Sauter la barre de navigation du haut

À propos de RBC > Salle de presse > Communiqués > Les Petites Entreprises Canadiennes ont bien résisté à la récession selon les Services Économiques RBC

Les Petites Entreprises Canadiennes ont bien résisté à la récession selon les Services Économiques RBC

TORONTO, le 5 janvier 2011 — Les petites et moyennes entreprises (PME) canadiennes ont mieux su affronter la récession que les grandes entreprises du secteur privé, selon un nouveau rapport sur la petite entreprise et le marché du travail produit par les Services économiques RBC.

« Les petites entreprises ont la réputation d'être plus fragiles lors des ralentissements économiques. Et pourtant, elles ont mieux affronté la récente récession que les plus grandes, souligne Paul Ferley, économiste en chef adjoint, RBC. La réussite relative des PME du secteur privé découle probablement d'une plus faible exposition aux marchés extérieurs, comme les États-Unis, dont l'économie intérieure a été davantage affaiblie que celle du Canada. »

Le rapport de RBC concerne l'emploi dans le secteur privé, un important indicateur de l'activité commerciale. Selon ce rapport, les PME canadiennes du secteur privé qui comptent moins de 300 employés ont eu plus de facilité à mitiger les conséquences de la récession et se sont remises plus rapidement sur pied que les entreprises de plus grande taille. De plus, les entreprises qui dépendent du marché américain de l'exportation ont éprouvé plus de difficultés que celles qui étaient davantage concentrées sur le marché intérieur, puisque ce dernier n'a pas été aussi durement touché par la récession.

« Lorsque la conjoncture est difficile, les entreprises doivent souvent mettre des travailleurs à pied et abandonner temporairement leurs projets d'embauche, affirme Mike Michell, directeur, Petite entreprise, RBC. Les PME du secteur privé semblent toutefois avoir adopté des stratégies commerciales qui leur ont permis de surmonter le ralentissement sans trop de dommages. »

Données sur l'emploi
Dans l'ensemble, l'emploi au sein des PME du secteur privé a chuté de 4,2 % au cours de la récession, comparativement à 5,5 % dans les plus grandes entreprises. L'exposition des PME du secteur privé aux marchés américains semble avoir été moindre que celle des grandes entreprises manufacturières.

Si l'on examine les entreprises toutes tailles confondues, on remarque que ce sont les entreprises du secteur privé qui produisent des biens, notamment celles des secteurs de la fabrication, de la construction, des mines, du pétrole et du gaz, de l'exploitation forestière et des services publics, qui ont été le plus durement touchées en matière d'emploi, accusant un recul de 11,1 % depuis le sommet atteint au quatrième trimestre de 2007.

Données régionales
La plupart des provinces du pays ont suivi la tendance en ce qui concerne l'emploi dans les PME et les grandes entreprises.

  • Terre-Neuve-et-Labrador : L'emploi dans les PME de la région est resté fort lors du ralentissement économique. Même si les effectifs ont décliné en moyenne de 1,2 %, ils ont depuis dépassé les précédents sommets. En comparaison, l'emploi dans les grandes entreprises a subi un recul plus prononcé de 4,3 %. Le secteur manufacturier est celui qui a été le plus touché. L'emploi y a subi un recul de 29,2 %, ce qui représente 90 % de l'ensemble du déclin dans les grandes entreprises.
  • Nouvelle-Écosse : En Nouvelle-Écosse, l'emploi a été stable au cours de la récession, mais les employés des grandes entreprises s'en sont mieux tirés que ceux des PME, car les effectifs y ont respectivement chuté de 1,7 % et 2,9 %. Le secteur du commerce intérieur a été la principale source de faiblesse pour les PME, car 44 % des pertes d'emploi sont survenues dans cette catégorie.

