Sauter la barre de navigation du haut

À propos de RBC > Salle de presse > Communiqués > Le Canada sur la voie de la reprise, selon les services Économiques RBC

Le Canada sur la voie de la reprise, selon les services Économiques RBC

L'augmentation des dépenses au pays et le redressement des marchés du crédit devraient stimuler la croissance économique en 2010 et en 2011

TORONTO, le 11 mars, 2010 — Grâce à des investissements de relance records, au redressement des marchés du crédit et à la reprise des dépenses de consommation, l'économie canadienne devrait renouer avec la croissance et le PIB réel canadien devrait s'établir à 3,1 % en 2010, selon le nouveau rapport des Services économiques RBC.

« La reprise économique au Canada semble solidement établie, alors que les mesures de relance, la faiblesse historique des taux d'intérêt et le redressement des marchés du crédit exerceront leur effet maximum cette année, a affirmé Craig Wright, premier vice-président et économiste en chef, RBC. Par la suite, toute croissance supplémentaire devra reposer sur la vigueur du marché immobilier et sur les dépenses en immobilisations du secteur privé, alors que les entreprises embaucheront et amorceront des investissements. »

Selon le rapport, l'économie canadienne croîtra à un rythme plus modéré suivant le bond de 5 % enregistré au dernier trimestre de 2009. La stabilité du secteur automobile et la hausse des cours des produits de base devraient continuer de soutenir une amélioration graduelle du marché de l'emploi. Le taux de chômage devrait s'établir, en moyenne, à 8,4 % en 2010, avant de redescendre à 7,7 % en 2011.

Toujours selon le rapport, les dépenses de consommation devraient croître de 2,8 % en 2011, un rythme semblable à celui de 2010, et les dépenses en immobilisations des entreprises devraient bondir de plus de 7 % l'an prochain, suscitant une expansion de 3,9 % du PIB canadien en 2011.

De récents indicateurs de l'activité dans le marché du logement laissent entrevoir une robuste reprise dans ce secteur. On prévoit une augmentation des mises en chantier à 184 000 en 2010, soit une importante amélioration par rapport à 2009 (149 000 mises en chantier).

« L'amélioration de l'emploi et la faiblesse des taux hypothécaires devraient alimenter la demande de logements et, par conséquent, la vigueur continue de ce secteur, a ajouté M. Wright. Nous nous attendons toutefois à ce que l'activité immobilière ralentisse au cours de la deuxième moitié de l'année, lorsque les taux amorceront une remontée et que la propriété deviendra moins abordable. »

Les récentes données en provenance des États-Unis indiquant une nette tendance à l'amélioration, RBC prévoit que le PIB américain croîtra de 2,9 % en 2010 et de 3,4 % en 2011. Selon le rapport, la demande interne dans ce pays est en hausse, tout comme les dépenses de consommation et l'activité économique dans les secteurs de la construction résidentielle et des exportations.

La croissance économique en 2010 sera favorisée, à l'échelle provinciale, par des avancées à Terre-Neuve-et-Labrador (4,1 %), en Saskatchewan (3,6 %), en Colombie-Britannique (3,4 %) et en Ontario (3,3 %). La croissance en Alberta devrait s'établir à 2,5 % seulement cette année, mais devrait atteindre 4,4 % en 2011, le taux de croissance provincial le plus élevé après celui de la Saskatchewan (4,6 %).

- 30 -

Personne-ressource, médias :
Claude Lussier,
Relations avec les médias, RBC, 514-874-5919, claude.lussier@rbc.com