Skip Header Navigation

À propos de RBC > Salle de presse > Communiqués > L'accessibilité à la propriété s'améliore modérément au Canada selon recherche économique RBC

L'accessibilité à la propriété s'améliore modérément au Canada selon recherche économique RBC

Les taux d'intérêt demeurent bas en raison de l'incertitude á l'égard de l'économie mondiale

TORONTO, le 25 novembre 2011—  Après deux trimestres consécutifs de baisse, une amélioration modérée de l'accessibilité à la propriété au Canada a été enregistrée au troisième trimestre, selon le plus récent rapport Tendances immobilières et accessibilité à la propriété publié aujourd'hui par Recherche économique RBC. L'incertitude accrue à l'égard de l'économie mondiale a fait en sorte que les taux d'intérêt sont demeurés bas, ce qui a contribué à améliorer l'accessibilité à la propriété partout au pays.

« L'incertitude accrue suscitée par la crise européenne des dettes souveraines et par le risque qu'elle pose pour la croissance économique a contribué au maintien des taux d'intérêt à de faibles niveaux, a déclaré Craig Wright, premier vice-président et économiste en chef, Recherche économique RBC. Cette faiblesse des taux d'intérêt, notamment des taux hypothécaires, a mené à une modeste baisse des coûts de possession d'une propriété au Canada au troisième trimestre. »

Mesure d'accessibilité à la propriété de RBC mesure la proportion du revenu avant impôts qu'un ménage doit consacrer aux coûts de possession d'une catégorie précise de propriété, selon les valeurs actuelles du marché. Les mesures à l'échelle nationale ont reculé dans l'ensemble des catégories de logement suivies par RBC (une baisse représente une hausse de l'accessibilité) au cours du troisième trimestre de 2011.

Accessibilité actuelle à la propriété au Canada:

Appartements en copropriété
Bungalows détachés
Maisons de deux étages

Plus tôt cette année, la détérioration de l'accessibilité à l'échelle nationale a été faussée par les hausses substantielles des coûts de propriété dans la région de Vancouver. Au troisième trimestre, les mesures de RBC dans la majorité des provinces et des villes ont affiché de faibles baisses (moins de 1 point de pourcentage). Des améliorations notables ont été enregistrées dans quelques marchés locaux du Canada, y compris dans la région de Montréal (pour les maisons de deux étages et les bungalows détachés), au Manitoba (pour les maisons de deux étages) et à Vancouver (pour les bungalows détachés).

« L'accessibilité à la propriété est relativement bonne dans la plupart des régions canadiennes et ne devrait pas menacer la demande immobilière dans son ensemble, a ajouté M. Wright. Le marché de Vancouver continue de faire figure d'exception, les prix astronomiques des maisons dans les quartiers huppés rendant le marché très inaccessible et plus à risque de subir une correction à la baisse. »

RBC prévoit que les taux d'intérêt demeureront exceptionnellement bas au Canada jusqu'au milieu de 2012, et qu'ils augmenteront graduellement par la suite.

« Nous prévoyons un autre ralentissement du rythme de la hausse du prix des maisons, alors que la demande immobilière se stabilisera, souligne M. Wright. Ces facteurs ouvriront la voie à une période de relative stabilité des tendances de l'accessibilité au Canada. »

Le rapport de RBC indique que le coût de propriété demeure près des moyennes historiques dans la majorité des marchés, sauf en Colombie-Britannique, ce qui signifie que les marchés locaux sont, tout au plus, légèrement inaccessibles. L'accessibilité s'est détériorée au début de l'année à Toronto, à Ottawa et à Montréal (surtout pour les maisons de deux étages) et demeure affaiblie.

Dans les grandes villes canadiennes, la mesure d'accessibilité de RBC pour la propriété étalon, le bungalow détaché, s'est établie aux niveaux suivants : Vancouver, 90,6 % (baisse de 1,5 point de pourcentage par rapport au trimestre précédent); Toronto, 52,1 % (en hausse de 0,1 point de pourcentage); Montréal, 40,9 % (en baisse de 1,3 point de pourcentage); Ottawa, 40,8 % (en baisse de 0,6 point de pourcentage); Calgary, 37,6 % (en hausse de 5 points de pourcentage); et Edmonton, 33,2 % (en baisse de 0,6 point de pourcentage).

La mesure d'accessibilité à la propriété de RBC, que RBC calcule depuis 1985, est fondée sur le montant qu'il en coûte pour posséder un bungalow détaché, l'étalon de référence du marché immobilier canadien. D'autres types de propriété sont aussi représentés dans la mesure, notamment la maison à deux étages standard et l'appartement en copropriété standard. Plus le résultat est élevé, plus il en coûte cher d'acquérir et de détenir une propriété selon les valeurs actuelles du marché. Ainsi, une mesure d'accessibilité de 50 % signifie que les coûts de propriété, y compris les versements hypothécaires, les services publics et les impôts fonciers, absorbent 50 % du revenu mensuel avant impôts d'un ménage type.

Faits saillants du troisiéme trimestre de 2011 :

  • Colombie-Britannique : Le recul modéré des taux hypothécaires, jumelé à l'assouplissement des prix de certains types de maison, a rendu la propriété légèrement plus abordable en Colombie-Britannique. Les mesures d'accessibilité de RBC dans cette province ont baissé de 0,3 à 1,2 point de pourcentage, mais demeurent bien au-dessus des moyennes historiques. L'inaccessibilité de la propriété en Colombie-Britannique continuera de nuire à la demande immobilière dans cette région.
    • Les prix des maisons à Vancouver sont encore extrêmement élevés, en dépit du recul de 1,5 à 0,8 point de pourcentage des mesures d'accessibilité. Les prix actuels continuent de nuire au marché immobilier, les coûts de propriété demeurant très supérieurs aux moyennes historiques.

