Skip Header Navigation

À propos de RBC > Salle de presse > Communiqués > Le verre à moitié plein ou à moitié vide : les Canadiens ont confiance en l’eau du robinet, mais s’en préoccupent-ils assez ?

Le verre à moitié plein ou à moitié vide : les Canadiens ont confiance en l’eau du robinet, mais s’en préoccupent-ils assez ?

La majorité des Canadiens ont confiance en la qualité générale de leur eau potable, mais un sondage de RBC révèle que bon nombre d’entre eux en sous-estiment l’importance

 

TORONTO, le 18 mars, 2015 -  À l’approche de la belle saison, nous nous souvenons à quel point boire un verre d’eau fraîche du robinet par une journée chaude d’été ou avant de partir en randonnée peut étancher notre soif et nous redonner de l’énergie. La qualité de cette eau arrive au second rang des enjeux que les Canadiens souhaitent voir financés par leurs impôts, après les hôpitaux et devant les routes, les écoles et le transport en commun.

C’est l’une des conclusions de la huitième Étude sur les attitudes des Canadiens à l’égard de l’eau, appuyée par le Projet Eau Bleue RBC, qui indique également que l’importance accordée à la protection des réserves d’eau a suscité une perception très positive de la qualité de l’eau potable municipale : 73 % des Canadiens croient que l’eau de leur robinet est bonne à boire. Cependant, à mesure que la confiance s’accroît, la valeur que les Canadiens accordent à leur eau potable diminue.

En effet, selon l’Étude sur les attitudes des Canadiens à l’égard de l’eau :

  • 70 % des Canadiens savent combien leur coûte l’électricité, alors que seulement 39 % d’entre eux connaissent le montant des dépenses en eau de leur ménage.
  • 63 % n’ont pas de compteur d’eau à la maison ou ne savent pas s’ils en ont un.
  • Le quart des Canadiens (25 %) ne se préoccupent pas de la provenance de l’eau qu’ils boivent, tant qu’elle a bon goût.

Les résultats démontrent que même si le public se préoccupe beaucoup du financement lié à l’eau, les Canadiens n’apprécient pas leur eau potable à sa juste valeur.

« Notre soif évidente d’accès à l’eau potable ne correspond pas à notre appréciation de ce que nous avons à portée de main, explique Bob Sandford, président responsable de la sécurité de l’eau à l’Institut pour l’eau, l’environnement et la santé de l’Université des Nations Unies. Les Canadiens bénéficient de l’une des meilleures provisions d’eau douce au monde, et nous devrions tous être reconnaissants de pouvoir remplir nos verres à même le robinet. »

Les résultats attirent l’attention sur une inquiétante tendance à l’indifférence chez les jeunes Canadiens, en particulier, quant à leur respect de l’eau potable. Bien que 90 % des Canadiens de 18 à 34 ans consomment l’eau du robinet, ils manifestent moins de préoccupation et de confiance à l’égard de la qualité de cette eau que les autres répondants.

  • Les jeunes de 18 à 34 ans sont les plus susceptibles d’estimer qu’ils ne sont pas responsables de la protection des sources d’eau potable (22 %, comparativement à 14 % des Canadiens de plus de 55 ans).
  • Ce sont eux qui ont le moins confiance en la qualité de l’eau du robinet dans leur région (67 %, comparativement à 81 % des Canadiens de plus de 55 ans).
  • Ils sont les plus susceptibles de préférer filtrer l’eau du robinet (44 %, comparativement à 31 % des Canadiens de plus de 55 ans) et de croire que l’eau embouteillée est plus sûre que celle du robinet (43 %, comparativement à 20 % des Canadiens de plus de 55 ans).

Le contexte mondial
Le Canada dispose de près de 6.5 % des réserves mondiales d’eau douce, ce qui en fait l’une des ressources les plus précieuses du pays. De plus, d’après l’indice de performance environnementale (Environmental Performance Index) de l’Université Yale, le Canada est classé au deuxième rang au chapitre de la qualité de l’eau parmi les pays industrialisés évalués.

