Skip Header Navigation

À propos de RBC > Salle de presse > Communiqués > L'accessibilité à la propriété au Canada bascule pour un deuxième trimestre consécutif, selon les services économiques RBC

L'accessibilité à la propriété au Canada bascule pour un deuxième trimestre consécutif, selon les services économiques RBC

Les niveaux d'accessibilité extrêmement bas à Vancouver altèrent le bilan national

TORONTO, le 22 août 2011—  À la suite de la hausse du prix des propriétés et des taux hypothécaires, l'accessibilité à la propriété au Canada a perdu du terrain pour un deuxième trimestre consécutif, selon le dernier rapport Tendances immobilières et accessibilité à la propriété, publié aujourd'hui par Recherche économique RBC. Malgré cette récente détérioration, la plupart des marchés de l'habitation dans tout le pays restent relativement accessibles ou, au pire, légèrement inaccessibles. Vancouver est la principale exception.

« Somme toute, la portion du budget des ménages consacrée aux coûts de propriété, selon les valeurs actuelles du marché, demeure près des normales historiques, affirme Craig Wright, premier vice-président et économiste en chef, RBC. Cependant, les niveaux extrêmement bas et l'érosion accélérée de l'accessibilité dans la région de Vancouver altèrent quelque peu le bilan national. »

La mesure d'accessibilité à la propriété de RBC évalue la proportion du revenu avant impôts qu'un ménage devrait consacrer aux coûts de possession d'une catégorie précise de propriété, selon les valeurs actuelles du marché. Au cours du deuxième trimestre de 2011, les mesures à l'échelle nationale se sont accrues dans l'ensemble des catégories de logement suivies par RBC (une hausse dénote une détérioration de l'accessibilité).

Catégorie de logement Pourcentage du revenu du ménage consacré aux coûts de propriété Changements survenus depuis le dernier trimestre (en points de pourcentage)

Catégorie de logement

Pourcentage du revenu du ménage consacré aux coûts de propriété

Changements survenus depuis le dernier trimestre (en points de pourcentage)

Appartement en copropriété

29,2

+0,8

Bungalow détaché

43,3

+1,7

Maison de deux étages

49,3

+1,8

Depuis le début de 2011, la région du Grand Vancouver est directement responsable, dans une proportion allant jusqu'à un tiers, de la détérioration de l'accessibilité à l'échelle nationale. Le marché de Vancouver continue de faire classe à part en matière de logements inaccessibles. La forte demande dans les segments haut de gamme de ce marché a propulsé les prix à des niveaux sans précédent.

« Le marché de l'habitation de Vancouver est sans aucun doute le marché le plus tendu du Canada, et celui où le risque d'un repli est le plus grand », ajoute M. Wright.

Les segments de marché qui ont également subi des pressions au chapitre de l'accessibilité, au deuxième trimestre, sont les suivants : la catégorie des maisons de deux étages au Québec (Montréal), en Ontario (Ottawa et Toronto) et en Saskatchewan. À l'opposé, l'Alberta demeure une province attrayante pour les acheteurs potentiels, car le coût d'accession à la propriété dans un marché comme celui de Calgary est très abordable.

« Le regain d'agitation sur les marchés financiers mondiaux a entraîné une montée de l'incertitude face au rythme de la croissance mondiale, et nous devons en tenir compte dans nos perspectives pour le marché de l'habitation canadien, précise M. Wright. Il pourrait toutefois y avoir un avantage à cette volatilité ; la détérioration de l'accessibilité à la propriété au Canada pourrait être moins rapide et prononcée que nous l'avions prévu. »

Compte tenu de ce nouveau contexte mondial, nous pensons que la majoration des taux, que nous croyions imminente, ne se produira pas avant le milieu de 2012. Ce report allégera les pressions sur l'accessibilité à la propriété, puisque les paiements d'intérêt seront moins élevés que ceux qui auraient été exigés autrement.

