Skip Header Navigation

À propos de RBC > Salle de presse > Communiqués > La Banque Royale du Canada rachètera jusqu’à 30 millions de ses actions ordinaires

La Banque Royale du Canada rachètera jusqu’à 30 millions de ses actions ordinaires

TORONTO, le 23 février, 2018 - La Banque Royale du Canada (la Banque) (RY sur TSX et NYSE) a annoncé aujourd’hui avoir reçu l’approbation de la Bourse de Toronto (TSX) et du Bureau du surintendant des institutions financières (BSIF) pour lancer une offre publique de rachat dans le cours normal des activités et racheter, en vue de les annuler, jusqu’à 30 000 000 de ses actions ordinaires.

Les actions qui peuvent être rachetées représentent environ 2,1 % des actions ordinaires en circulation de la Banque. Au 31 janvier 2018, la Banque comptait 1 444 064 647 actions ordinaires en circulation. Le TSX limite les rachats annuels au titre d’une offre publique de rachat dans le cours normal des activités à 5 % des actions ordinaires en circulation de l’émetteur ou 10 % du flottant de l’émetteur, selon le plus élevé des deux. Pour calculer la limite annuelle, la Banque a déduit 30 000 000 actions ordinaires rachetées au titre de sa précédente offre publique de rachat dans le cours normal des activités, conformément aux règles du TSX.

Les rachats pourront débuter le 27 février 2018 et se poursuivre jusqu’au 26 février 2019, date d’expiration de cette offre de rachat, ou jusqu’à une date antérieure si la Banque termine plus tôt ses rachats conformément à l’avis d’intention déposé auprès du TSX. Ils pourront être effectués par l’intermédiaire du TSX, de la Bourse de New York (NYSE), et d’autres bourses et systèmes de négociation canadiens désignés. Les actions seront rachetées à leur cours au moment du rachat. Des rachats pourront également être effectués par d’autres moyens autorisés par les lois sur les valeurs mobilières qui s’appliquent, y compris dans le cadre de programmes de rachat d’actions particuliers aux termes de dispenses d’offre publique de rachat émises par des autorités de réglementation des valeurs mobilières. Le prix des rachats effectués au titre d’une dispense émise par une autorité de réglementation des valeurs mobilières sera généralement inférieur au cours du marché.

Le nombre de rachats au TSX dans une même journée ne dépassera pas 512 506 actions ordinaires, soit 25 % du volume moyen des opérations quotidiennes sur les actions de la Banque au TSX pour le semestre terminé le 31 janvier 2018. Le volume moyen des opérations quotidiennes sur les actions de la Banque au TSX pour ce semestre, calculé selon les règlements du TSX aux fins de l’offre publique de rachat, était de 2 050 025 actions.

L’offre publique de rachat dans le cours normal des activités donnera à la Banque la souplesse nécessaire pour gérer son capital tout en créant de la valeur pour les actionnaires.

La précédente offre publique de rachat dans le cours normal des activités de la Banque, qui portait sur le rachat de 30 000 000 actions, a débuté le 14 mars 2017 et a pris fin le 31 janvier 2018. Dans le cadre de cette dernière, la Banque a racheté la totalité des 30 000 000 actions sur le marché libre, aux termes de dispenses émises par des autorités de réglementation des valeurs mobilières, à un prix moyen pondéré en fonction du volume d’environ 90,90 $ par action.

Mise en garde au sujet des déclarations prospectives

Certaines déclarations contenues dans le présent communiqué pourraient être réputées constituer des déclarations prospectives aux termes de certaines lois sur les valeurs mobilières, notamment des « mesures refuges » (safe harbor) de la Private Securities Litigation Reform Act of 1995 des États-Unis et des lois canadiennes sur les valeurs mobilières applicables. Ces déclarations prospectives comprennent notamment les déclarations concernant l’offre publique de rachat dans le cours normal des activités de la Banque Royale du Canada et un programme de rachat d’actions particulier. Les mots « croire », « s’attendre à », « prévoir », « se proposer », « estimer », « planifier », « projeter », « devoir » et « pouvoir », de même que l’emploi du futur ou du conditionnel ainsi que de mots et d’expressions semblables dénotent généralement des déclarations prospectives.

