Skip Header Navigation

À propos de RBC > Salle de presse > Communiqués > Pour la première fois en plus d'un an, l'accessibilité à la propriété s'améliore au Canada, selon Recherche économique RBC

Pour la première fois en plus d'un an, l'accessibilité à la propriété s'améliore au Canada, selon Recherche économique RBC

TORONTO, le 29 novembre, 2010 — Après une hausse des coûts de la propriété pendant quatre trimestres consécutifs, l'accessibilité à la propriété s'est améliorée au troisième trimestre de 2010, surtout en raison d'une baisse des taux hypothécaires et d'une légère diminution du prix des maisons, d'après le dernier rapport Tendances immobilières et accessibilité à la propriété publié aujourd'hui par Recherche économique RBC.

« L'amélioration de l'accessibilité au cours du troisième trimestre a dissipé quelque peu la pression subie par le marché immobilier canadien au cours de la dernière année, a affirmé Robert Hogue, premier économiste, RBC. Après s'être apprécié rapidement pendant la forte montée des activités de revente l'an dernier et au début de cette année, le prix des maisons à l'échelle nationale s'est récemment replié quelque peu, le marché ayant considérablement ralenti au cours du printemps et de l'été. »

Le rapport Tendances immobilières et accessibilité à la propriété de RBC souligne qu'à l'échelle nationale, l'amélioration de l'accessibilité à la propriété au troisième trimestre a renversé près des deux tiers de la détérioration cumulée au cours des quatre trimestres précédents. En grande partie, les mesures d'accessibilité de RBC sont revenues aux niveaux qui prévalaient à la fin de 2009.

La mesure d'accessibilité à la propriété de RBC exprime la proportion du revenu avant impôts qu'un ménage doit consacrer aux coûts de possession d'une catégorie précise de propriété. Au cours du troisième trimestre de 2010, les mesures à l'échelle nationale ont baissé de 1,4 à 2,5 points de pourcentage, selon les catégories de propriété suivies par RBC (une diminution correspond à une amélioration de l'accessibilité).

La mesure d'accessibilité à la propriété pour le bungalow détaché étalon s'est assouplie de 2,4 points de pourcentage pour s'établir à 40,4 %, la mesure pour l'appartement en copropriété a reculé de 1,4 point de pourcentage pour atteindre 27,8 % et celle pour la maison de deux étages a connu la plus forte baisse, soit 2,5 points de pourcentage, pour s'établir à 46,3 %.

Malgré un certain déclin du prix des maisons au dernier trimestre, les prix à l'échelle nationale étaient tout de même plus élevés de 5,8 % à 6,8 %, en glissement annuel. Les taux hypothécaires fixes conventionnels ont baissé au troisième trimestre, le taux affiché de cinq ans (en fonction duquel les mesures de RBC sont calculées) chutant de plus de 0,5 point de pourcentage pour atteindre une moyenne de 5,52 %, annulant ainsi complètement la hausse du deuxième trimestre.

RBC note que l'accessibilité pourrait encore s'améliorer à moyen terme, compte tenu des réductions additionnelles du taux affiché de cinq ans déjà en place au début du quatrième trimestre et des précédentes hausses du prix des maisons ramenées à un niveau antérieur dans certains marchés. Toutefois, RBC prévoit que la Banque du Canada relancera sa campagne de resserrement des taux d'ici le deuxième trimestre de l'an prochain, ce qui aura tôt ou tard un effet à la hausse durable sur les taux hypothécaires.

