Skip Header Navigation

À propos de RBC > Salle de presse > Communiqués > Les Hausses de Prix Diminuent L'accessibilité à la Propriété au Canada, selon recherche Économique

Les Hausses de Prix Diminuent L'accessibilité à la Propriété au Canada, selon recherche Économique

TORONTO, le 20 mai 2011 —  L'accessibilité à la propriété au Canada a diminué au premier trimestre de 2011, après s'être améliorée au cours de la dernière moitié de 2010, selon le dernier rapport Tendances immobilières et accessibilité à la propriété, publié aujourd'hui par Recherche économique RBC. La baisse de l'accessibilité à la propriété s'explique principalement par l'augmentation du prix des propriétés dans la majorité des principaux marchés du Canada, tandis que les taux hypothécaires stables ont joué un rôle neutre cette fois-ci. Au cours des deux trimestres précédents, l'amélioration de l'accessibilité avait été principalement attribuable aux baisses des taux hypothécaires.

« Nous nous attendons à ce que la Banque du Canada relance bientôt sa campagne de normalisation de sa politique de taux d'intérêt, ce qui aura une incidence défavorable sur l'accessibilité à la propriété au Canada, affirme Robert Hogue, économiste principal, RBC. La croissance continue du revenu des ménages devrait toutefois amortir le choc. »

L'indice d'accessibilité à la propriété de RBC mesure la proportion du revenu avant impôts qu'un ménage doit consacrer aux coûts de possession d'une catégorie précise de propriété. Au premier trimestre de 2011, les indices relatifs aux trois grands types de propriétés suivis par RBC ont évolué à la hausse à l'échelle nationale (les hausses représentent une baisse de l'accessibilité)

L'indice d'accessibilité à la propriété pour le bungalow détaché étalon a augmenté de 0,7 point de pourcentage pour s'établir à 40,5 %, alors que les indices relatifs aux maisons à deux étages standards et aux appartements en copropriété standards ont avancé de 0,2 point de pourcentage pour s'établir respectivement à 46,2 % et à 27,7 % au premier trimestre..

« Les taux d'intérêt devraient bientôt recommencer à monter et entraîner une augmentation progressive du coût de la propriété, ce qui contribuera par ricochet à ralentir la demande sur le marché canadien de l'habitation, ajoute M. Hogue. « Nous pourrions connaître une certaine turbulence au printemps et à l'été, étant donné que les règles plus strictes en matière d'octroi de prêts hypothécaires entrées en vigueur en mars et en avril ont vraisemblablement entraîné un regain des activités immobilières au début de l'année. »

La majorité des marchés canadiens a connu une diminution de l'accessibilité au premier trimestre de 2011, notamment la Colombie-Britannique, où le fléchissement a été assez important. En particulier, les hausses importantes du prix des propriétés enregistrées à Vancouver ont fait augmenter le coût déjà élevé de la propriété. Au Québec, les acheteurs ont aussi dû composer avec des augmentations notables du coût de la propriété, tandis que l'avantage dont profitaient les acheteurs dans les provinces de l'Atlantique a un peu diminué. La situation est demeurée nuancée dans les autres régions du pays. Ainsi, le coût de la propriété a monté ou baissé selon les types de propriétés en Ontario, en Alberta et en Saskatchewan.

« Malgré le récent recul de l'accessibilité, les valeurs se maintiennent en général près de leurs moyennes à long terme dans les provinces, ce qui indique que la propriété demeure accessible ou, au pire, légèrement inaccessible au Canada, à l'exception notable de Vancouver ", précise M. Hogue.

Dans les grandes villes canadiennes, l'indice d'accessibilité de RBC pour les bungalows détachés s'est établi aux niveaux qui suivent : 72,1 % à Vancouver (hausse de 3,4 points de pourcentage par rapport au dernier trimestre) ; 47,5 % à Toronto (hausse de 0,8 point de pourcentage) ; 43,1 % à Montréal (hausse de 2,0 points de pourcentage) ; 39,0 % à Ottawa (hausse de 0,4 point de pourcentage) ; 35,9 % à Calgary (hausse de 0,9 point de pourcentage) et 31,5 % à Edmonton (hausse de 0,5 point de pourcentage).

L'indice d'accessibilité à la propriété, que RBC calcule depuis 1985, est fondé sur le montant qu'il en coûte pour posséder un bungalow détaché, l'étalon de référence raisonnable pour le marché canadien de l'habitation. D'autres types de propriétés sont aussi représentés dans l'indice, notamment la maison à deux étages standard et l'appartement en copropriété standard. Plus l'indice est élevé, plus il en coûte cher d'acquérir et de détenir une propriété. Ainsi, un indice d'accessibilité de 50 % signifie que le coût de la propriété, y compris les versements hypothécaires, les services publics et les impôts fonciers, absorbe 50 % du revenu mensuel avant impôts d'un ménage type

Voici quelques faits saillants du rapport pour l'ensemble du Canada :

  • Colombie-Britannique : Les fortes hausses du prix des maisons ont réduit l'accessibilité dans la province, au premier trimestre. Les indices de RBC en Colombie-Britannique ont monté de 0,8 à 1,8 point de pourcentage, soit les
    augmentations les plus importantes de l'ensemble des provinces. La faible accessibilité continuera de peser sur la demande locale, et elle risque d'entraîner de pénibles perturbations sur le marché au cours des prochains mois.
    • L'accessibilité a continué de décroître à Vancouver, où les indices ont grimpé de 1,0 point de pourcentage à 3,4 points de pourcentage, se rapprochant de sommets records. .

