Skip Header Navigation

À propos de RBC > Salle de presse > Communiqués > Les jeunes Canadiens envisagent leurs perspectives d’emploi avec beaucoup plus de pessimisme qu’avant la COVID-19 : Perspectives jeunesse Objectif avenir RBC 2020

Les jeunes Canadiens envisagent leurs perspectives d’emploi avec beaucoup plus de pessimisme qu’avant la COVID-19 : Perspectives jeunesse Objectif avenir RBC 2020

Le poids de la réussite pèse notamment plus lourdement sur les jeunes femmes, qui remarquent qu’elles ne s’en sortent pas aussi bien que leurs homologues masculins

TORONTO, le 5 mars, 2021 - Une étude d’Objectif avenir RBC menée auprès de plus de 1 800 Canadiens âgés de 14 à 29 ans a révélé que, dans toutes les provinces et les grandes villes, les jeunes sont beaucoup plus inquiets quant à leurs perspectives d’emploi et à leur préparation à l’avenir du monde du travail.

D’après les données recueillies dans le cadre de l’étude Perspectives jeunesse Objectif avenir RBC, l’interruption des classes, les nouvelles réalités découlant de la distanciation sociale et le sentiment général d’anxiété et de peur à l’égard de la COVID-19 ont tous une incidence négative sur les perspectives professionnelles des jeunes. Les jeunes Canadiens croient que l’éducation en temps de pandémie ne les prépare pas adéquatement au monde du travail. Près de la moitié des jeunes actuellement aux études disent avoir le sentiment que l’enseignement dispensé durant la COVID-19 les prépare moins bien qu’avant à intégrer le marché du travail.

Il y a aussi une nette divergence entre la perception des jeunes femmes et celle de leurs homologues masculins. Le sentiment d’inquiétude augmente chez les jeunes femmes dont la situation d’emploi a été perturbée par la COVID-19, et explose chez celles qui estiment appartenir à une minorité visible ou à la communauté LGBTQ2S+.

Selon un rapport du groupe Services économiques RBC, les femmes de la génération Z représentent 2,5 % de la main-d’œuvre canadienne, mais comptent pour 17 % du déclin total de l’emploi durant la pandémie.

Malheureusement, cela marque le début d’un cycle aggravant qui contribue à la récession féminine, soit lorsque le taux de chômage chez les femmes est supérieur à celui chez les hommes.

« La pandémie de COVID-19 a bouleversé la vie des jeunes partout au pays. Il n’est pas surprenant qu’ils se sentent plus inquiets quant à leur capacité de décrocher les emplois qu’ils convoitent, a déclaré Mark Beckles, vice-président, Innovation et impact sociaux, RBC. Avec Objectif avenir RBC, nous nous engageons à outiller les jeunes d’aujourd’hui pour les emplois de demain. En collaboration avec nos nombreux partenaires, nous travaillons à trouver de nouvelles façons de joindre les jeunes et à leur donner le soutien dont ils ont besoin pour gérer la situation et réussir dès maintenant, afin qu’ils soient prêts à trouver du travail et puissent aborder leur cheminement de carrière avec confiance. »

Voici quelques-unes des principales conclusions de l’étude :

  • D’une façon ou d’une autre, 7 jeunes Canadiens sur 10 (70 %) apprennent à distance et près de 3 sur 10 (28 %) disent suivre des cours exclusivement en ligne. Aussi, 45 % affirment que l’éducation qu’ils reçoivent en ligne pendant la pandémie les prépare moins bien à la carrière qu’ils désirent.
  • Plus de la moitié des jeunes travailleurs canadiens ont connu une brusque interruption d’emploi (heures réduites et perte d’emploi). En comparaison, près de la moitié (47 %) des jeunes qui travaillent à temps plein le font à domicile ou du moins à temps partiel.
  • Bien que les jeunes Canadiens reconnaissent l’importance du réseautage (troisième aptitude professionnelle la plus recherchée, après les perspectives de carrière et les qualifications), ils la considèrent, dans l’ensemble, comme aussi importante que la santé mentale. De plus, les jeunes qui ont conservé une bonne santé mentale sont plus susceptibles d’être prêts à réseauter.
  • Même si l’optimisme caractéristique de la jeunesse ressort des données, le bien-être mental des jeunes fait mauvaise figure en 2020. La COVID-19 demeure une préoccupation pour beaucoup et représente l’un des principaux facteurs menant à l’anxiété : 51 % des participants affirment que la pandémie a eu une incidence négative sur leur santé mentale, et 45 % des répondants affirment qu’elle a porté un coup dur à leur vision de l’avenir.

