Skip Header Navigation

À propos de RBC > Salle de presse > Communiqués > Une économie canadienne robuste malgré l’incertitude commerciale, selon les Services économiques RBC

Une économie canadienne robuste malgré l’incertitude commerciale, selon les Services économiques RBC

  • L’économie canadienne connaîtra une croissance inégale au cours des prochains trimestres : RBC prévoit une hausse du PIB de 2,1 % en 2018.
  • Une croissance limitée par des marchés de l’emploi tendus en Colombie-Britannique, en Ontario et au Québec  : quelque 86 % des régions économiques de l’Ontario affichent un taux de chômage inférieur ou égal à 6 %.
  • Une économie mondiale en perte de vitesse : RBC prévoit que l’économie mondiale enregistrera une progression robuste de 3,9 % en 2018, bien que le gros de la croissance ait probablement déjà été enregistré plus tôt cette année.

TORONTO, le 12 septembre, 2018 - L’incertitude qui plane sur les échanges commerciaux canadiens n’a pas freiné l’économie comme on pouvait s’y attendre, selon le dernier rapport Perspectives économiques RBC. La consommation et l’optimisme des entreprises restent importants, tandis que des signes indiquent un léger raffermissement sur le plan des hausses de salaires. RBC prévoit que la croissance du PIB réel devrait être de 2,1 % en 2018 et ralentir légèrement en 2019, pour s’établir à 2,0 %.

Bien que l’économie canadienne ait enregistré des résultats inégaux depuis le début de 2018, RBC s’attend à un rebond au quatrième trimestre.

« Nous nous attendons à ce que l’arrêt de production d’un important producteur de sables bitumineux en juillet pèse sur les résultats du trimestre, mais nous devrions observer un rebond au quatrième trimestre, quand la production reprendra », selon Craig Wright, premier vice-président et économiste en chef, RBC.

Même si l’incertitude commerciale atteint des sommets, le déficit commercial du Canada a diminué au deuxième trimestre, grâce à un bond des exportations, les acheteurs américains ayant anticipé l’imposition de tarifs sur les importations. Des barrières douanières ayant été décrétées des deux côtés de la frontière américano-canadienne, la hausse des exportations et des importations devrait nettement ralentir au cours des prochains mois.

Le dollar canadien devrait tenir bon
Le dollar canadien, bien qu’il ait perdu 4,3 % par rapport au dollar américain depuis août 2017, reste ferme face aux autres grandes devises. Comme la Fed et la Banque du Canada continueront logiquement de relever graduellement leurs taux directeurs, le potentiel d’appréciation du huard par rapport au billet vert est limité. Les Services économiques RBC pensent que le pétrole, étant donné ses perspectives haussières, soutiendra dans une certaine mesure le dollar canadien. RBC estime que le dollar canadien continuera d’osciller autour de 0,77 dollar jusqu’à la fin de 2018.

Des marchés de l’emploi tendus devraient limiter la croissance en Colombie-Britannique, en Ontario et au Québec
Les trois provinces les plus peuplées du Canada n’ont pas connu un marché de l’emploi aussi tendu qu’en ce moment depuis des années – et pas seulement dans les grandes villes. Environ 86 % des régions économiques de l’Ontario affichent un taux de chômage inférieur ou égal à 6 %, selon les Services économiques RBC.

Le taux de chômage, selon les prévisions, devrait s’établir cette année autour de 4,9 % en Colombie-Britannique et de 5,5 % en Ontario et au Québec.

Les Services économiques RBC jugent que la situation tendue du marché du travail est un facteur de ralentissement pour la croissance économique dans plusieurs provinces, et tout particulièrement en Colombie-Britannique, où un emploi sur 24 (4,2 %) reste vacant.

À l’extérieur du Canada

L’économie mondiale décélère, mais aucune récession n’est en vue
L’économie mondiale a fait face à des difficultés importantes ces derniers mois, en raison des turbulences importantes liées aux tensions commerciales persistantes, qui s’ajoutent à un ralentissement général de l’économie. Malgré ces turbulences, RBC s’attend à voir l’économie mondiale afficher une progression énergique en 2018 et échapper à un important repli en 2019. RBC prévoit que la croissance de l’économie mondiale devrait atteindre 3,9 % en 2018 et afficher des résultats semblables en 2019.

L’économie américaine tire profit des mesures de stimulation
L’économie américaine tourne à un train d’enfer grâce à un marché du travail en grande forme, à une consommation soutenue et des investissements en hausse dans les entreprises. RBC prévoit que la croissance du PIB réel devrait être de 2,8 % en 2018, avant de ralentir légèrement en 2019, pour s’établir à 2,4 %.

Le marché de l’emploi reste solide, avec un taux de chômage de 3,9 %, soit le taux le plus bas depuis la fin des années 2000. Alors que le bassin général de main-d’œuvre continue de rétrécir, il faut s’attendre à voir la concurrence entre les employeurs à la recherche d’une main-d’œuvre de plus en plus rare pousser les salaires à la hausse. Malgré cela, la croissance des salaires a, jusqu’ici, été étonnamment lente.

Il est possible de consulter le document Perspectives économiques et financières de RBC dans son intégralité. Un document distinct intitulé Perspectives provinciales, publié par RBC, évalue les provinces du point de vue de la croissance économique, de la croissance de l’emploi, du taux de chômage, des ventes au détail, des mises en chantier et des indices des prix à la consommation.

RBC
La Banque Royale du Canada est une institution financière mondiale définie par sa raison d’être, guidée par des principes et orientée vers l’excellence en matière de rendement. Elle doit sa réussite aux quelque 84 000 employés qui incarnent sa vision et ses valeurs. Ensemble, ils exercent une stratégie visant à contribuer à la réussite des clients et à la prospérité des collectivités. RBC étant la plus importante banque au Canada et l’une des plus grandes au monde selon la capitalisation boursière, elle est dotée d’un modèle d’affaires diversifié accordant une place importante à l’innovation et offrant une expérience exceptionnelle à quelque 16 millions de clients au Canada, aux États-Unis et dans 34 autres pays. Pour en savoir plus, allez à rbc.com.‎

RBC est fière d’appuyer une grande diversité d’initiatives communautaires par des dons, des investissements dans la collectivité et le travail bénévole de ses employés. Pour en savoir plus à ce sujet, allez à rbc.com/collectivites-durabilite.

- 30 -


Personnes-ressources, médias :
Craig Wright, premier vice-président et économiste en chef, Recherche économique RBC, 416 974-7457
Dawn Desjardins, économiste en chef déléguée, Recherche économique RBC, 416 974-6919
Paul Ferley, économiste en chef adjoint, Recherche économique RBC,
416 974-7231
Joel Dembe, Communications, RBC, 647 518-4981