« La plupart des Canadiens n’ont jamais connu la peur associée à une perte de confiance envers leur approvisionnement en eau, affirme M. Sandford. Les personnes qui ont vécu une crise de l’eau, assortie de l’exigence de faire bouillir son eau et de tout ce qu’une telle crise entraîne, peuvent attester d’une prise de conscience très concrète de l’importance de l’eau. Une catastrophe ne devrait pas être nécessaire pour que les Canadiens accordent à cette ressource irremplaçable la valeur qui lui revient. »

La Journée mondiale de l’eau a lieu le dimanche 22 mars. RBC invite les Canadiens à lever leur verre d’eau du robinet pour souligner le rôle crucial que joue l’accès à l’eau potable dans tous les aspects de leur vie. Pour en savoir plus à propos de l’Étude sur les attitudes des Canadiens à l’égard de l’eau et du Projet Eau Bleue RBC, allez à www.rbc.com/eaubleue.

Autres points saillants :

  • Seulement 60 % des Canadiens savent d'où vient leur eau potable :
    • 78 % des Canadiens de plus de 55 ans savent d'où vient leur eau potable, comparativement à 44 % des Canadiens de 18 à 34 ans.
    • Les habitants des provinces de l'Atlantique sont les plus informés (77 %).
    • Les habitants de l'Ontario sont les moins informés (54 %).
  • Les réserves d'eau douce à long terme constituent une importante préoccupation pour 28 % des Canadiens
  • Bien que 54 % des Canadiens soient au courant de l'état des tuyaux de plomberie de leur maison, 64 % d'entre eux ne connaissent pas l'état du réseau qui achemine l'eau à leur maison
  • Seulement un Canadien sur dix croit que les systèmes d'épuration des eaux, de distribution de l'eau et de collecte des eaux pluviales de leur collectivité nécessitent des investissements importants
    • 46 % des Canadiens admettent n'avoir aucune connaissance de l'état des systèmes d'épuration des eaux
    • 50 % des Canadiens n'ont aucune connaissance de l'état des systèmes de collecte des eaux pluviales
  • Plus du tiers des Canadiens sont prêts à payer plus d'impôts pour financer la réfection des infrastructures d'eau potable (39 %) et de traitement des eaux de ruissellement/eaux usées (34 %).
  • 48 % des Canadiens s'inquiètent de la pollution des réseaux d'alimentation en eau causée par le lessivage des terres cultivées

À propos de l’Étude sur les attitudes des Canadiens à l’égard de l’eau 2015
L’Étude sur les attitudes des Canadiens à l’égard de l’eau 2015 comprend un sondage en ligne mené par GlobeScan du 5 au 25 janvier 2015 auprès de 2 242 adultes canadiens par l’intermédiaire du panel en ligne national de GMI. Les résultats proviennent d’un échantillon établi selon la méthode des quotas pondérés, afin d’assurer que sa composition reflète celle de la population du Canada selon les données du dernier recensement du pays et de fournir un échantillon probabiliste approximatif. Les résultats ont été pondérés en tenant compte du sexe, de l’âge, de la région et de la taille de la collectivité. L’échantillon comprenait au moins 200 répondants de chacune des villes suivantes : Calgary, Halifax, Montréal, Vancouver et Winnipeg. Il comprenait également au moins 300 répondants de Toronto. La marge d’erreur pour un échantillon strictement aléatoire de cette taille (n = 2 242) est de ± 2,2 %, 19 fois sur 20.

À propos du Projet Eau Bleue RBC
Le Projet Eau Bleue RBC est un engagement sans précédent de dix ans à vaste portée qui vise à protéger, à l’échelle mondiale, la ressource naturelle la plus importante de notre planète : l’eau douce. Depuis 2007, RBC s’est engagée à verser près de 41 millions de dollars à plus de 700 organismes de bienfaisance du monde entier qui œuvrent à la protection de l’eau. De plus, RBC a octroyé 8,8 millions de dollars à des universités pour la réalisation de programmes liés à l’eau. Le Projet Eau Bleue RBC soutient des initiatives qui contribuent à la protection de l’eau dans les villes et les zones urbaines. Pour de plus amples renseignements, allez à www.rbc.com/eaubleue.

RBC appuie une grande diversité d’initiatives communautaires par des dons, des commandites et le travail bénévole de ses employés. En 2014, RBC a versé plus de 111 millions de dollars à des initiatives communautaires partout dans le monde, dont plus de 76 millions de dollars en dons et 35 millions de dollars sous forme de commandites.