Skip Header Navigation

À propos de RBC > Salle de presse > Communiqués > L’Alberta fera face à des vents contraires, tandis que l’économie de la Colombie-Britannique prospérera en 2019, selon les Services économiques RBC

L’Alberta fera face à des vents contraires, tandis que l’économie de la Colombie-Britannique prospérera en 2019, selon les Services économiques RBC

  • Ralentissement de l’économie albertaine en 2019 : Selon les Services économiques RBC, la province affichera un taux de croissance de 1,5 % en 2019, comparativement à 2,4 % en 2018.
  • Des difficultés à prévoir pour l’économie canadienne : La croissance du PIB du Canada devrait ralentir de 0,2 point de pourcentage pour s’établir à 1,7 % en 2019.
  • L’expansion mondiale se poursuivra, mais les défis s’accentuent : On s’attend à une expansion économique de 3,7 % à l’échelle mondiale, comme au cours des deux années précédentes.

TORONTO, le 12 décembre, 2018 - Deux des provinces de l’Ouest canadien emprunteront des chemins divergents en 2019, selon le plus récent rapport Perspectives économiques RBC.

La réduction de la production pétrolière en raison des contraintes de capacité des pipelines ainsi que la volatilité des revenus tirés des activités pétrolières et gazières contribueront à un ralentissement de la croissance en Alberta l’an prochain. RBC prévoit que cette croissance s’établira à 1,5 % en 2019, comparativement à 2,4 % cette année.

« À la suite de la réduction de la production pétrolière, la croissance du PIB en Alberta pourrait diminuer d’un point de pourcentage de plus que les estimations antérieures, déclare Craig Wright, premier vice-président et économiste en chef, RBC. Tout dépendra de l’évolution des prix et des réserves par suite de cette réduction. »

Pendant ce temps, l’économie de la Colombie-Britannique devrait prospérer en 2019. Le projet de gaz naturel de 40 milliards de dollars de LNG Canada stimulera de manière importante l’économie de la province. Les Services économiques RBC prévoient maintenant une croissance de 2,6 % en 2019, comparativement à 1,9 % dans les prévisions précédentes. Cette croissance accélérée se poursuivra probablement en 2020.

 « Puisque LNG Canada a annoncé des dépenses de 18 milliards de dollars au Canada, surtout en Colombie-Britannique, durant la première phase quinquennale du projet, nous croyons que cet investissement donnera de l’élan à l’économie provinciale, ajoute M. Wright. Il pourrait aussi entraîner des pressions supplémentaires sur un marché du travail déjà tendu. »

Le taux de chômage étant plus bas que jamais en Colombie-Britannique, il ne reste plus beaucoup de main-d’œuvre locale disponible. Les pénuries pourraient exercer des pressions à la hausse sur les salaires, et les entreprises se tourneront probablement vers l’immigration internationale et interprovinciale pour combler l’écart.

Des difficultés à prévoir pour le Canada en 2019
Le repli des prix du pétrole et la hausse des taux d’intérêt ont considérablement nui à l’économie canadienne vers la fin de 2018 et pourraient avoir un effet similaire dans la prochaine année. Les changements apportés à la réglementation et l’augmentation des taux pèseront sur les dépenses des ménages en 2019. Cependant, une hausse modeste des investissements (à l’extérieur du secteur de l’énergie) et des exportations s’accompagnera d’une autre année de dépenses gouvernementales. Selon les Services économiques RBC, la croissance du PIB canadien reculera de 0,2 point de pourcentage pour s’établir à 1,7 % en 2019.

À l’extérieur du Canada

L’expansion mondiale se poursuivra, mais les défis s’accentuent
L’économie mondiale devra probablement faire face à d’importants obstacles en 2019. La période de taux d’intérêt extrêmement faibles a pris fin et le contexte politique est plutôt instable, ce qui tire la situation économique vers le bas. Les Services économiques RBC s’attendent à une expansion économique de 3,7 % à l’échelle mondiale en 2019, comme au cours des deux années précédentes.

L’économie américaine continue sur sa lancée
La hausse des dépenses de consommation et le rebond des investissements, appuyés par des réductions d’impôts, ont donné aux États-Unis un avantage considérable par rapport aux autres pays du G7 en 2018. Selon les Services économiques RBC, l’économie américaine poursuivra son expansion à un rythme supérieur au potentiel en 2019. Cependant, le resserrement des conditions financières refroidira probablement les dépenses de consommation et les investissements des entreprises au cours de la prochaine année.

Après l’imposition de tarifs sur les produits chinois ainsi que sur l’acier et l’aluminium venant de plusieurs pays, on peut s’attendre à un ralentissement de la croissance des exportations et des importations en 2019. De plus, le cours élevé du dollar américain pèsera fortement sur la demande d’exportations américaines. Et bien que les coûts associés aux tarifs soient initialement absorbés par les entreprises, plus ces tarifs demeureront en place longtemps, plus ils risquent de se refléter dans les prix à la consommation.

Il est possible de consulter le document Perspectives économiques et financières de RBC dans son intégralité. Un document distinct intitulé Perspectives provinciales, publié par RBC, évalue les provinces en termes de croissance économique, de croissance de l’emploi, de taux de chômage, de ventes au détail, de mises en chantier et d’indices des prix à la consommation.

APERÇU DE RBC
La Banque Royale du Canada est une institution financière mondiale définie par sa raison d’être, guidée par des principes et orientée vers l’excellence en matière de rendement. Notre succès est attribuable aux quelque 84 000 employés qui concrétisent notre vision, nos valeurs et notre stratégie afin que nous puissions contribuer à la prospérité de nos clients et au dynamisme des collectivités. Selon la capitalisation boursière, nous sommes la plus importante banque du Canada et l’une des plus grandes banques du monde. Nous avons adopté un modèle d’affaires diversifié axé sur l’innovation qui nous permet d’offrir des expériences exceptionnelles à nos 16 millions de clients au Canada, aux États-Unis et dans 34 autres pays. Pour en savoir plus, visitez le site rbc.com.

Nous sommes fiers d’appuyer une grande diversité d’initiatives communautaires par des dons, des investissements dans la collectivité et le travail bénévole de nos employés. Pour de plus amples renseignements, visitez le site rbc.com/collectivites-durabilite.

- 30 -

Personnes-ressources, médias :
Craig Wright, premier vice-président et économiste en chef, Recherche économique RBC, 416 974-7457
Dawn Desjardins, économiste en chef déléguée, Recherche économique RBC,
416 974-6919
Paul Ferley, économiste en chef adjoint, Recherche économique RBC, 416 974-7231
Joel Dembe, Communications, RBC, 647 518-4981