De par leur nature même, les déclarations prospectives reposent sur des hypothèses et font l’objet d’incertitudes et de risques intrinsèques qui entraînent la possibilité que nos prédictions, prévisions, projections, attentes ou conclusions se révèlent inexactes, que nos hypothèses s’avèrent erronées et que nos déclarations prospectives, y compris les déclarations relatives à l’offre publique de rachat dans le cours normal des activités de la Banque Royale du Canada, ne se matérialisent pas. Nous avertissons les lecteurs de ne pas se fier indûment à ces déclarations, puisque nos résultats réels pourraient différer sensiblement des attentes exprimées dans ces déclarations prospectives en raison d’un certain nombre de facteurs de risques. Ces facteurs, dont plusieurs sont indépendants de notre volonté et dont nous pouvons difficilement prédire les effets, comprennent : les risques de crédit, de marché, de liquidité, de financement, d’assurance, de non-conformité à la réglementation et de concurrence, les risques opérationnels, stratégiques, réputationnels, les risques généraux du marché, les risques liés au cadre juridique et réglementaire ainsi que d’autres risques qui sont expliqués aux rubriques de notre rapport annuel 2017 portant sur le risque ainsi qu’à la rubrique « Gestion du risque » de notre rapport aux actionnaires du premier trimestre de 2018, y compris l’incertitude et la volatilité mondiales, la hausse du prix des logements et de l’endettement des ménages au Canada, le risque lié aux technologies de l’information et à la cybersécurité, notamment le risque de cyberattaques ou d’autres événements de sécurité de l’information touchant nos fournisseurs de services ou d’autres tiers avec lesquels nous interagissons, les changements de réglementation, l’innovation technologique et les concurrents non traditionnels, les politiques environnementales et les changements climatiques à l’échelle mondiale, les changements dans les comportements des consommateurs, la fin des mesures d’assouplissement quantitatif, la décision du Royaume-Uni de se retirer de l’Union européenne, la conjoncture commerciale et économique dans les régions où nous exerçons nos activités, l’incidence des modifications des politiques gouvernementales fiscales, monétaires et autres, le risque fiscal et la transparence, et le risque environnemental et social.

Nous avertissons les lecteurs que la liste susmentionnée de facteurs de risque n’est pas exhaustive et que d’autres facteurs pourraient également avoir une incidence défavorable sur nos résultats. Les investisseurs et autres personnes qui se fient à nos déclarations prospectives pour prendre des décisions à notre égard doivent bien tenir compte de ces facteurs et d’autres incertitudes et événements potentiels. Les hypothèses économiques importantes qui sous-tendent les déclarations prospectives contenues dans le présent communiqué sont présentées à la rubrique « Examen de la conjoncture économique, des marchés et du contexte réglementaire et perspectives » et, pour chacun de nos secteurs d’exploitation, aux rubriques « Priorités stratégiques » et « Perspectives » de notre rapport annuel 2017, tel que mis à jour par la rubrique « Examen de la conjoncture économique, des marchés et du contexte réglementaire et perspectives » de notre rapport aux actionnaires du premier trimestre de 2018. À moins que la loi ne l’exige, nous ne nous engageons pas à mettre à jour quelque déclaration prospective que ce soit qui est faite dans le présent communiqué.

Des renseignements supplémentaires sur ces facteurs et sur d’autres facteurs sont fournis aux rubriques de notre rapport annuel 2017 portant sur le risque ainsi qu’à la rubrique « Gestion du risque » de notre rapport aux actionnaires du premier trimestre de 2018.

- 30 -

Personnes-ressources – investisseurs :
Shirley Boudreau, Relations avec les actionnaires, 416 955-7806
Asim Imran, Relations avec les investisseurs, 416 955-7804

Personne-ressource – médias :
Ka Yan Ng, Communications, 416 974-3058