Sauter les onglets de navigation

À propos de RBC > Salle de presse > Communiqués > Les consommateurs Américains sont encore pessimistes en ce qui a trait à l'état de leur économie, mais commencent à montrer de l'optimisme à l'égard de leur situation financière personnelle, selon l'Indice RBC des perspectives de consommation

Les consommateurs Américains sont encore pessimistes en ce qui a trait à l'état de leur économie, mais commencent à montrer de l'optimisme à l'égard de leur situation financière personnelle, selon l'Indice RBC des perspectives de consommation

NEW YORK, le 8 avril, 2010 —La majorité (82 %) des Américains estiment que l'état de leur économie locale restera le même ou se détériorera au cours du prochain semestre, selon les résultats d'un nouveau sondage mensuel réalisé auprès des consommateurs américains. Ces résultats, qui sont utilisés pour établir l'indice RBC des perspectives de consommation aux États-Unis, ont été diffusés aujourd'hui par RBC. D'autre part, on y trouve aussi des signes d'une confiance grandissante, car un peu plus de la moitié des Américains (51 %) se disent maintenant optimistes à l'égard de leur situation financière personnelle.

L'indice RBC des perspectives de consommation, qui offre l'analyse la plus complète et la plus ouverte sur l'avenir des perceptions des consommateurs au sujet de l'état de l'économie nationale et locale et de leur propre situation financière, s'appuie sur un échantillon national représentatif composé de 1 007 Américains d'âge adulte ayant répondu à un sondage réalisé par Ipsos du 1er au 5 avril 2010. À l'avenir, RBC publiera mensuellement l'état de l'indice. Les prochains rapports offriront des comparaisons et des analyses des grandes tendances dans les attitudes et les comportements des consommateurs, ainsi que des analyses régionales.

« Nous croyons fermement que ce premier aperçu des opinions actuelles des consommateurs sera d'une grande valeur pour ceux qui sont à la recherche d'analyses de marché pertinentes et prévisionnelles, a déclaré Marc Harris, cochef, Recherche mondiale, RBC Marchés des Capitaux. Nous croyons que les investisseurs s'intéresseront à ces données, en parleront et s'en serviront pour agir. »

À la différence d'autres indices, dont l'approche est rétrospective, l'indice mensuel RBC fournit aux intervenants des marchés les perspectives les plus actuelles et les plus détaillées sur les attitudes et les comportements des consommateurs américains. Comportant 36 questions, soit plus du double du nombre de questions posées dans les sondages liés à d'autres indices, l'indice RBC des perspectives de consommation est le plus approfondi sur le marché. Il contient une mine de renseignements permettant de mieux comprendre les perceptions actuelles des consommateurs au sujet de leur situation financière personnelle, de l'emploi et de la sécurité d'emploi, ainsi que de l'état actuel et futur des économies nationale et locale. Le sondage comprend aussi un nombre déterminé de questions portant sur les dépenses, l'épargne et la confiance des investisseurs.

Selon les conclusions du sondage, les consommateurs sont de plus en plus confiants en ce qui a trait à leur situation financière personnelle. Les Américains sont plus nombreux à croire que leur situation financière est bonne (51 %) que mauvaise (45 %), à l'inverse des données de référence recueillies en mars (bonne = 42 %, mauvaise = 55 %). Les consommateurs sont également plus confiants en ce qui a trait à l'argent disponible pour les dépenses (opinion favorable à 42 % en avril, en hausse de six points par rapport à 36 % en mars).

Bien que près de la moitié des consommateurs (46 %) s'attendent à une hausse des taux d'intérêt au cours du prochain semestre, ils sont divisés pratiquement à parts égales lorsqu'on leur demande si la période actuelle est idéale pour l'achat d'une propriété immobilière, comme une maison ou une résidence de villégiature. En effet, 34 % affirment que la période actuelle est propice à l'achat, et 36 %, qu'elle ne l'est pas.