  • Nouveau-Brunswick : Au Nouveau-Brunswick, le secteur manufacturier est celui qui a subi le plus de pertes d'emploi accusant un recul de 11,3 % entre le troisième trimestre de 2008 et le deuxième trimestre de 2009. Globalement, l'emploi dans les PME a fléchi de 13,2 % comparativement à un recul de 9,6 % dans les grandes sociétés.
  • Québec : Dans les grandes entreprises au Québec, l'emploi a reculé de 6,2 %, et plus de la moitié de ce déclin est survenu dans le secteur manufacturier, alors que l'emploi dans les PME du secteur privé a reculé de 2,6 % après avoir atteint un sommet à la fin de 2008. Les secteurs du transport et de l'entreposage ont été faibles dans l'ensemble ; l'emploi a reculé de 7,3 % dans les PME et de 5,7 % dans les plus grandes entreprises.
  • Ontario : Les pertes d'emploi dans le secteur manufacturier en Ontario ont compté pour la moitié du déclin de l'emploi total dans le secteur privé entre le troisième trimestre de 2008 et le quatrième trimestre de 2009. En ce qui concerne le secteur manufacturier, les pertes d'emploi ont été enregistrées surtout dans les grandes entreprises, s'établissant à 19,2 % au cours de cette période, comparativement à 10,4 % pour les PME. Les secteurs du détail et du gros ont également affiché une certaine faiblesse, car les effectifs dans les PME ont reculé de 4,1 % et ceux dans les grandes entreprises, de 1,3 %.
  • Manitoba : L'emploi dans les PME du secteur privé au Manitoba est resté stable au fil de la récession, alors que les plus grandes entreprises ont dû réduire leurs effectifs. Comme pratiquement partout ailleurs au pays, les pertes d'emploi au Manitoba ont été regroupées dans le secteur de la fabrication, lequel a été responsable de l'ensemble de la réduction des effectifs de 1,5 % dans les PME, et du tiers de celle de 8,1 % dans les grandes entreprises. Le gros des autres pertes d'emploi dans les grandes entreprises est imputable aux secteurs du commerce de gros et de détail, dans lesquels l'emploi a diminué de 10,8 %, alors qu'il a augmenté de 0,5 % dans les PME.
  • Saskatchewan : Alors que l'emploi dans les plus grandes entreprises a plongé de 10,5 %, l'emploi dans les PME du secteur privé en Saskatchewan a progressé de 1,8 % à la suite d'un recul initial de 0,7 %. Les reculs dans les grandes entreprises ont été plus généralisés en comparaison aux autres provinces et sont principalement attribuables aux déclins dans le secteur manufacturier (20,4 %), dans le secteur du transport et de l'entreposage (22,3 %) ainsi que dans celui du commerce de détail et de gros (3,8 %).
  • Alberta : Dans cette province, l'emploi dans les PME du secteur privé a affiché un recul de 7,4 %, comparativement à 5,6 % dans les grandes entreprises. Le secteur qui semble avoir le plus contribué à ce déclin est celui de la construction où l'emploi dans les PME a chuté de 9,0 %, comparativement à un gain de 1,1 % dans les grandes sociétés. Le taux d'emploi des grandes sociétés du secteur manufacturier a chuté de 19 %, alors que les réductions d'effectifs dans les PME ont atteint un taux plus modéré de 13,1 %. L'emploi dans les grandes sociétés du secteur des mines, des carrières et du pétrole et du gaz a reculé de 16,2 %, comparativement à un déclin de 7,7 % dans les PME.
  • Colombie-Britannique : Comme en Alberta, les grandes entreprises de la Colombie-Britannique ont dans l'ensemble mieux fait que les PME de la province. Même si l'emploi au sein des grandes entreprises du secteur privé a reculé, du sommet jusqu'au creux, de 7,4 % comparativement à un recul de 6,9 % pour les PME, le rebond subséquent des grandes entreprises a réduit leur déclin qui se chiffre maintenant à 5,7 %. Dans l'ensemble de la province, pendant la majeure partie de la récession, le recul de l'emploi a globalement été plus marqué dans les PME que dans les grandes entreprises. Le secteur qui semble avoir le plus contribué à ce recul dans les PME est celui de la construction, où les effectifs ont chuté de 11,6 % comparativement à une hausse de 1,9 % dans les grandes sociétés. La plupart des autres secteurs de la province ont au contraire suivi la tendance nationale qui indique que les PME se sont révélées plus solides que les grandes entreprises. Par exemple, la principale source de faiblesse a été les secteurs du commerce de détail et de gros, où l'emploi dans les PME a chuté de 5,1 %, comparativement à 8,3 % dans les plus grandes entreprises. Le secteur manufacturier dans la province a également dégagé de piètres résultats : l'emploi y a chuté de 11,4 % dans les PME, un taux toutefois surpassé par les grandes entreprises, qui ont affiché un recul de 14,3 %.

RBC
La Banque Royale du Canada (RY aux bourses de Toronto et de New York) et ses filiales exercent leurs activités sous la marque RBC. RBC est la plus grande banque du Canada par sa capitalisation boursière et son actif, et l'une des plus importantes banques à l'échelle mondiale en matière de capitalisation boursière. Elle est l'une des plus importantes sociétés de services financiers diversifiés en Amérique du Nord et elle offre, à l'échelle mondiale, des services bancaires aux particuliers et aux entreprises, des services de gestion de patrimoine, des services d'assurance, des services à la grande entreprise et de banque d'investissement ainsi que des services de traitement des opérations. Elle compte près de 79 000 employés à temps plein et à temps partiel au service de plus de 18 millions de particuliers, d'entreprises, de clients du secteur public et de clients institutionnels au Canada, aux États-Unis et dans 50 autres pays. Pour obtenir de plus amples renseignements, veuillez consulter le site rbc.com.

- 30 -

Personne-ressource, médias :
Raymond Chouinard, Relations avec les médias, 514 874-6556,
raymond.chouinard@rbc.com