  • Alberta: Les impressionnants gains de l'économie albertaine ont contribué à la vigueur du marché immobilier dans cette province. Les reventes de propriétés et les mises en chantier ont atteint leurs plus hauts niveaux en plus d'un an, grâce à la demande accrue. Les mesures d'accessibilité de RBC en Alberta sont demeurées pour la plupart inchangées et comptent parmi les plus faibles au pays.
    • Les mesures d'accessibilité à Calgary se sont légèrement détériorées, de 0,2 à 0,5 point de pourcentage, pour la plupart des types de propriétés. Néanmoins, les acheteurs de la région de Calgary continuent de bénéficier d'un niveau d'accessibilité qui demeure le meilleur parmi les grandes villes canadiennes.

  • Saskatchewan: Une amélioration généralisée de l'accessibilité à la propriété a été enregistrée en Saskatchewan. Les mesures de RBC ont reculé de 0,8 à 0,9 point de pourcentage pour tous les types de propriété, annulant une partie de la hausse du trimestre précédent. Les reventes de maisons ont augmenté de façon importante dans la province, de forts gains ayant été enregistrés à Saskatoon et à Regina. Le marché immobilier de la Saskatchewan continuera d'être bien soutenu par une vigoureuse croissance économique au cours de la prochaine année.

  • Manitoba: L'accessibilité à la propriété demeure excellente au Manitoba : c'est dans cette province que l'on a enregistré les améliorations les plus importantes au pays. Les mesures de RBC pour les maisons de deux étages ont reculé de 1,5 point de pourcentage, alors que les mesures pour les bungalows détachés et pour les appartements en copropriété ont chuté respectivement de 1,2 % et de 0,8 %. Les acheteurs, attirés par cet accroissement de l'accessibilité, ont suscité un bond de 5,3 % des reventes de propriétés.

  • Ontario: L'accessibilité à la propriété en Ontario a peu varié. Seule la catégorie des appartements en copropriété a enregistré une évolution de l'accessibilité, avec une baisse de 0,1 point de pourcentage seulement. L'accessibilité en Ontario est légèrement inférieure à sa moyenne historique. Les reventes de maisons en Ontario ont augmenté d'un solide 3,8 %. Le marché ontarien est actuellement équilibré, et les prix des maisons augmentent à un rythme régulier, mais modéré. Le parc immobilier en Ontario est en hausse, ce qui aura probablement pour effet de ralentir le rythme de l'augmentation du coût des maisons pour le trimestre à venir.
    • Le marché de Toronto demeure à l'avantage des vendeurs, même si les mesures de RBC excèdent manifestement les moyennes à long terme du secteur. Les mesures pour Toronto sont demeurées pratiquement inchangées, augmentant d'un faible 0,1 point de pourcentage pour les bungalows détachés, reculant de 0,3 point de pourcentage pour les maisons de deux étages et demeurant les mêmes pour les appartements en copropriété.
    • Les mesures pour Ottawa ont diminué de 0,2 à 0,6 point de pourcentage pour tous les types de propriétés. Le précédent ralentissement du marché dans ce secteur a pratiquement été effacé, les reventes de maisons ayant rebondi de 8 %.

  • Québec : Les mesures de RBC pour le Québec ont baissé de 0,1 à 1,4 point de pourcentage, contrebalançant une partie des détériorations consécutives de l'accessibilité observées aux premier et deuxième trimestres. Toutes les mesures au Québec dépassent légèrement les moyennes à long terme, et c'est particulièrement le cas pour les maisons de deux étages. L'accessibilité est donc en légère détérioration dans cette province.
    • Parmi toutes les grandes villes canadiennes, Montréal a enregistré la plus importante baisse de la mesure d'accessibilité (-2,3 points de pourcentage) pour les maisons de deux étages. La mesure pour les bungalows détachés a aussi reculé considérablement (de 1,3 point de pourcentage), alors que l'accessibilité des appartements en copropriété est demeurée inchangée (une faible hausse de 0,1 point de pourcentage). En dépit de l'amélioration enregistrée, le marché montréalais subit toujours des pressions, alors que les niveaux d'accessibilité demeurent en général sous leurs moyennes historiques.

  • Provinces de l'Atlantique : Le marché immobilier des provinces de l'Atlantique demeure parmi les plus abordables au Canada, les mesures de RBC ayant enregistré de modestes améliorations de 0,4 à 0,6 point de pourcentage. Bien que nombre de marchés au Nouveau-Brunswick aient affiché des signes de ralentissement au cours des deux derniers trimestres en raison de la détérioration du marché de l'emploi de la province, dans l'ensemble les reventes de maison n'ont augmenté que légèrement dans la région. Compte tenu du ralentissement prévu de l'économie dans les provinces de l'Atlantique l'an prochain, les tendances immobilières devraient demeurer stables dans la région.

Le rapport Tendances immobilières et accessibilité à la propriété sera disponible dans son intégralité aujourd'hui à compter de 8 h. (HE), à l'adresse www.rbc.com/economie/marche/.

- 30 -


Pour obtenir de plus amples renseignements, veuillez communiquer avec :
Craig Wright, premier vice-président et économiste en chef,
Recherche économique RBC, 416 974-7457

Robert Hogue, économiste principal, Recherche économique
RBC, 416 974-6192

Claude Lussier, Communications, RBC, 514 874-5919