Sauter la barre de navigation du haut

À propos de RBC > Salle de presse > Communiqués > La confiance des consommateurs stagne pour un troisième mois consécutif, selon l'indice RBC des perspectives de consommation aux États-Unis

La confiance des consommateurs stagne pour un troisième mois consécutif, selon l'indice RBC des perspectives de consommation aux États-Unis

Les inquiétudes liées à l'emploi influent sur la confiance des consommateurs

NEW YORK, 6 octobre 2011Bien que la crise européenne des dettes souveraines occupe une grande place dans les médias, ce sont surtout les inquiétudes liées à l'emploi qui influent sur la confiance des consommateurs américains, selon le dernier indice mensuel RBC des perspectives de consommation aux États-Unis (ouvre un nouvelle fenêtre). Dans un contexte où la sécurité d'emploi est l'objet de bien des préoccupations, le niveau de confiance des consommateurs n'enregistre aucune amélioration, selon l'indice d'octobre. C'est le troisième mois d'affilée où l'on n'observe qu'un changement minime. L'indice mensuel RBC des perspectives de consommation aux États-Unis est passé à 39,2, en baisse d'un point par rapport au mois dernier. La confiance des consommateurs se situe donc en deçà du niveau d'il y a un an (41,0), de même que du niveau moyen enregistré durant la dernière récession (40,2).

Les questions économiques mondiales ne sont peut-être pas l'élément primordial pour les consommateurs, mais la majorité des Américains (59 %) affirment tout de même suivre l'évolution de la crise financière européenne. Plus du tiers des Américains (36 %) déclarent que la crise européenne a eu un effet négatif sur leur confiance à l'égard de l'économie américaine.

Malgré la récente volatilité des marchés, près de la moitié (47 %) des Américains n'ont aucunement modifié leurs cotisations à leur fonds de retraite. Sept pour cent des Américains sont passés à d'autres types de placement que les actions, six pour cent ont réduit leurs cotisations à leur fonds de retraite, et deux pour cent ont augmenté leurs cotisations.

La baisse de la confiance des consommateurs ce mois-ci est attribuable à une chute de l'indice RBC de l'emploi, qui a perdu 3,3 points pour s'établir à 47,2, son plus bas niveau depuis mars 2010. Près de la moitié (46 %) des consommateurs déclarent avoir perdu leur emploi ou que quelqu'un de leur entourage s'est trouvé dans cette situation au cours des six derniers mois. Cela représente une augmentation de 9 % par rapport au mois dernier. Les consommateurs sont de plus en plus préoccupés par la sécurité d'emploi. En effet, un consommateur sur trois (34 %) affirme craindre la perte éventuelle de son emploi, une proportion en hausse de 6 % par rapport au mois dernier.

« L'emploi reste l'élément ayant le plus d'influence sur le niveau de confiance ; par conséquent, les inquiétudes croissantes à l'égard de la sécurité d'emploi touchent les perspectives des consommateurs, a déclaré Tom Porcelli, économiste en chef - États-Unis, RBC Marchés des Capitaux. Cependant, comme le démontrent les résultats de l'indice, on ne peut ignorer l'incidence de la crise européenne sur la confiance des consommateurs américains. Celle-ci vient miner davantage un moral déjà fragile. »

Bien que l'indice RBC de l'emploi ait enregistré une baisse, les trois autres sous-indices ont connu une légère amélioration comparativement au mois dernier, amélioration qui n'est toutefois pas suffisante pour contrebalancer les inquiétudes croissantes liées à l'emploi.

  • L'indice RBC de la conjoncture a peu bougé ce mois-ci : il a gagné 0,3 point pour s'établir à 28,5. Neuf pour cent des consommateurs indiquent qu'ils se sentent plus disposés qu'il y a six mois à faire un achat important, comme une maison ou une voiture, comparativement à 56 % qui se disent moins disposés à faire un tel achat.

  • L'indice RBC des prévisions a lui aussi peu bougé. Il a gagné 0,2 point pour atteindre 50,8, niveau qui se situe toutefois sous celui de l'an dernier (53,5). Un consommateur sur cinq (21 %) s'attend à une amélioration de l'économie américaine et de sa propre situation financière au cours des douze prochains mois, tandis que 36 % des consommateurs s'attendent à ce que la situation se détériore.

  • L'indice RBC des investissements a connu une légère amélioration, passant à 32,7 grâce à une hausse de 0,6 point par rapport au mois dernier. Comme les autres sous-indices, l'indice RBC des investissements est en baisse comparativement à il y a un an (35,3). Dans la foulée des trois pires trimestres en trois ans au chapitre des investissements, plus d'un Américain sur trois (35 %) estime que la valeur de ses placements ou de ses épargnes baissera au cours du prochain trimestre.

  • Trois Américains sur quatre (75 %) affirment que les États-Unis sont sur la mauvaise voie. Cette proportion, la même qu'en septembre, est en hausse par rapport à octobre 2010 (63 %).

L'indice RBC des perspectives de consommation aux États-Unis
L'indice RBC des perspectives de consommation aux États-Unis, qui offre le portrait le plus à jour et le plus complet des perspectives des consommateurs américains, s'appuie sur des données recueillies au moyen d'entrevues auprès d'un échantillon national représentatif composé de plus de 1 000 Américains d'âge adulte. Le sondage est réalisé par Ipsos, deuxième plus grande société mondiale de sondages et d'études de marché, sur une période de plusieurs jours chaque mois. Les résultats dont fait état le présent communiqué ne sont que quelques-unes des conclusions du sondage réalisé par Ipsos du 29 septembre au 2 octobre 2011 auprès de 1 007 Américains d'âge adulte. Les résultats du sondage, qui permet d'établir l'indice RBC des perspectives de consommation aux États-Unis, sont communiqués dans les 36 heures suivant les entrevues en ligne avec les répondants américains composant l'échantillon. L'échantillon est établi selon la méthode des quotas pondérés afin d'assurer que sa composition reflète celle de la population des États-Unis selon les données du dernier recensement, et de fournir un échantillon probabiliste approximatif.

- 30 -

Personne-ressource, médias :
Raymond Chouinard, Relations avec les médias, RBC, 514 874-6556