Skip Header Navigation

À propos de RBC > Salle de presse > Communiqués > Selon le dernier sondage de RBC Gestion mondiale d’actifs, l’adoption des critères ESG se répand à l’échelle mondiale, la COVID-19 changeant la perception des investisseurs quant aux critères d’ordre social

Selon le dernier sondage de RBC Gestion mondiale d’actifs, l’adoption des critères ESG se répand à l’échelle mondiale, la COVID-19 changeant la perception des investisseurs quant aux critères d’ordre social

Les investisseurs institutionnels s’intéressent par ailleurs de plus en plus à l’investissement d’impact

Points saillants :

  • Soixante-quinze pour cent des investisseurs institutionnels intègrent les critères ESG à leur processus de placement, par rapport à 70 % en 2019
  • Les investisseurs du monde entier sont de plus en plus convaincus que les portefeuilles intégrant les critères ESG peuvent atténuer le risque et accroître les rendements. Plus de 84 % des répondants estiment que les portefeuilles intégrant les critères ESG produiront des rendements aussi bons ou meilleurs que ceux des portefeuilles qui en font abstraction.
  • Hormis les États-Unis, où l’adoption des critères stagne, la plupart des autres grands marchés utilisent de plus en plus les critères ESG. Près de 26 % des investisseurs aux États-Unis ont exprimé leur scepticisme quant aux avantages des critères ESG du point de vue des placements.
  • La pandémie de COVID-19 commence à changer la perception des investisseurs envers les critères ESG. Ceux-ci réclament une plus grande quantité d’information de la part des entreprises relativement aux différents critères d’ordre « social », notamment au chapitre de la santé des employés.
  • La lutte contre la corruption est maintenant le risque ESG qui préoccupe le plus les investisseurs institutionnels

TORONTO, le 14 octobre, 2020 - Selon le Sondage sur l’investissement responsable RBC Gestion mondiale d’actifs 2020 (RBC GMA), l’adoption des critères environnement, société et gouvernance (« ESG ») continue de croître à l’échelle mondiale, sauf aux États-Unis, où les investisseurs institutionnels doutent de la valeur de ces critères du point de vue des placements.

Comparativement à 2019, la proportion des investisseurs institutionnels qui croient que les portefeuilles intégrant les critères ESG dégageront des rendements égaux ou supérieurs à ceux des portefeuilles qui en font abstraction a augmenté au Canada (97,5 % contre 90 %), en Europe (96 % contre 92 %) et en Asie (93 % contre 78 %). Les répondants aux États-Unis se montrent toutefois plus sceptiques envers le potentiel de rendement des portefeuilles intégrant des critères ESG, car seulement 74 % d’entre eux (par rapport à 78 % en 2019) estiment que ces portefeuilles rapporteront autant ou plus que les portefeuilles qui n’en tiennent pas compte, et plus du quart des répondants aux États-Unis (par rapport à 22 % en 2019) croient que les portefeuilles intégrant les critères ESG généreront des rendements inférieurs.

Cette tendance s’est également confirmée lorsque l’on a demandé aux répondants si les portefeuilles intégrant les critères ESG avaient la capacité de créer un alpha durable à long terme et d’atténuer le risque. La majorité des investisseurs institutionnels au Canada (70 %), en Europe (72 %) et en Asie (71 %) sont d’avis que l’adoption des critères ESG peut contribuer à créer un alpha durable à long terme. Par contre, les investisseurs aux États-Unis n’en sont pas aussi convaincus, près de 60 % affirmant ne pas croire que les portefeuilles intégrant les critères ESG peuvent générer de l’alpha durable à long terme ou ne pas en être sûrs. Lorsqu’on leur a demandé si les portefeuilles intégrant les critères ESG avaient la capacité d’atténuer le risque, un peu plus de la moitié (53 %) des investisseurs aux États-Unis ont affirmé qu’il en était ainsi, tandis que les investisseurs au Canada (87 %), en Europe (85 %) et en Asie (65 %) en sont beaucoup plus convaincus.

