Skip Header Navigation

À propos de RBC > Salle de presse > Communiqués > La confiance des consommateurs près de son sommet d'après la récession à l'aube de la nouvelle

La confiance des consommateurs près de son sommet d'après la récession à l'aube de la nouvelle

Les consommateurs prévoient dépenser le plus clair de l'allégement des retenues de sécurité sociale

NEW YORK, le 6 janvier 2011 — Près des trois quarts des Américains (74 pour cent) prévoient dépenser au moins une partie de l'argent supplémentaire dont ils disposeront grâce à l'allégement d'un an des charges sociales entré en vigueur le 1er janvier 2011, et 42 pour cent d'entre eux comptent en dépenser la totalité ou la quasi-totalité, selon l'indice mensuel RBC des perspectives de consommation aux États-Unis. Ces projets ravivent l'espoir d'une augmentation de la consommation en 2011. Seulement un Américain sur quatre (26 pour cent) a dit qu'il épargnera le supplément de revenu que lui assurera cet allégement.

La confiance des consommateurs en janvier, mesurée par l'indice RBC des perspectives de consommation, se situe à 44,9, c'est-à-dire juste en dessous du niveau de 45,2 du mois précédent, qui a marqué un record depuis la récession. La légère baisse de l'indice d'ensemble a été contrée par une poursuite du regain de confiance dans l'emploi, puisque le sous-indice de l'emploi a augmenté de 51,8 en décembre à 52,1 et a regagné 10 points (24 pour cent) depuis un an, alors qu'il s'établissait à 42,0.

« L'indice de confiance marque un palier en janvier après avoir augmenté trois mois d'affilée, explique Tom Porcelli, économiste en chef - États-Unis de RBC Marchés des Capitaux. En dépit de ce léger repli, les bases de la confiance des consommateurs sont plus fermes en ce début d'année. L'indicateur de l'emploi a dérogé à la tendance générale pour afficher une hausse surprenante malgré une confiance générale affaiblie et la hausse du taux de chômage en décembre. »

De plus, le pessimisme au sujet des économies locales des répondants est le moins prononcé depuis plus d'un an. Moins de la moitié des consommateurs (47 pour cent) jugent actuellement leur économie locale faible, contre 51 pour cent le mois dernier et 59 pour cent en septembre 2010.

Les conclusions de l'enquête n'étaient toutefois pas uniformément positives. Si le sous indice de l'emploi a progressé ce mois-ci, les autres sous-indices ont tous légèrement fléchi. Celui de la conjoncture est passé de 35,6 le mois dernier à 35,0, celui des prévisions, de 56,1 à 55,3, et celui des investissements de 40,0 à 38,9.

Près des deux tiers des Américains (64 pour cent) estiment que le pays fait fausse route, comparativement à 36 pour cent qui jugent qu'il est dans la bonne voie. La proportion des pessimistes, qui se maintient au-dessus de 60 pour cent depuis neuf mois, était en hausse par rapport aux 61 pour cent du mois dernier.

Les autres constatations de l'enquête confirment que les Américains demeurent inquiets au sujet de l'orientation générale de l'économie. Les répondants au sondage qui croient que l'économie empirera au cours de la prochaine année (24 pour cent) sont presque aussi nombreux que ceux qui croient qu'elle s'améliorera (28 pour cent), et près de la moitié (48 pour cent) estiment que le pays demeurera aux prises avec les mêmes conditions que ces derniers mois.

« Les consommateurs ont raison d'être prudents, dit M. Porcelli. La législation fiscale adoptée récemment favorisera assurément la consommation cette année, mais la croissance de l'emploi est encore modeste, les prix immobiliers résidentiels stagnent et l'accès au crédit demeure limité. Il semble donc que la voie vers le rétablissement de la confiance ne sera pas rectiligne. »

Devant la popularité des cartes-cadeaux pour les fêtes de fin d'année, les répondants au sondage ont été invités à dire à quelle vitesse ils comptaient utiliser les cartes-cadeaux qu'ils recevaient. La moitié d'entre eux (52 pour cent) prévoit utiliser toutes les cartes reçues dans un délai d'un mois et les trois quarts (73 pour cent), dans les trois mois. Un répondant sur sept (16 pour cent), et c'est notable, n'a aucun projet d'utilisation de ces cartes-cadeaux ou « bien souvent les oublie  ».


L'indice mensuel RBC des perspectives de consommation aux États-Unis
L'indice mensuel RBC des perspectives de consommation aux États-Unis, qui offre le portrait le plus à jour et le plus complet des perspectives des consommateurs américains, s'appuie sur des données recueillies au moyen d'entrevues auprès d'un échantillon national représentatif composé de 1 007 Américains d'âge adulte. Le sondage est réalisé par Ipsos, deuxième plus grande société mondiale de sondages et d'études de marché, sur une période de plusieurs jours chaque mois. Les résultats dont fait état le présent communiqué ne sont que quelques-unes des conclusions du sondage réalisé par Ipsos du 27 au 30 décembre 2010. Les résultats du sondage qui permet d'établir l'indice mensuel RBC des perspectives de consommation aux États Unis sont communiqués dans les 36 heures suivant les entrevues en ligne avec les répondants américains composant l'échantillon. L'échantillon est établi selon la méthode des quotas pondérés afin d'assurer que sa composition reflète celle de la population des États-Unis selon les données du dernier recensement, et de fournir un échantillon probabiliste approximatif.

- 30 -

Pour obtenir de plus amples renseignements, veuillez communiquer avec:
Raymond Chouinard, Relations avec les médias, RBC, 514 874-6556