« La montée des taux hypothécaires sera le facteur dominant de la hausse du coût de la propriété au-delà du court terme, mais l'accroissement du revenu des ménages - l'emploi continuant de s'améliorer au Canada - aura également un certain effet positif, a ajouté M. Hogue. Nous prévoyons, dans l'ensemble, que l'offre et la demande de propriété resteront équilibrées, préparant ainsi le terrain à une hausse très modeste du prix des maisons. »

L'accessibilité s'est améliorée dans toutes les provinces au troisième trimestre, surtout en Colombie-Britannique, où le coût déjà élevé des maisons a amplifié l'effet d'une baisse des taux hypothécaires sur les frais hypothécaires mensuels. L'Ontario a aussi connu des reculs marqués du coût de la propriété, faisant baisser les mesures de RBC sous la moyenne à long terme pour les maisons à deux étages et les appartements en copropriété dans la province. L'Alberta et le Manitoba sont les deux seules provinces pour lesquelles les mesures de RBC sont en deçà de leurs moyennes à long terme dans toutes les catégories de propriété, ce qui dénote le peu de pression que subissent ces marchés.

Dans les grandes villes canadiennes, la mesure d'accessibilité de RBC pour un bungalow détaché s'est établie aux niveaux suivants : Vancouver 68,8 % (baisse de 5,4 points de pourcentage par rapport au dernier trimestre), Toronto 47,2 % (baisse de 3,0 points de pourcentage), Montréal 41,7 % (baisse de 1,3 point de pourcentage), Ottawa 38,2 % (baisse de 2,9 points de pourcentage), Calgary 37,1 % (baisse de 2,0 points de pourcentage) et Edmonton 32.7 pour cent (baisse de 2,0 points de pourcentage).

La mesure d'accessibilité à la propriété, que RBC calcule depuis 1985, est fondée sur le montant qu'il en coûte pour posséder un bungalow détaché, l'étalon de référence raisonnable pour le marché de l'habitation. D'autres catégories de propriétés sont aussi représentées dans la mesure, notamment la maison de deux étages et l'appartement en copropriété. Plus la mesure est élevée, plus il en coûte cher d'acquérir et de détenir une propriété. Ainsi, une mesure d'accessibilité de 50 % signifie que les coûts de propriété, y compris les versements hypothécaires, les services publics et les impôts fonciers, absorbent 50 % du revenu mensuel avant impôts d'un ménage type.

Voici quelques faits saillants du rapport pour l'ensemble du Canada :

  • Colombie-Britannique : La baisse du prix des maisons et des taux hypothécaires a apporté au marché de la C.-B. un répit bienvenu au troisième trimestre, comparativement à l'importante détérioration de l'accessibilité enregistrée depuis le milieu de 2009. Suivant le ralentissement du marché de la revente au printemps et à l'été, et le plus grand nombre de propriétés à vendre, le prix des maisons a reculé (surtout dans le cas des maisons à deux étages), ou est demeuré stable (appartements en copropriété). Les mesures d'accessibilité à la propriété de RBC pour la C.-B. ont enregistré des baisses de 1,8 à 5,0 points de pourcentage, soit les plus importantes diminutions depuis le premier trimestre de 2009. Toutefois, elles demeurent tous bien au-delà des moyennes à long terme. Les très bas niveaux d'accessibilité devraient continuer de faire pression sur la demande immobilière de la province au cours des mois à venir.

  • Alberta : Bien que la province ait enregistré une importante amélioration de l'accessibilité depuis le début de 2008, la demande immobilière en Alberta est très loin de ce qu'elle était il y a quelques années et peu d'indices portent à croire que la situation progressera de manière notable. Les mesures de RBC se sont relâchées de 0,8 à 1,8 point de pourcentage, compensant largement les modestes hausses du deuxième trimestre. L'accessibilité à la propriété est parmi les plus abordables au Canada, tant en termes absolus qu'en comparaison aux moyennes historiques. RBC remarque qu'un tel niveau d'accessibilité est de bon augure pour la reprise de la demande immobilière, lorsque des gains plus substantiels auront été enregistrés dans le marché de l'emploi.