La pandémie de COVID-19 commence à influencer le point de vue des investisseurs concernant les critères ESG. Bien que l’importance accordée à l’intégration des critères ESG n’ait pas changé pour la majorité des investisseurs, plus de 28 % des répondants ont déclaré que la COVID-19 les avait amenés à porter une attention encore plus soutenue aux critères ESG, ce qui est un changement notable pour 2020. Il importe aussi de souligner que 53 % des investisseurs pensent qu’en raison de la pandémie, les entreprises devraient donner plus de précisions sur la sécurité des travailleurs, les avantages sociaux des employés en matière de santé, la culture d’entreprise et d’autres facteurs sociaux.

« Dans notre analyse des tendances d’une année sur l’autre des résultats du sondage, nous constatons qu’une majorité croissante d’investisseurs institutionnels sont persuadés que l’intégration des critères ESG à leur approche de placement est avantageuse », dit Melanie Adams, vice-présidente et chef, Gouvernance et investissement responsable à RBC Gestion mondiale d’actifs. « Une nouvelle tendance à surveiller à l’avenir sera l’incidence qu’aura eue la pandémie de COVID-19 sur les investisseurs. Les résultats de cette année révèlent déjà que les investisseurs réclament des entreprises qu’elles fournissent plus de renseignements sur la santé et la sécurité de leurs employés. Nous nous attendons donc à ce que la COVID-19 ait une incidence sur la psychologie des investisseurs au cours des années à venir ».

Faits saillants mondiaux

Voici quelques autres points intéressants révélés par le sondage :

  • Les investisseurs accordent une attention accrue au risque lié à la chaîne logistique pendant la pandémie : Le risque lié à la chaîne logistique (43 %), le risque lié aux changements climatiques (37 %) et la culture d’entreprise (31 %) sont les trois principales préoccupations citées par les 36 % des répondants qui s’intéressent de plus près à des critères ESG précis depuis la pandémie.
  • L’appui manifesté envers l’adoption de cibles de diversité et d’inclusion au sein du conseil d’administration est ferme : Alors que le mouvement Black Lives Matter et d’autres problèmes de justice raciale occupent de nouveau l’avant-scène, le nombre de répondants se déclarant en faveur de l’établissement de cibles favorisant la diversité des minorités visibles au sein du conseil (44 %) étant supérieur à la proportion de répondants contre l’adoption de telles cibles (28 %). De même, un plus grand nombre de répondants se sont déclarés en faveur de l’établissement de cibles relativement à la diversité des genres au sein du conseil d’administration (49 %) que contre l’établissement de telles cibles (26 %).
  • Les investisseurs prévoient s’intéresser de plus près à l’investissement d’impact : Depuis l’an dernier, le nombre d’investisseurs qui ont l’intention d’affecter des liquidités à l’acquisition de solutions d’investissement d’impact a augmenté. Cette année, 40 % des investisseurs ont affirmé avoir l’intention d’affecter plus de liquidités à l’achat de produits d’impact au cours des cinq prochaines années, alors que 28 % d’entre eux étaient désireux de le faire l’an dernier. Les répondants en Europe ont quant à eux exprimé un intérêt marqué à ce sujet, 63 % d’entre eux envisageant d’affecter des liquidités à l’achat de produits d’impact dans un avenir rapproché.
  • Les investisseurs européens tiennent compte davantage que leurs pairs du risque lié aux changements climatiques dans les politiques de placement : À l’échelle mondiale, environ 72 % des répondants ont répondu « non » ou « incertain » lorsqu’on leur a demandé s’ils abordaient le risque lié aux changements climatiques dans leur politique de placement. L’Europe s’est clairement démarquée sur cette question, près de 65 % des répondants ayant déclaré que le risque lié aux changements climatiques était pris en considération dans leur politique de placement.
  • Les investisseurs réclament plus de solutions de placement associées aux changements climatiques : Plus de 80 % des répondants aux États-Unis, au Canada, en Europe et en Asie ont répondu « non » ou « incertain » lorsqu’on leur a demandé s’il existait suffisamment de produits de placement associés aux changements climatiques sur le marché. Parmi les différentes stratégies liées au climat, les investisseurs préfèrent l’énergie renouvelable (55 %), les solutions carboneutres ou à faible intensité en carbone (54 %), les solutions de transition (48 %) et les solutions sans combustibles fossiles (36 %).
  • La lutte contre la corruption est la principale préoccupation : RBC GMA a demandé aux répondants de classer les questions ESG qui les préoccupent lorsqu’ils investissent. La lutte contre la corruption occupe la première place, suivie de près par les changements climatiques et les droits des actionnaires, qui sont à égalité en deuxième place.