  • Alberta : Les prix stables ou en légère baisse ont contribué à améliorer sensiblement l'accessibilité en Alberta, l'an dernier. Bien que le marché ait progressé vers l'équilibre ces derniers mois, les prix évoluent très peu dans la province. En Alberta, les indices de RBC pour toutes les catégories de propriétés se sont établis en deçà de leur moyenne à long terme au premier trimestre.
    • Des signes timides indiquent que le marché de Calgary est finalement en train de se raffermir. Les acheteurs y bénéficient d'un niveau d'accessibilité attrayant, qui demeure le meilleur parmi les grandes villes canadiennes.

  • Saskatchewan : Après avoir connu une progression convaincante au cours du second semestre de l'an dernier, le prix des propriétés a quelque peu ralenti au début de 2011 et entraîné une nouvelle baisse du coût de la propriété en Saskatchewan. Les indices de RBC relatifs aux bungalows et aux maisons à deux étages se sont repliés de 0,7 point de pourcentage au premier trimestre, enregistrant une troisième augmentation trimestrielle d'affilée de l'accessibilité. Les appartements en copropriété n'ont pas suivi la tendance, et leur accessibilité a modestement diminué en raison des prix plus élevés.

  • Manitoba : L'accessibilité à la propriété demeure attrayante au Manitoba, où peu de variations ont été enregistrées au premier trimestre. L'indice relatif aux bungalows détachés a avancé de 0,1 point de pourcentage, l'indice relatif aux appartements en copropriété a reculé de 0,2 point de pourcentage et celui qui a trait aux maisons à deux étages est demeuré inchangé. Le Manitoba constitue encore l'un des deux seuls marchés provinciaux (l'autre étant l'Alberta) où les indices d'accessibilité se situent en deçà des moyennes à long terme pour l'ensemble des catégories de propriétés.

  • Ontario : Au premier trimestre de 2011, les reventes de propriétés ont progressé à un rythme régulier, mais lent en Ontario, tandis que le prix des maisons a augmenté modestement dans l'ensemble. Le niveau d'accessibilité a frôlé les moyennes à long terme, ce qui fait que la demande des acheteurs demeure principalement inchangée dans la province. Les indices de RBC relatifs aux bungalows et aux appartements en copropriété ont progressé (respectivement de 0,5 point de pourcentage et de 0,1 point de pourcentage), mais l'indice relatif aux maisons à deux étages a régressé (de 0,6 point de pourcentage). L'activité devrait connaître certaines difficultés au cours des prochains mois, en Ontario, étant donné la modification récente des règles en matière d'octroi de prêts hypothécaires et le relèvement prévu des taux d'intérêt.
    • Une conjoncture du marché plutôt tendue à Toronto a accéléré la montée du prix des propriétés et a entraîné une diminution de l'accessibilité, les indices de RBC relatifs aux bungalows détachés et aux appartements en copropriété progressant respectivement de 0,8 point de pourcentage et de 0,1 point de pourcentage.
    • À Ottawa, les indices relatifs aux bungalows détachés et aux maisons à deux étages ont augmenté modestement, alors qu'ils sont demeurés inchangés en ce qui a trait aux appartements en copropriété. Comme la plupart des indices ont franchi les moyennes à long terme, toute nouvelle baisse de l'accessibilité freinera probablement la demande dans la région.

  • Québec : Au Québec, les acheteurs ont dû composer avec une hausse du coût de la propriété au premier trimestre, qui a nettement pesé sur l'accessibilité. L'indice de RBC a monté de 1,1 point de pourcentage en ce qui a trait aux bungalows détachés et de 1,3 point de pourcentage en ce qui a trait aux maisons à deux étages, soit les hausses les plus fortes, après celles qui ont été enregistrées en Colombie-Britannique. Tous les indices au Québec dépassent légèrement leurs moyennes à long terme, ce qui revient à dire qu'une pression modérée s'exerce sur l'accessibilité dans la province.
    • À Montréal, les indices d'accessibilité se sont accrus de 0,1 point de pourcentage à 2,8 points de pourcentage au premier trimestre de 2011, et les valeurs relatives à tous les types de propriétés ont ainsi franchi les moyennes nationales et les moyennes à long terme de la région

  • Provinces de l'Atlantique : Au premier trimestre, la reprise de l'activité sur le marché de l'habitation a stimulé le prix des propriétés dans les provinces de l'Atlantique. Les reventes de maisons dans la région ont passablement grimpé pour le deuxième trimestre consécutif et regagné une partie du terrain perdu l'an dernier. Le niveau d'accessibilité a donc légèrement diminué dans la région. Les indices d'accessibilité ont progressé de 0,6 à 0,9 point de pourcentage au dernier trimestre, dans les provinces de l'Atlantique, quoique les valeurs aient avoisiné les moyennes à long terme et soient demeurées parmi les plus faibles du pays.

Le rapport Tendances immobilières et accessibilité à la propriété sera disponible dans son intégralité aujourd'hui à compter de 8 h (HE), au www.rbc.com/economie/marche/.

- 30 -


Pour obtenir de plus amples renseignements, veuillez communiquer avec:

Robert Hogue, Recherche économique
RBC, 416 974-6192

Raymond Chouinard, Relations avec les médias,
RBC, 514 874-6556