  • Saskatchewan : Les reventes de maisons en Saskatchewan ont effectué une remontée depuis août, compensant ainsi une grande partie de la chute du premier semestre. Toutefois, l'effet du précédent ralentissement des activités sur le prix des maisons a persisté, ce prix ayant diminué dans toutes les catégories de propriétés comparativement au deuxième trimestre. Les mesures d'accessibilité de RBC ont baissé de 1,8 à 2,2 points de pourcentage, la plus grande part depuis le début de 2009, mais elles sont encore légèrement au-dessus de leur moyenne à long terme, ce qui laisse croire que les conditions actuelles du marché pourraient influer dans une certaine mesure sur le budget des acheteurs de maisons de la Saskatchewan.

  • Manitoba : Le marché de la revente au Manitoba s'est apprécié fortement en septembre et en octobre, ce qui a mis un terme à un épisode estival particulièrement faible. Les acheteurs de maisons de cette province ont su tirer profit de l'accessibilité accrue. Les mesures de RBC ont reculé de 0,9 à 2,3 points de pourcentage, contrebalançant la hausse enregistrée depuis le printemps 2009 de la moitié aux trois quarts. Le Manitoba est l'une des deux seules provinces, avec l'Alberta, dont les mesures pour tous les types de propriétés sont en deçà des moyennes à long terme. Ce facteur aura un effet positif sur la demande ultérieurement.

  • Ontario : Suivant quatre hausses trimestrielles consécutives, le coût de la propriété a reculé en Ontario au troisième trimestre, grâce aux plus faibles taux hypothécaires et à un certain assouplissement de la valeur des propriétés. Les mesures de RBC ont baissé de 1,3 à 2,4 points de pourcentage, contrebalançant entièrement la hausse du deuxième trimestre. Les ventes de maisons existantes ont terminé leur chute abrupte, confirmant ainsi les prévisions antérieures de RBC, soit que le ralentissement des activités au printemps et à l'été reflétait en grande partie divers facteurs temporaires - comme la TVH et les modifications à la réglementation en matière de prêts hypothécaires - qui ont stimulé la demande au début de cette année. Le marché étant maintenant équilibré, le récent assouplissement du prix des maisons agira vraisemblablement comme un facteur stabilisant suivant la forte reprise.

  • Québec : Le marché immobilier québécois se dirige vers des niveaux d'activité plus stables après avoir brusquement chuté aux bas niveaux d'il y a six ans à la fin de 2008, puis remonté pour atteindre des sommets records au début de 2010. Cette tendance à moyen terme s'appuie sur l'amélioration de l'accessibilité au troisième trimestre. Suivant quatre hausses consécutives, les mesures de RBC pour la province ont baissé de 1,4 à 1,8 point de pourcentage, selon les catégories de propriété, mais elles demeurent près des sommets atteints avant la période de ralentissement économique et dépassent leur moyenne à long terme, ce qui pourrait ralentir la demande pour les prochains mois.


  • Provinces de l'Atlantique : Le marché de l'habitation de la côte Est a repris du poil de la bête au début de l'automne, suivant un ralentissement marqué des activités de revente au printemps qui affichaient les bas niveaux de la fin de 2008. Le léger recul des prix et la baisse des taux hypothécaires expliquent les plus faibles coûts de propriété du troisième trimestre. Les mesures de RBC ont baissé de 1,0 à 1,5 point de pourcentage au troisième trimestre, revenant près des niveaux qui prévalaient au milieu et à la fin de 2009. Dans l'ensemble, l'accessibilité à la propriété dans les provinces de l'Atlantique continue de figurer parmi les plus attrayantes au pays.

Le rapport Tendances immobilières et accessibilité à la propriété sera disponible dans son intégralité aujourd'hui à partir de 8 h, HE, à l'adresse : www.rbc.com/economie/marche/pdf/housef.pdf (ouvre un document PDF dans une nouvelle fenêtre).

- 30 -

Pour obtenir de plus amples renseignements, veuillez communiquer avec :
Robert Hogue,
Recherche économique RBC, 416-974-6192

Raymond Chouinard,
Relations avec les médias, RBC, 514 874-6556