Objectif avenir RBC est un engagement de 500 millions de dollars que RBC a pris sur dix ans pour outiller les jeunes Canadiens pour les emplois de demain. RBC est déterminée à agir comme catalyseur de changement en rassemblant le gouvernement, les éducateurs, le secteur public et les organismes sans but lucratif pour trouver des solutions qui aideront les jeunes à mieux se préparer à l’avenir du monde du travail par l’acquisition d’expérience de travail pratique, le perfectionnement des aptitudes, le réseautage et l’accès à du soutien et à des services favorisant le bien-être mental. En 2020, nous nous sommes engagés à investir 50 millions de dollars d’ici 2025 dans le programme Objectif avenir RBC afin de favoriser la prospérité de 25 000 jeunes personnes autochtones, noires et de couleur (PANDC), notamment par le mentorat et le perfectionnement des aptitudes.

En réaction à la COVID-19, nous avons modifié notre approche afin de joindre les jeunes en ligne au moyen d’Objectif avenir RBC à la maison et du Sommet Prêt pour l’avenir Objectif avenir RBC.

Méthodologie de l’étude
L’étude a été menée auprès d’un échantillon de 1 800 jeunes Canadiens (âgés de 14 à 29 ans) par l’entremise de la plateforme en ligne Ipsos Je-Dis. Pour les jeunes de moins de 18 ans, l’autorisation d’un parent ou d’un tuteur était requise avant la participation à l’étude.

Les entretiens ont été réalisés en français et en anglais entre le 4 novembre et le 17 novembre 2020. Une pondération a été appliquée à l'échantillon total pour assurer que la composition de l'échantillon final soit représentative de la population de jeunes adultes du Canada selon les données du recensement de Statistique Canada. La précision des sondages non-probabilistes d'Ipsos est mesurée par un intervalle de crédibilité. L'intervalle de crédibilité pour ce sondage est de ± 2,6 %, dans 19 cas sur 20, si tous les jeunes Canadiens avaient été sondés. L'intervalle de crédibilité est plus grand pour les sous-groupes de la population. Tous les sondages par échantillon peuvent être soumis à d'autres sources d'erreur, incluant, notamment, une erreur de couverture ou de mesure.

Aperçu de RBC
La Banque Royale du Canada est une institution financière mondiale définie par sa raison d’être, guidée par des principes et orientée vers l’excellence en matière de rendement. Notre succès est attribuable aux quelque 86 000 employés qui mettent à profit leur créativité et leur savoir-faire pour concrétiser notre vision, nos valeurs et notre stratégie afin que nous puissions contribuer à la prospérité de nos clients et au dynamisme des collectivités. Selon la capitalisation boursière, nous sommes la plus importante banque du Canada et l’une des plus grandes banques du monde. Nous avons adopté un modèle d’affaires diversifié axé sur l’innovation et l’offre d’expériences exceptionnelles à nos 17 millions de clients au Canada, aux États-Unis et dans 34 autres pays. Pour en savoir plus, visitez le site rbc.com.‎

Nous sommes fiers d’appuyer une grande diversité d’initiatives communautaires par des dons, des investissements dans la collectivité et le travail bénévole de nos employés. Pour de plus amples renseignements, visitez rbc.com/collectivités-durabilite.

- 30 -

Renseignements : Elynn Wareham, Communications, RBC, 647 533-8152