« Cependant, l'incidence sur l'accessibilité est beaucoup moins facile à évaluer, explique M. Wright. Selon nos plus récentes prévisions, les prix des maisons se stabiliseront plus tard cette année, et cette tendance se poursuivra en 2012. Le report de la hausse des taux d'intérêt pourrait inciter les acheteurs à demeurer actifs, ce qui accentuerait la hausse actuelle des prix et, par conséquent, dégraderait l'accessibilité. »

Dans les grandes villes canadiennes, la mesure d'accessibilité de RBC pour la propriété étalon, le bungalow détaché, s'est établie aux niveaux suivants : 92,5 % à Vancouver (hausse de 10,4 points de pourcentage par rapport au dernier trimestre), 51,9 % à Toronto (hausse de 2,0 points de pourcentage), 42,6 % à Montréal (hausse de 1,4 point de pourcentage), 41,2 % à Ottawa (hausse de 1,3 point de pourcentage), 37,1 % à Calgary (hausse de 0,6 point de pourcentage) et 33,8 % à Edmonton (hausse de 0,6 point de pourcentage).

La mesure d'accessibilité à la propriété, que RBC calcule depuis 1985, est fondée sur le montant qu'il en coûte pour posséder un bungalow détaché, l'étalon de référence raisonnable pour le marché canadien de l'habitation. D'autres types de propriété sont aussi représentés dans la mesure, notamment la maison à deux étages standard et l'appartement en copropriété standard. Plus la mesure est élevée, plus il en coûte cher d'acquérir et de détenir une propriété selon les valeurs actuelles du marché. Ainsi, une mesure d'accessibilité de 50 % signifie que les coûts de propriété, y compris les versements hypothécaires, les services publics et les impôts fonciers, absorbent 50 % du revenu mensuel avant impôts d'un ménage type.

Voici quelques faits saillants du rapport pour l'ensemble du Canada :

  • Colombie-Britannique : Les prix des propriétés ont encore grimpé au deuxième trimestre, ce qui a eu pour effet une détérioration de l'accessibilité dans la province. Ce recul marqué est surtout attribuable aux gains considérables des prix des bungalows. Les mesures pour la C.-B. ont augmenté de 1,0 à 5,7 points de pourcentage durant le trimestre, soit la plus forte hausse au pays.
    • Les évaluations astronomiques sur le marché de Vancouver ont poussé les mesures d'accessibilité de la C.-B. à leurs pires niveaux jamais enregistrés, à savoir 92,5 points de pourcentage.

  • Alberta: En dépit d'une progression de 0,5 à 1,3 point de pourcentage, la plus faible de toutes les provinces, l'accessibilité à la propriété demeure attrayante en Alberta. La demande d'habitations tourne à bas régime ; les ventes de maisons, la construction domiciliaire et les prix des maisons sont restés stables. À compter de maintenant, les niveaux d'accessibilité attrayants, la solide croissance et l'amélioration de la situation de l'emploi contribueront à restaurer la confiance sur le marché de l'habitation de l'Alberta.
    • Les reventes de propriétés à Calgary ont légèrement fléchi au deuxième trimestre, n'exerçant que peu de pressions sur les prix et l'accessibilité dans l'ensemble. Les mesures d'accessibilité de RBC ont augmenté de 0,4 à 1,1 point de pourcentage. Il s'agit de la plus légère détérioration enregistrée dans les grandes villes. De robustes facteurs économiques fondamentaux, à la fois à Calgary et en Alberta, alimenteront la demande d'habitations au cours des prochains mois.

  • Saskatchewan: L'augmentation des prix des maisons à deux étages et des bungalows a nui à l'accessibilité à la propriété en Saskatchewan durant le deuxième trimestre. Les mesures de RBC pour ces deux catégories ont affiché leur plus forte hausse en plus de deux ans, ayant bondi de 2,8 et de 2,0 points de pourcentage respectivement. Pour le moment, l'écart entre les niveaux d'accessibilité et les moyennes à long terme s'accentue pour la province, ce qui pourrait exercer une certaine pression sur les acheteurs.

  • Manitoba: L'accessibilité à la propriété s'est maintenue dans une « zone neutre » au Manitoba ce trimestre. Les mesures de RBC se sont légèrement détériorées au dernier trimestre, allant de 0,7 à 1,2 point de pourcentage. L'augmentation des coûts de propriété a possiblement contribué au ralentissement des activités de revente au printemps, quoique les importantes inondations ont probablement provoqué des perturbations dans plusieurs régions de la province. Avant le printemps, les ventes de maisons existantes au Manitoba ont enregistré leur meilleur premier trimestre à ce jour, notamment grâce aux gains solides enregistrés à Winnipeg.

