Skip Header Navigation

À propos de RBC > Salle de presse > Communiqués > L'accessibilité à la propriété s'améliore pour un deuxième trimestre consécutif, selon services économiques RBC De modestes améliorations à la fin de 2011 allègent la pression sur le budget des ménages

L'accessibilité à la propriété s'améliore pour un deuxième trimestre consécutif, selon services économiques RBC De modestes améliorations à la fin de 2011 allègent la pression sur le budget des ménages

TORONTO, le 7 mars 2012— Au cours des derniers mois de 2011, le marché de l'habitation canadien a donné d'autres signes de reprise, tel que le confirme l'amélioration de l'accessibilité à la propriété enregistrée pour un deuxième trimestre consécutif, selon le dernier rapport Tendances immobilières et accessibilité à la propriété publié aujourd'hui par Recherche économique RBC. Les acheteurs canadiens ayant profité d'une baisse du prix des maisons et d'une progression de leur revenu, la part qu'occupent les coûts de propriété dans leur budget a diminué au quatrième trimestre de 2011.

« L'amélioration de l'accessibilité, quoique généralement modeste, a permis de reprendre le terrain perdu au printemps dernier, a déclaré Craig Wright, premier vice président et économiste en chef, RBC. Les acheteurs ont donc vu diminuer la part qu'occupent les coûts de propriété dans leur budget au quatrième trimestre. La faiblesse des taux d'intérêt en 2012 contribuera à limiter les coûts de propriété à court terme. »

Dans le rapport, on explique que la détérioration de l'accessibilité à l'échelle nationale au premier semestre de l'an dernier était largement attribuable à la région de Vancouver. L'évolution dans le marché de Vancouver au deuxième semestre de 2011 ayant correspondu davantage aux tendances observées dans le reste du Canada, son incidence sur les statistiques nationales a été moins importante au cours de la deuxième moitié de l'année.

La mesure d'accessibilité à la propriété de RBC exprime la proportion du revenu avant impôts qu'un ménage doit consacrer aux coûts de possession d'une propriété appartenant à une catégorie précise, selon les valeurs actuelles du marché.

Au cours du quatrième trimestre de 2011, les mesures à l'échelle nationale ont reculé dans l'ensemble des catégories de propriétés suivies par RBC (une baisse représente une hausse de l'accessibilité). C'est dans la catégorie maison de deux étages que l'on a observé la plus grande amélioration.

« Dans la majorité des marchés canadiens, le niveau d'accessibilité est maintenant proche de ce qu'il était il y a un an et de la moyenne à long terme, a ajouté M. Wright. Par conséquent, les niveaux d'accessibilité n'exercent en général qu'une faible pression sur la demande de propriétés au Canada en ce moment. »

Situation de l'accessibilité à la propriété au Canada

Les coûts de propriété ont diminué au quatrième trimestre dans la vaste majorité des provinces et des grands centres urbains, en premier lieu en Colombie-Britannique et, plus précisément, à Vancouver. La proportion de revenus qu'un ménage type de Vancouver doit consacrer au paiement des coûts de propriété d'une résidence au prix courant demeure toutefois extrêmement élevée et représente assurément un obstacle important pour les acheteurs locaux.

Dans les grandes villes canadiennes, la mesure d'accessibilité de RBC pour la propriété étalon, le bungalow individuel, s'est établie aux niveaux suivants : Vancouver, 86,0 % (en baisse de 4,6 % par rapport au trimestre précédent) ; Toronto, 52,2 % (en baisse de 0,1 %) ; Montréal, 40,1 % (en baisse de 0,7 %) ; Ottawa, 40,9 % (en baisse de 0,1 %) ; Calgary, 36,7 % (en baisse de 0,7 %) et Edmonton, 32,8 % (en baisse de 0,3 %).

La mesure d'accessibilité à la propriété, que RBC calcule depuis 1985, est fondée sur le montant qu'il en coûte pour posséder un bungalow individuel, l'étalon de référence raisonnable pour le marché canadien de l'habitation. D'autres catégories de propriétés sont aussi représentées dans la mesure, notamment la maison de deux étages et l'appartement en copropriété. Plus la mesure est élevée, plus il en coûte cher d'acquérir et de détenir une propriété, selon les valeurs du marché. Ainsi, une mesure d'accessibilité de 50 % signifie que les coûts de propriété, y compris les versements hypothécaires, les services publics et les impôts fonciers, absorbent 50 % du revenu mensuel avant impôts d'un ménage type.

