Skip Header Navigation

À propos de RBC > Salle de presse > Communiqués > Les cadres supérieurs du monde entier prévoient une forte croissance économique pour l'inde et la chine ;ils sont moins optimistes pour le Japon, l'Europe et les États-Unis, selon le sondage mondial de RBC Marchés des Capitaux

Les cadres supérieurs du monde entier prévoient une forte croissance économique pour l'inde et la chine ;ils sont moins optimistes pour le Japon, l'Europe et les États-Unis, selon le sondage mondial de RBC Marchés des Capitaux

NEW YORK, LONDRES, TORONTO, le 7 février 2011—  L'Inde et la Chine ont les meilleures perspectives de croissance pour les 12 prochains mois, tandis que l'avenir s'annonce moins brillant pour le Japon et l'Europe, selon les 461 cadres supérieurs d'entreprises et financiers du monde entier qui ont participé au dernier sondage commandité par RBC Marchés des Capitaux.

Les participants sont plutôt pessimistes pour les États-Unis, près des deux tiers (65 pour cent) prévoyant pour 2011 un taux de croissance inférieur à 2,7 pour cent, le taux d'expansion, en rythme annualisé, des 10 dernières années. En ce qui concerne les participants canadiens, 40 pour cent prévoient que la croissance du Canada en 2011 sera supérieure à celle des dix dernières années, 33 pour cent, qu'elle ralentira et le reste, que le taux de croissance économique canadien restera inchangé.

Le troisième sondage semestriel mondial commandité par RBC Marchés des Capitaux et réalisé par le groupe Economist Intelligence Unit (EIU) visait à obtenir les prévisions des cadres pour l'économie mondiale.

D'après le sondage, 77 pour cent des répondants croient que l'Inde connaîtra une plus forte croissance économique en 2011 qu'en 2010 et 76 pour cent pensent que les perspectives économiques de la Chine sont meilleures. L'Afrique et la Russie se sont aussi démarquées, puisque 50 pour cent des participants leur prédisent une meilleure croissance. Seulement un cadre sur quatre (25 pour cent) croit que la situation économique du Japon sera meilleure en 2011 qu'en 2010.

Invités à citer les régions dont les perspectives de croissance économique pour les 12 prochains mois sont les plus mauvaises, 32 pour cent ont indiqué l'Europe et 28 pour cent l'Amérique du Nord, tandis que 28 pour cent entrevoient un ralentissement au Japon.

Les craintes suscitées par les dettes souveraines et le désir de rendements plus élevés semblent pousser les investisseurs vers les pays émergents. Près des trois quarts des participants (73 pour cent) pensent que les valorisations des principaux marchés boursiers asiatiques augmenteront au cours des 12 prochains mois, et que l'afflux de fonds accroîtra le déséquilibre mondial. Les deux tiers prévoient aussi que les prix du pétrole et le renminbi chinois augmenteront d'ici l'an prochain, tandis que l'euro, le dollar et les bons du Trésor américain (treasuries) devraient baisser.

" Si la croissance économique mondiale a été plus forte que prévu en 2010, c'est grâce aux pays émergents et tout semble indiquer que ce mouvement continuera, a déclaré Marx Harris, cochef, Recherche mondiale, RBC Marchés des Capitaux. On devrait continuer d'observer un écart non seulement entre pays en développement et pays développés, mais aussi entre les pays développés, comme les États-Unis et l'Europe, où la reprise de l'économie américaine et les dettes souveraines européennes conduisent à l'adoption de politiques divergentes. "

Les opinions ont changé par rapport au même sondage mené il y a six mois : les répondants sont moins optimistes pour l'économie américaine et plus optimistes pour les autres économies régionales. Interrogés en mai 2010 sur les perspectives de croissance des 12 prochains mois, 60 pour cent avaient répondu que les perspectives étaient " meilleures " pour Amérique du Nord. Ce nombre est tombé à 48 pour cent en janvier 2011. Par contre, les prévisions sont meilleures pour l'Afrique. En mai, 40 pour cent prévoyaient une amélioration et leur nombre a augmenté à 50 pour cent en janvier. Le pourcentage des plus positifs pour la croissance économique des pays du Moyen Orient a aussi crû, passant de 41 pour cent en mai 2010 à 48 en janvier. L'Europe est la moins bien placée dans les attentes, mais le nombre de ceux qui lui prédisent de meilleures perspectives économiques a quand même augmenté, passant de 27 pour cent à 36 pour cent. La situation est la même pour les grands marchés boursiers européens, puisque 44 pour cent prévoient une performance positive, contre 38 pour cent en mai.

Le sondage révèle également un tableau différent pour les grandes monnaies mondiales. Si quatre cadres supérieurs sur cinq (80 pour cent) disent qu'ils s'attendent à ce que le dollar américain soit la monnaie mondiale dominante d'ici trois ans, exactement la même proportion qu'en mai 2010, seulement 53 pour cent croient qu'il sera encore dominant dans cinq ans, comparativement à 57 pour cent au printemps dernier. Quatre pour cent seulement des cadres accordent ce rôle dominant au renminbi d'ici trois ans, et 13 pour cent le voient comme monnaie dominante dans cinq ans. Par ailleurs, une nette majorité des répondants (73 pour cent) croient que le prix du pétrole pourrait être fixé dans une autre monnaie que le dollar d'ici trois ans.

" La majorité des cadres consultés croient que la conjoncture s'améliorera dans presque toutes les grandes régions du monde, mais à des rythmes différents, a commenté Richard E. Talbot, cochef, Recherche mondiale, RBC Marchés des Capitaux. Le temps qu'il faudra pour la reprise est incertain et les investisseurs devront se montrer prudents et évaluer soigneusement les possibilités sur chaque marché. "

À propos du sondage
RBC Marchés des Capitaux a chargé le groupe Economist Intelligence Unit de sonder 461 cadres supérieurs du monde entier (Amérique du Nord [38 %], Europe [38 %], Asie-Pacifique [14 %] et dans le reste du monde [9 %]), qu'ils soient ou non des clients de RBC Marchés des Capitaux, au sujet de l'avenir des marchés des capitaux. Le sondage a été réalisé en janvier 2011. Le groupe de répondants était composé de 211 cadres supérieurs actifs au sein de banques de dépôt ou d'investissement, de fonds de couverture, de gestionnaires d'actifs, de caisses de retraite, de fonds souverains, d'investisseurs institutionnels et de fonds d'investissement privés, et de 250 dirigeants travaillant pour des sociétés non financières actives dans les marchés mondiaux des capitaux.

RBC Marchés des Capitaux
RBC Marchés des Capitaux, division des services à la grande entreprise et de banque d'investissement de RBC, figure systématiquement au classement des 15 plus grandes banques d'investissement internationales. Comptant plus de 6 000 employés, RBC Marchés des Capitaux est présente à l'échelle mondiale sur les marchés des titres à revenu fixe, des changes, du financement des infrastructures, des capitaux participatifs, des mines et métaux et de l'énergie. Par l'intermédiaire de ses 75 bureaux dans 15 pays, la société offre des produits et services à des clients en Asie, en Australasie, au Royaume-Uni, en Europe, ainsi que dans toutes les grandes villes d'Amérique du Nord. Pour obtenir de plus amples renseignements, veuillez consulter le site www.rbccm.com.


- 30 -

Personne-ressource :
Raymond Chouinard, Montreal, 514 874-6556, raymond.chouinard@rbc.com

Note à l'intention des rédacteurs:
Pour consulter le document de recherche se rattachant au sondage, veuillez utiliser le lien suivant:
http://www.rbccm.com/about/file-552024.pdf