  • Ontario: Bien que les ventes de maisons existantes aient ralenti au deuxième trimestre, les vendeurs sont demeurés en position de force dans plusieurs marchés locaux de l'Ontario, ce qui a entraîné une hausse constante des prix des maisons, de même qu'un accroissement des coûts d'une propriété dans la province. Les mesures de RBC ont progressé de 1,1 à 2,0 points de pourcentage, ce qui a annulé une partie des reculs enregistrés au dernier semestre de 2010. Tout compte fait, l'accessibilité à la propriété dans la province n'est pas encore trop difficile.
    • Au cours du deuxième trimestre, la disponibilité réduite des maisons à vendre à Toronto a permis aux vendeurs de dominer le processus de fixation des prix. Malgré la baisse de l'accessibilité à la propriété, les acheteurs de la région de Toronto ont conservé leur motivation. Les mesures de RBC pour le deuxième trimestre ont monté de 1,2 à 2,9 points de pourcentage.
    • Jusqu'à maintenant, la demande d'habitations a diminué dans la région d'Ottawa. Au deuxième trimestre, les coûts de propriété ont augmenté pour le troisième trimestre d'affilée, alors que la valeur des propriétés a progressé modérément dans toutes les catégories de logement. Les mesures de RBC pour Ottawa ont monté de 0,7 à 1,3 point de pourcentage ce trimestre.

  • Québec : Les données sur l'accessibilité à la propriété ont été mitigées au Québec jusqu'à maintenant. Les coûts liés à la possession d'une maison en propriété franche se sont alourdis pour le deuxième trimestre consécutif, alors que ceux pour un appartement en copropriété n'ont pas vraiment changé. Au deuxième trimestre, les mesures de RBC pour les bungalows et les maisons à deux étages ont avancé respectivement de 1,0 et de 1,8 point de pourcentage. La mesure pour les appartements en copropriété a peu évolué (hausse de seulement 0,2 point de pourcentage). Les divergences d'accessibilité se sont reflétées dans les prix des maisons.
    • Il en coûte de plus en plus cher d'acquérir une propriété dans la région de Montréal. Au deuxième trimestre, les mesures de RBC ont avancé pour tous les types de propriété, traduisant une détérioration accrue de l'accessibilité. Au cours de la dernière année, l'augmentation des prix a fait perdre à Montréal son titre de ville parmi celles où les propriétés sont les plus accessibles au Canada. Ce recul ne semble pas avoir freiné l'ardeur des acheteurs, puisque les achats de maisons ont augmenté pour un deuxième trimestre d'affilée.

  • Provinces de l'Atlantique : La stabilité relative du marché a contenu la progression de la valeur des propriétés dans les provinces de l'Atlantique, ce qui a limité le déclin de l'accessibilité à la propriété au deuxième trimestre. Les mesures de RBC ont augmenté de 0,9 à 1,2 point de pourcentage dans toute la région. Les provinces de l'Atlantique maintiennent un avantage de longue date sur le plan de l'accessibilité, par rapport à la plupart des autres marchés canadiens. Le marché des provinces de l'Atlantique a bien résisté au repli de 2008-2009 et il est bien placé pour faire face à toute circonstance difficile éventuelle.
    • Plusieurs marchés locaux de la région ont connu un fléchissement de leurs activités de revente, notamment ceux de Halifax, de St. John's et de Saint John. Moncton, par contre, a connu des gains importants au deuxième trimestre.

Le rapport Tendances immobilières et accessibilité à la propriété sera disponible dans son intégralité aujourd'hui à compter de 8 h. (HE), à l'adresse www.rbc.com/economie/marche/.

- 30 -


Pour obtenir de plus amples renseignements, veuillez communiquer avec :
Robert Hogue, économiste principal, Recherche économique RBC, 416 974-6192,
Raymond Chouinard, Relations avec les médias, RBC, 514 874-6556