Voici quelques faits saillants du rapport pour l'ensemble du Canada:

  • Colombie-Britannique: Amélioration de l'accessibilité, qui reste cependant faible

    Au cours des derniers mois de 2011, le marché de l'habitation en Colombie-Britannique a connu une amélioration pour un deuxième trimestre consécutif en raison d'une baisse substantielle des prix des propriétés - particulièrement dans la région de Vancouver - ainsi que d'une progression du revenu des ménages attribuable à une création d'emplois assez forte. Malgré que l'on ait enregistré en Colombie-Britannique la plus importante réduction des coûts de propriété au pays, le marché de l'habitation de la province demeure le moins abordable au Canada.

    Les mesures d'accessibilité de RBC y ont reculé de 0,7 % à 2,5 %. RBC prévoit que la faible accessibilité continuera de peser sur la demande de propriétés dans la région au cours des prochains mois.

    • L'accessibilité à la propriété demeure faible dans la région de Vancouver, mais elle s'est améliorée considérablement par rapport au printemps de 2011, période pendant laquelle on a enregistré dans cette région les pires niveaux d'accessibilité de l'histoire du marché immobilier canadien. Les prix des propriétés dans la région de Vancouver ont baissé depuis le deuxième semestre de 2011, et au quatrième trimestre, les mesures d'accessibilité de RBC relatives à l'ensemble des types d'habitation ont connu des baisses assez substantielles (de 2,0 % à 4,6 %). Toutefois, la propriété d'une maison aux prix courants grève encore une énorme part du budget d'un ménage type, situation qui continuera de décourager les acheteurs locaux.

  • Alberta: Manque d'intérêt des acheteurs, malgré l'accessibilité attrayante

    En Alberta, les propriétés sont devenues plus abordables au dernier trimestre de 2011, ce qui a contribué à faire baisser les mesures de RBC de 0,5 % à 0,7 %. Celles-ci s'établissent maintenant à leurs valeurs les plus faibles, ou à celles qui s'en rapprochent le plus, depuis 2005. Malgré cette amélioration de l'accessibilité, le marché de la revente a considérablement ralenti. Cependant, la vigueur du marché du l'emploi et le niveau attrayant de l'accessibilité devraient contribuer à vaincre l'hésitation des acheteurs albertains en 2012.

    • Après un début de 2011 encourageant, la croissance des reventes dans la région de Calgary est demeurée à peu près stationnaire, avant d'enregistrer une légère diminution au quatrième trimestre. Ces résultats ternes ont de quoi étonner, étant donné la vigueur du marché de l'emploi dans la région - 31 000 emplois nets ont été créés en 2011 - et l'attrayant niveau de l'accessibilité à la propriété (les mesures d'accessibilité de RBC relatives à l'ensemble des catégories d'habitation ont baissé de 0,2 % à 0,7 %). RBC prévoit que les solides données fondamentales du marché favoriseront un redressement du marché de Calgary pendant les prochains mois.

  • Saskatchewan: Le marché de la revente atteint son niveau le plus élevé en près de quatre ans

    Au quatrième trimestre de 2011, en Saskatchewan, l'accessibilité à la propriété s'est améliorée dans la plupart des catégories d'habitations, et les mesures de RBC se sont rapprochées tout près de leurs moyennes à long terme. Le marché de la revente y a atteint son niveau le plus élevé en près de quatre ans. Il est peu probable que l'accessibilité ait un effet dissuasif sur les acheteurs de la Saskatchewan en ce moment. Le marché de l'habitation devrait continuer de profiter de la croissance économique vigoureuse de la province en 2012.

  • Manitoba: Résistance à la tendance à l'amélioration

    Le Manitoba est le seul marché provincial où l'accessibilité a légèrement régressé au quatrième trimestre. La forte demande au Manitoba a resserré les conditions du marché et entraîné une hausse des prix, notamment des maisons de deux étages et des appartements en copropriété. L'activité a été particulièrement vive à Winnipeg, où les ventes de maisons existantes ont atteint des niveaux records au quatrième trimestre. Malgré la légère diminution de l'accessibilité, les mesures de RBC demeurent très près des moyennes à long terme au Manitoba, ce qui indique que les acheteurs de maisons n'y subissent guère de pressions excessives.

