcentage, et ce pour tous les types de propriétés de la province. Pour la plupart, les niveaux sont légèrement désavantageux par rapport aux moyennes historiques, ce qui indique que le budget des acheteurs potentiels d’une maison au Québec serait minimalement serré s’ils achetaient une maison aux prix actuels du marché.

  • Provinces de l'Atlantique (ouvre un document PDF dans une nouvelle fenêtre) : Le niveau d’accessibilité demeure stable
    L’accessibilité à la propriété dans les provinces de l’Atlantique s’est améliorée légèrement sur tous les plans, les mesures de RBC dans la région ayant baissé de 0,2 point de pourcentage, pour atteindre 0,7 point de pourcentage, par rapport au trimestre précédent. Les mesures d’accessibilité ont été relativement stables dans la région au cours des trois dernières années, n’affichant aucune tendance prévisible à la hausse ou à la baisse.

Le rapport Tendances immobilières et accessibilité à la propriété sera disponible dans son intégralité aujourd’hui à compter de 7 h (HE) à l’adresse rbc.com/economie/marche (ouvre un document PDF dans une nouvelle fenêtre).

- 30 -


Pour obtenir de plus amples renseignements, veuillez communiquer avec :

Craig Wright, premier vice-président et économiste en chef,
Recherche économique RBC, 416 974-7457

Robert Hogue, premier économiste, RBC, 416 974-6192

Raymond Chouinard, Directeur, Médias et relations publiques,
RBC, 514 874-6556