Sauter la barre de navigation du haut

À propos de RBC > Salle de presse > Communiqués > L’anxiété des consommateurs américains à propos de l’économie commence à baisser, selon l'indice RBC des perspectives de consommation

L’anxiété des consommateurs américains à propos de l’économie commence à baisser, selon l'indice RBC des perspectives de consommation

Les consommateurs restent prudents pour leurs projets d'achats ou de placements et ils passeront encore leurs vacances d'été à la maison

NEW YORK, le 6 mai, 2010 —Les Américains commencent à se débarrasser de l'anxiété face à l'économie qui a sapé le moral des consommateurs au cours des deux dernières années, et ils sont moins pessimistes pour l'avenir de leur économie locale et pour la sécurité d'emploi, selon l'indice RBC des perspectives de consommation aux États-Unis. Soutenu par la confiance croissante dans l'économie locale, l'indice RBC a grimpé à 72,7 en mai 2010, alors qu'il était de 64,6 en avril, soit une hausse de 8,1 points. Les consommateurs sont toutefois toujours très inquiets pour leur situation financière personnelle et restent très sceptiques en ce qui a trait à leurs placements personnels et à l'économie de leur pays.

La confiance des consommateurs ne s'améliore que lentement, car beaucoup jugent que les choses ne se sont pas spécialement améliorées depuis le mois dernier. À 52 %, la proportion des consommateurs qui estiment que leur économie locale est « très faible » a continué de baisser, puisqu'elle était de 55 % en avril et de 59 % en mars. En outre, 22 % croient que leur économie locale devrait se raffermir au cours des six prochains mois, contre 18 % le mois précédent.

Les consommateurs sont aussi un peu moins inquiets pour la sécurité d'emploi. Ils sont 42 % à dire qu'il est peu probable que des gens qu'ils connaissent perdent leur emploi dans les six prochains mois, ce qui constitue une nette amélioration par rapport aux 36 % qui étaient de cet avis en avril. Cependant, le nombre des consommateurs qui connaissent personnellement quelqu'un qui a perdu son emploi dans leur entourage immédiat est resté inchangé par rapport au mois d'avril, à 49 %.

« L'indice RBC des perspectives de consommation du mois de mai révèle que les consommateurs se montrent moins négatifs et plus neutres, mais qu'ils ne sont pas encore positifs - ils ne sont pas encore prêts à dire que les choses se sont améliorées, surtout pour l'économie nationale, a déclaré Marc Harris, cochef, Recherche mondiale, RBC Marchés des Capitaux. Rares sont les Américains prêts à déclarer qu'ils vivent bien. »

L'état de l'économie nationale continue de préoccuper fortement les consommateurs, même s'ils manifestent une plus grande confiance au sujet de l'emploi et de l'économie locale. Globalement, 31 % croient que l'économie américaine sera en meilleur état l'an prochain tandis que 26 % pensent que la situation empirera et 43 %, qu'elle sera identique à aujourd'hui.

Les projets de dépenses pour l'été ont toujours été un bon baromètre du moral des consommateurs, et les prévisions pour cette année montrent que les consommateurs restent prudents. Moins d'un Américain sur huit dit qu'il dépensera plus que l'an dernier pour des voyages et des vacances (12 %), les loisirs et activités sociales (11 %), les vêtements ou accessoires (8 %) et les sorties au restaurant (8 %).

Une importante majorité des Américains ont l'intention de passer leurs prochaines vacances d'été à la maison (63 %) ou de faire un voyage en voiture (59 %). Ils sont nettement moins susceptibles de prendre l'avion pour aller passer des vacances dans leur pays (26 %) ou à l'étranger (12 %).

Plus généralement, le nombre d'Américains qui pensent que les États-Unis sont sur une mauvaise pente a grimpé à 60 % en mai ; 40 % estiment au contraire que leur pays est sur la bonne voie. En avril, ils étaient respectivement 56 % et 44 % à partager ces opinions.

Les consommateurs continuent de s'inquiéter de leur situation financière personnelle. La moitié d'entre eux (49 %) ont déclaré que leur situation financière était plus mauvaise que trois mois plus tôt ; ils étaient 45 % à le dire en avril. De même, 44 % continuent de qualifier leur situation financière actuelle de médiocre (contre 43 % en avril).

Pour l'avenir, 20 % des personnes consultées croient que leur niveau d'endettement baissera d'ici trois mois, comparativement à 23 % en avril. Une majorité (52 %) estime qu'une fois leurs factures payées, leur revenu disponible sera le même dans trois mois.

À cause de l'inquiétude que continue de susciter l'ensemble de l'économie, les investisseurs craignent d'injecter des capitaux dans les marchés ou dans l'immobilier. Vingt pour cent seulement des consommateurs estiment que c'est une bonne période pour investir en bourse, la même proportion que le mois dernier. Le tiers (32 %) croient que c'est le mois idéal pour investir dans l'immobilier, un chiffre un peu en baisse par rapport à 34 % en avril. Cependant, le nombre de consommateurs qui cherchent activement à acheter un nouveau logement a grimpé à 8 % en mai 2010, alors qu'ils n'étaient que 6 % le mois dernier.

L'impression générale qui se dégage de la lecture de l'indice RBC est que les consommateurs reprennent peu à peu confiance dans la situation économique locale, mais qu'ils ne sont pas encore convaincus qu'une reprise économique solide et durable est amorcée à l'échelle nationale.

« Les consommateurs demandent des preuves, des preuves d'un rétablissement solide et durable de l'économie avant d'accepter de croire que la reprise est ancrée durablement, a souligné M. Harris. Tant qu'ils n'auront pas ces preuves, ils réserveront leur jugement, ce qui pourrait avoir des répercussions sur leurs projets de dépenses et d'investissements. »

L'indice mensuel RBC des perspectives de consommation aux États-Unis
L'indice mensuel RBC des perspectives de consommation aux États-Unis, qui offre le portrait le plus à jour et le plus complet des perspectives des consommateurs américains, s'appuie sur des données recueillies au moyen d'entrevues auprès d'un échantillon national représentatif composé de 1 008 Américains d'âge adulte. Le sondage a été réalisé par Ipsos, deuxième plus grande société mondiale de sondages et d'études de marché, sur une période de cinq jours pendant la première semaine du mois à l'étude. Les résultats dont fait état le présent communiqué ne sont que quelques-unes des conclusions du sondage réalisé par Ipsos du 29 avril au 2 mai 2010. Les résultats du sondage qui permet d'établir l'indice mensuel RBC des perspectives de consommation aux États-Unis sont communiqués dans les 36 heures suivant les entrevues en ligne avec les répondants américains composant l'échantillon. L'échantillon est établi selon la méthode des quotas pondérés afin d'assurer que sa composition reflète celle de la population des États-Unis selon les données du dernier recensement, et de fournir un échantillon probabiliste approximatif.

- 30 -

Personnes-ressources :
Raymond Chouinard,
RBC, raymond.chouinard@rbc.com, 514 874-6556