  • Ontario: Le marché est à l'avantage des vendeurs

    Comme dans la plupart des autres provinces, il est devenu un peu plus facile d'être propriétaire en Ontario au cours du dernier trimestre de 2011. Les mesures d'accessibilité de RBC ont fléchi de 0,2 % à 0,3 %, amélioration qui n'a contrebalancé qu'en partie la détérioration notable qui avait été enregistrée au premier semestre de 2011. Cependant, les acheteurs doivent encore consacrer une part de revenu légèrement plus élevée que la moyenne au paiement des coûts de propriété dans cette province. Néanmoins, on enregistre encore peu de signes de tensions attribuables à une faible accessibilité dans le marché ontarien. Les reventes ont progressé à un rythme soutenu au quatrième trimestre, et l'offre limitée a accru le pouvoir de fixation des prix des vendeurs.

    • L'accessibilité à la propriété demeure quelque peu difficile dans la région de Toronto, bien qu'une certaine amélioration ait été enregistrée au cours du quatrième trimestre (les mesures de RBC ont reculé de 0,1 % à 0,5 %). Les acheteurs n'ont pas semblé touchés outre mesure par les prix relativement élevés, et le marché de la revente a continué de progresser à un rythme soutenu pendant les derniers mois de l'année. Les conditions dans la région de Toronto sont un peu plus favorables aux vendeurs en ce moment, ce qui rendra difficile une amélioration supplémentaire de l'accessibilité à court terme.
    • Dans la région d'Ottawa, le bilan est nuancé pour le dernier trimestre de 2011. Les variations des mesures d'accessibilité de RBC y ont été grandement diversifiées, et les niveaux des mesures dépassent toujours les moyennes à long terme. Néanmoins, les reventes ont progressé à bonne allure au quatrième trimestre et les prix obtenus pour tous les types d'habitation ont encore monté. Il reste à voir si le marché poursuivra sur sa lancée au cours des prochains mois.

  • Quebec: Dans la zone neutre

    L'accessibilité à la propriété se situe dans la zone neutre au Québec. Au quatrième trimestre, les mesures de RBC y ont correspondu à leur moyenne à long terme ou l'ont frôlée. L'amélioration a été généralisée dans toutes les catégories d'habitations. En particulier, la mesure de RBC se rapportant aux maisons de deux étages a diminué de façon plus importante, annulant la détérioration notable enregistrée au premier semestre de l'an dernier. Avec des mesures d'accessibilité bien ancrées dans la zone neutre, les conditions équilibrées du marché assureront une certaine stabilité dans le marché québécois au cours des prochains mois.

    • L'accessibilité à la propriété a continué de remonter dans la région de Montréal et cette évolution atténue la détérioration substantielle qui y avait été précédemment enregistrée. En fait, la région a affiché certaines des améliorations les plus fortes au pays pour un deuxième trimestre consécutif. Ainsi, les mesures de RBC y ont descendu de 0,7 % à 2,0 %. Les reventes ont augmenté de 6,9 % au quatrième trimestre en dépit du recul du marché de l'emploi au deuxième semestre de 2011, qui risque de peser, à court terme, sur la demande et sur les conditions du marché.

  • Atlantic: Reprise importante du marché de la revente

    L'année 2011 a pris fin dans le marché de l'habitation des provinces de l'Atlantique comme elle l'avait fait en 2010, soit sur une note généralement positive. Dans les deux cas, les reventes ont considérablement augmenté et l'accessibilité s'est améliorée. La vigueur des reventes a été manifeste dans la région d'Halifax et pourrait s'expliquer par le regain d'optimisme qui a suivi l'annonce de l'octroi par le gouvernement fédéral d'un contrat de construction de frégates de 25 milliards de dollars. Le marché de l'habitation de Saint John a aussi affiché une reprise à la fin de l'année. La plupart des marchés des provinces de l'Atlantique sont équilibrés. Toutefois, le marché d'Halifax favorise de plus en plus les vendeurs tandis que celui de Saint John demeure favorable aux acheteurs.

Le rapport Tendances immobilières et accessibilité à la propriété sera disponible dans son intégralité aujourd'hui à compter de 8 h (HE) à l'adresse rbc.com/economie/marche.

- 30 -


Pour obtenir de plus amples renseignements, veuillez communiquer avec :

Robert Hogue, épremier économiste, Recherche économique RBC, 416 974-6192

Raymond Chouinard, Relations avec les médias, RBC,
514 874-6556

 

Sujets connexes