 « Nous constatons que les investisseurs se soucient d’un large éventail de critères ESG, allant de la lutte contre la corruption aux changements climatiques, en passant par les droits des actionnaires. En comprenant la complexité de ces critères au moment d’évaluer une entreprise, les investisseurs peuvent prendre de meilleures décisions de placement à long terme », affirme Habib Subjally, premier gestionnaire de portefeuille et chef, Actions mondiales, RBC Global Asset Management (UK) Limited. « Il est à noter que les résultats de cette année révèlent que la vaste majorité des investisseurs institutionnels veulent savoir comment les enjeux liés au climat influent sur leurs placements. Nous pensons que les gestionnaires d’actifs, les conseillers financiers et les experts-conseils devraient y voir une excellente occasion de discuter avec leurs clients de la manière dont les enjeux liés au climat peuvent jouer un rôle dans l’atteinte de leurs objectifs de placement ».

Adoption mondiale – divergence régionale constitue le cinquième sondage annuel de RBC GMA sur les points de vue des investisseurs institutionnels concernant l’investissement responsable. Cette année, RBC GMA, qui inclut BlueBay Asset Management, a mené son sondage auprès de 809 propriétaires d’actifs institutionnels, experts-conseils en placement et spécialistes des placements aux États-Unis, au Canada, en Europe et en Asie entre juin et août 2020.

À propos de RBC Gestion mondiale d’actifs
RBC Gestion mondiale d’actifs (RBC GMA), division de gestion d’actifs de Banque Royale du Canada (RBC), regroupe RBC Gestion mondiale d’actifs Inc., RBC Global Asset Management (U.S.) Inc., RBC Global Asset Management (UK) Limited, RBC Global Asset Management (Asia) Limited et BlueBay Asset Management LLP, qui sont des entités juridiques distinctes mais affiliées de RBC. RBC GMA est un fournisseur mondial de services et de solutions de gestion de placements pour les investisseurs institutionnels, la clientèle fortunée et les particuliers. La société offre des comptes distincts, des fonds en gestion commune, des fonds communs de placement, des fonds de couverture, des fonds négociés en bourse et des stratégies de placement spécialisées. Le groupe de sociétés de RBC GMA gère un actif d’environ 520 milliards de dollars canadiens et compte quelque 1 400 employés au Canada, aux États-Unis, en Europe et en Asie.

À propos de RBC
La Banque Royale du Canada est une institution financière mondiale définie par sa raison d’être, guidée par des principes et orientée vers l’excellence en matière de rendement. Elle doit sa réussite aux quelque 86 000 employés qui incarnent sa vision et ses valeurs. Ensemble, ils exécutent une stratégie visant à contribuer à la réussite des clients et à la prospérité des collectivités. Selon la capitalisation boursière, nous sommes la plus importante banque du Canada et l’une des plus grandes banques du monde. Nous avons adopté un modèle d’affaires diversifié axé sur l’innovation qui nous permet d’offrir des expériences exceptionnelles à nos 16 millions de clients au Canada, aux États-Unis et dans 34 autres pays. Pour en savoir plus, allez à rbc.com.‎

Nous sommes fiers d’appuyer une grande diversité d’initiatives communautaires par des dons, des investissements dans la collectivité et le travail bénévole de nos employés. Pour en savoir plus à ce sujet, allez au www.rbc.com/collectivites-durabilite.

- 30 -

Pour obtenir plus de renseignements, veuillez communiquer avec :
Jean François Thibault, Communications, RBC GMA, 416-564-0383