Skip Header Navigation

À propos de RBC > Salle de presse > Communiqués > La hausse des taux d’intérêt a miné l’accessibilité à la propriété au premier trimestre, selon les Services économiques RBC

La hausse des taux d’intérêt a miné l’accessibilité à la propriété au premier trimestre, selon les Services économiques RBC

  • Au premier trimestre, la mesure d’accessibilité à la propriété globale de RBC au Canada a annulé la légère amélioration enregistrée à la fin de l’an dernier
  • La hausse des taux d’intérêt est le principal facteur de l’augmentation des coûts de propriété dans la majorité des marchés canadiens
  • Les problèmes d’accessibilité demeurent aigus à Toronto et à Vancouver, et pourraient surgir à Montréal

TORONTO, le 3 juillet, 2018 - Le léger répit dont les acheteurs de maison canadiens ont pu profiter à la fin de 2017 était déjà chose du passé au premier trimestre de 2018, selon le plus récent rapport Tendances immobilières et accessibilité à la propriété publié aujourd’hui par Recherche économique RBC.

En moyenne, les ménages canadiens devaient allouer 48,4 % de leur revenu aux coûts entraînés par la propriété d’une maison achetée au premier trimestre. Ce pourcentage, le plus élevé depuis plusieurs décennies, représente une augmentation de 0,4 point de pourcentage par rapport au trimestre précédent. Une hausse de la mesure représente une perte d’accessibilité.

« La hausse des taux hypothécaires est le principal facteur du rebond des coûts de propriété, a déclaré Craig Wright, premier vice-président et économiste en chef, RBC. L’éventualité d’autres hausses de taux présente sans contredit un risque de détérioration accrue de l’accessibilité au cours de la prochaine année. Ce risque dépend également du degré d’augmentation du revenu des ménages. »

Même s’il s’agissait d’une troisième augmentation d’affilée des taux hypothécaires, la chute du prix des maisons (concentrée dans la région de Toronto) avait amplement contrebalancé l’incidence de ces augmentations sur l’accessibilité au trimestre précédent. Ce n’était pas le cas au premier trimestre, puisque le prix des maisons est demeuré globalement stable au Canada.

Toutefois, à Toronto, le prix des maisons a encore chuté durant la dernière période, suffisamment pour contrer l’effet des taux d’intérêt plus élevés. Par conséquent, l’accessibilité à la propriété s’est améliorée pour le deuxième trimestre de suite dans cette région, où la mesure globale de RBC a enregistré une légère baisse de 0,1 point de pourcentage pour se fixer à 74,2 %. En fait, Toronto et Winnipeg sont les deux seuls marchés suivis par Recherche économique RBC qui ont enregistré une diminution. Bien que ce soit encourageant, la région de Toronto a encore beaucoup de chemin à parcourir avant que les acheteurs connaissent un réel répit.

À Vancouver, les coûts de propriété ont atteint un record de tous les temps au premier trimestre de 2018 ; de nombreux analystes estiment qu’il s’agit d’un niveau critique. Outre les taux d’intérêt élevés qui ont touché plusieurs villes canadiennes, Vancouver a également subi une nouvelle accélération du prix des maisons, ce qui a accentué la détérioration de l’accessibilité. La mesure globale d’accessibilité de RBC a augmenté de 1,5 point de pourcentage à Vancouver pour s’établir à 87,8 %.

Ailleurs au Canada, l’accessibilité s’est quelque peu érodée dans la majorité des marchés en raison de la hausse des taux d’intérêt. Saskatoon, Ottawa, Halifax et St. John’s ont affiché leur plus importante augmentation trimestrielle de la mesure globale d’accessibilité de RBC en plus d’un an. De plus, la mesure de Montréal a enregistré une troisième augmentation de suite pour atteindre son point le plus élevé depuis 2011.

« Les taux d’intérêt joueront un rôle crucial dans l’accessibilité à la propriété au cours de la prochaine année, a poursuivi Craig Wright. Selon nous, la Banque du Canada procédera à une série de hausses de taux pour faire passer son taux du financement à un jour de 1,25 % à 2,25 % d’ici le premier semestre de 2019. Cela pourrait exercer des pressions considérables sur l’accessibilité à la propriété. »

Aperçu de RBC
La Banque Royale du Canada est une institution financière mondiale définie par sa raison d’être, guidée par des principes et orientée vers l’excellence en matière de rendement. Notre succès est attribuable aux quelque 81 000 employés qui concrétisent notre vision, nos valeurs et notre stratégie afin que nous puissions contribuer à la prospérité de nos clients et au dynamisme des collectivités. Selon la capitalisation boursière, nous sommes la plus importante banque du Canada et l’une des plus grandes banques du monde. Nous avons adopté un modèle d’affaires diversifié axé sur l’innovation qui nous permet d’offrir des expériences exceptionnelles à nos 16 millions de clients au Canada, aux États-Unis et dans 34 autres pays. Pour en savoir plus, visitez le site rbc.com.‎

Nous sommes fiers d’appuyer une grande diversité d’initiatives communautaires par des dons, des investissements dans la collectivité et le travail bénévole de nos employés. Pour de plus amples renseignements, visitez le site http://www.rbc.com/collectivites-durabilite/.

- 30 -

Pour obtenir plus de renseignements, veuillez communiquer avec :
Craig Wright, premier vice-président et économiste en chef, RBC, 416 974-7457
Robert Hogue, économiste principal, Recherche économique RBC, 416 974-6192
Joel Dembe, Communications, RBC, 647 518-4981