Malgré une reprise des marchés boursiers amorcée depuis l'année dernière, les Américains sont également divisés lorsqu'on leur demande si la période actuelle est propice pour les investissements ; 20 % estiment qu'il s'agit d'une bonne période pour investir, 28 %, d'une mauvaise période, et 52 % sont indécis. Toutefois, il s'agit là d'une amélioration comparativement aux données de référence de mars, selon lesquelles 38 % des Américains estimaient qu'il s'agissait d'une mauvaise période pour investir.

Lorsqu'on a demandé aux répondants s'ils étaient plus ou moins confiants en matière de sécurité d'emploi pour eux-mêmes, les membres de leur famille ou les gens qu'ils connaissent personnellement, seulement 13 % d'entre eux se sont dits plus confiants. Quarante-et-un pour cent (41 %) se sont dits moins confiants, et 42 % ont affirmé que leur niveau de confiance n'avait pas changé. Une fois de plus, il s'agit là d'une amélioration par rapport aux données de référence de mars, non publiées, selon lesquelles 49 % des répondants se disaient moins confiants.

« Bien que les perspectives des consommateurs demeurent peu élevées dans l'ensemble et qu'elles ne semblent pas s'améliorer rapidement, elles continuent de progresser après avoir chuté durant la dernière crise financière et la récession subséquente. Cette amélioration se remarque surtout dans la confiance grandissante des consommateurs à l'égard de leur situation financière personnelle, a ajouté M. Harris. Les gens se sentent plus confiants, mais ils demeurent très prudents. »

La prudence des Américains se reflète dans leurs plans quant à l'utilisation des remboursements d'impôt attendus. Quatre répondants sur dix (45 %) qui s'attendent à recevoir un remboursement d'impôt cette année ont affirmé qu'ils s'en serviraient pour réduire ou pour rembourser complètement une dette, et 26 %, qu'ils le réservaient à l'épargne. Seulement 28 % des répondants prévoient utiliser leur remboursement d'impôt pour acheter des biens, essentiels ou non.

Bien qu'une légère majorité d'Américains (56 %) continuent de croire que les États-Unis ne sont pas sur la bonne voie, ce résultat représente une amélioration par rapport aux données de référence recueillies en mars mais non publiées, selon lesquelles 62 % des répondants estimaient que l'économie américaine n'était pas sur la bonne voie.

Enfin, les Américains ont exprimé leur scepticisme à l'égard des avantages de la loi sur la réforme du système de santé, récemment adoptée. La majorité des Américains croient que la réforme du système de santé entraînera une hausse des impôts (75 %), une hausse de leurs dépenses personnelles en soins de santé (68 %), ainsi qu'une diminution de la qualité des soins (53 %). Les trois quarts des répondants (76 %) ne croient pas que la réforme du système de santé s'accompagnera d'une réduction de leurs primes d'assurance maladie.

L'indice mensuel RBC des perspectives de consommation aux états-Unis
L'indice mensuel RBC des perspectives de consommation aux états-Unis, qui offre le portrait le plus à jour et le plus complet des perspectives des consommateurs américains, s'appuie sur des données recueillies au moyen d'entrevues auprès d'un échantillon national représentatif composé de 1 007 Américains d'âge adulte. Le sondage a été réalisé par Ipsos, deuxième plus grande société mondiale de sondages et d'études de marché, sur une période de cinq jours pendant la première semaine du mois à l'étude. Les résultats dont fait état le présent communiqué ne sont que quelques unes des conclusions du sondage réalisé par Ipsos du 1er au 5 avril 2010. Les résultats du sondage qui permet d'établir l'indice mensuel RBC des perspectives de consommation aux états-Unis sont communiqués dans les 36 heures suivant les entrevues en ligne avec les répondants américains composant l'échantillon. L'échantillon est établi selon la méthode des quotas pondérés afin d'assurer que sa composition reflète celle de la population des états-Unis selon les données du dernier recensement, et de fournir un échantillon probabiliste approximatif.  

- 30 -

Personne-ressource :
Raymond Chouinard, RBC, 514 874-6556