Skip Header Navigation

À propos de RBC > Salle de presse > Communiqués > La confiance des consommateurs Américains retombe en juillet après avoir atteint un sommet le mois dernier, selon l'indice RBC des perspectives de consommation aux États-Unis

La confiance des consommateurs Américains retombe en juillet après avoir atteint un sommet le mois dernier, selon l'indice RBC des perspectives de consommation aux États-Unis

Après la récession, les Américains continuent de dépenser moins et de courir les aubaines

NEW YORK, 7 juillet 2011 Après être montée au plus haut depuis le début de la crise financière en 2008, la confiance des consommateurs américains a repris son évolution en dents de scie et s'est détériorée en juillet, selon l'indice mensuel RBC des perspectives de consommation aux États-Unis. D'après cet indice, la confiance des consommateurs a baissé à 43,7 en juillet, soit 3,0 points de moins que les 46,7 de juin.

Les Américains continuent de se serrer la ceinture - tendance qui avait commencé pendant la dernière récession, selon un sondage de 1 000 Américains réalisé pour l'indice RBC des perspectives de consommation aux États-Unis. Un très grand nombre de consommateurs ont indiqué qu'ils dépensent le même montant que l'an dernier, voire moins - 42 pour cent estiment avoir dépensé autant au premier semestre cette année que l'an dernier alors que 47 pour cent disent avoir dépensé moins. Pour l'avenir, la plupart (93 pour cent) prévoient maintenir leurs dépenses au niveau actuel au deuxième semestre de 2011 ou même les réduire encore davantage (43 et 50 pour cent, respectivement).

Plus d'un Américain sur quatre (28 pour cent) a opté pour des magasins meilleur marché pendant la récession et continue d'y faire ses achats, comparativement à 8 pour cent seulement qui s'étaient tournés vers les magasins minimarges, mais sont depuis revenus à leurs enseignes habituelles. Le tiers (37 pour cent) disent avoir toujours fréquenté les magasins à prix moins élevés et le quart (27 pour cent) ne jamais avoir délaissé leurs magasins préférés.

« La tendance globale de la confiance des consommateurs est positive depuis qu'elle a touché un creux au début de 2009, mais les améliorations sont irrégulières. Après une reprise solide le mois dernier, l'indice RBC des perspectives de consommation aux États-Unis pour juillet a enregistré des replis généralisés, avec des diminutions de tous les sous-indices, ce qui révèle que le moral des Américains reste fragile, dit Tom Porcelli, économiste en chef aux États-Unis de RBC Marchés des Capitaux. Les Américains continuent de douter de la santé générale de l'économie et un regain de confiance robuste et durable est peu probable avant la parution d'un nombre suffisant d'informations positives susceptibles de les faire changer d'avis. »

Malgré la baisse de l'indice RBC des perspectives de consommation aux États Unis, les données dénotent des tendances positives. Le nombre de consommateurs qui s'attendent à une hausse des prix de l'essence au cours des prochaines années a baissé à 67 pour cent, soit le niveau le plus bas depuis que l'enquête porte sur cette question. De plus, les pertes réelles d'emplois vécues demeurent inchangées par rapport au mois dernier, à 38 pour cent. Cela reste le meilleur niveau de cet indicateur depuis 2008.

Bien que les pertes d'emploi réelles soient restées stables, le sous-indice de l'emploi a plongé à 52,8 ce mois, pour s'établir à 1,9 point de moins qu'en juin (54,7), et a une fois de plus glissé sous sa moyenne historique de 53,9. La baisse était partiellement due à une légère diminution du nombre de consommateurs (40 pour cent) qui estiment qu'il est peu probable qu'eux-mêmes ou qu'un membre de leur entourage perde leur emploi au cours des six prochains mois, comparativement à 44 pour cent le mois dernier.

La baisse de ce mois-ci de l'indice RBC des perspectives de consommation aux États-Unis est principalement attribuable à l'affaissement du sous-indice de la conjoncture, qui a reculé de 3,4 points, de 36,8 en juin à 33,4. La moitié des Américains (48 pour cent) se disent moins à l'aise pour prendre d'importantes décisions d'achats tels qu'une maison ou une voiture, qu'il y a six mois.

Le sous-indice des investissements a perdu 4,7 points, passant de 41,0 en juin à 36,3. Seulement 14 pour cent des Américains pensent que le moment est propice pour placer en bourse au cours des prochains mois et la moitié (51 pour cent) pensent que ce n'est pas le moment d'investir.

Le sous-indice des prévisions de consommation a aussi diminué ce mois-ci de 3,5 points, passant de 56,6 en juin à 53,1. Pour les six prochains mois, à peine 23 pour cent des Américains s'attendent à ce que leurs finances personnelles soient plus solides qu'elles le sont aujourd'hui, comparativement à 30 pour cent en juin.

Les consommateurs sont restés incertains devant l'état de l'économie américaine en général. Sensiblement autant ont estimé que l'économie s'améliorera au cours de la prochaine année (25 pour cent) que ceux qui estiment qu'elle se dégradera davantage (28 pour cent). De plus, 63 pour cent des Américains jugent que le pays est sur une mauvaise voie, comparativement à 62 pour cent le mois dernier, alors que 37 pour cent estiment qu'il se dirige dans la bonne direction.

L'indice RBC des perspectives de consommation aux États-Unis
L'indice RBC des perspectives de consommation aux États-Unis, qui offre le portrait le plus à jour et le plus complet des perspectives des consommateurs américains, s'appuie sur des données recueillies au moyen d'entrevues auprès d'un échantillon national représentatif composé de plus de 1 000 Américains d'âge adulte. Le sondage est réalisé par Ipsos, deuxième plus grande société mondiale de sondages et d'études de marché, sur une période de plusieurs jours chaque mois. Les résultats dont fait état le présent communiqué ne sont que quelques-unes des conclusions du sondage réalisé par Ipsos du 28 juin au 1er juillet 2011 auprès de 1 014 Américains d'âge adulte. Les résultats du sondage qui permet d'établir l'indice RBC des perspectives de consommation aux États-Unis sont communiqués dans les 36 heures suivant les entrevues en ligne avec les répondants américains composant l'échantillon. L'échantillon est établi selon la méthode des quotas pondérés afin d'assurer que sa composition reflète celle de la population des États-Unis selon les données du dernier recensement, et de fournir un échantillon probabiliste approximatif.

- 30 -

Pour obtenir de plus amples renseignements, veuillez communiquer avec:
Kait Conetta, RBC Marchés des Capitaux, kait.conetta@rbc.com,
212 428-6409

Greg Hamrock, The Hubbell Group Inc., ghamrock@hubbellgroup.com,
781 878-8882