Skip Header Navigation

À propos de RBC > Salle de presse > Communiqués > Les petites entreprises « passent au vert » selon un sondage de RBC

Les petites entreprises « passent au vert » selon un sondage de RBC

TORONTO, le 18 juin, 2010 —La moitié des propriétaires de petites entreprises canadiennes (52 %) ont déjà mis en œuvre (46 %) ou envisagent de mettre en œuvre (6 %) un plan vert ou des politiques environnementales au sein de leur entreprise, selon un sondage de RBC auprès des petites entreprises.

Les petites entreprises qui ont déjà établi un plan ou des politiques sont plus susceptibles de se concentrer sur la réduction de l'utilisation de l'énergie (63 %), alors que celles qui envisagent l'instauration d'un plan vert sont plus susceptibles de mettre l'accent sur les normes environnementales (31 %) ainsi que sur la réduction des fournitures (55 %).

« Ces résultats nous indiquent que les propriétaires de petites entreprises font de la durabilité environnementale leur priorité, a souligné Mike Michell, directeur général national, Petites entreprises, RBC. L'instauration d'un plan environnemental peut avoir un effet positif sur les résultats d'une entreprise, car il peut contribuer à réduire ses coûts globaux à long terme et à accroître sa part de marché en attirant les clients soucieux de l'environnement. »

Selon le sondage, les dépenses liées à des initiatives environnementales existantes sont minimes - 59 % des entreprises possédant un plan vert affirment qu'elles ont dépensé moins de 500 $ pour des initiatives vertes au cours des deux dernières années. Cependant, les dépenses augmentent à mesure que le chiffre d'affaires de l'entreprise s'accroît.

« Certains propriétaires de petites entreprises croient qu'ils doivent dépenser beaucoup d'argent pour mettre en œuvre des stratégies, mais ce n'est pas le cas : il suffit de commencer par de petits gestes, pour ensuite poursuivre sur cette lancée », a ajouté Mike Michell.

Investir des fonds dans des stratégies vertes peut aider certaines entreprises à miser sur le virage vert comme s'il s'agissait d'une occasion d'affaires. Ces changements peuvent également avoir une incidence directe sur l'élaboration de solutions axées sur la durabilité environnementale, qui influent sur l'économie émergente.

« Le virage vert aide les entreprises à établir de bonnes relations avec les clients, les employés, les actionnaires et le grand public, a indiqué Jim Hart, directeur national, Services financiers à l'entreprise, Stratégie clientèle verte, RBC. Nous savons que les premiers pas vers le développement durable peuvent se révéler ardus pour certains propriétaires d'entreprise, mais ce sont des efforts qui en valent la peine. La clé est de s'engager à agir - et de se lancer dans l'aventure. »

Afin d'aider les petites entreprises à élaborer et à mettre en œuvre des mesures favorisant la durabilité de l'environnement, RBC a publié un document intitulé Rendre votre entreprise plus verte : Guide de démarrage, qui fournit des conseils pratiques sur l'élaboration d'une analyse de la rentabilité du virage vert, sur la mobilisation des parties prenantes et sur la création d'un plan vert. Vous trouverez ce document ainsi que d'autres documents utiles sur le site du centre d'expertise RBC, à l'adresse www.rbc.com/conseilsalentreprise.

Points saillants du sondage par région

  • En Alberta, les propriétaires de petites entreprises qui ont un plan vert ou qui envisagent d'en instaurer un sont plus susceptibles que les propriétaires d'entreprises d'autres régions d'intégrer le recyclage à leur stratégie verte (94 %), mais moins susceptibles d'affirmer que leurs plans comprennent ou comprendront des mesures de prévention de la pollution (15 %).

  • Au Canada Atlantique, les propriétaires de petites entreprises sont plus susceptibles d'incorporer des normes environnementales pour les biens et services achetés par l'entreprise (38 %) et aussi d'inclure des stratégies de réduction de leur utilisation de l'énergie (75 %).

  • En Colombie-Britannique, les propriétaires de petites entreprises affichent de très bons résultats, comme ceux d'autres provinces, en ce qui a trait à leur engagement dans le recyclage (82 %) et la réduction de leur utilisation de l'énergie (60 %).

  • Les propriétaires de petites entreprises du Manitoba et de la Saskatchewan sont plus susceptibles d'inclure des pratiques de prévention de la pollution (36 %) dans leur stratégie verte.

  • Les propriétaires de petites entreprises de l'Ontario sont plus susceptibles de produire et de vendre, ou d'envisager de produire et de vendre, des biens et des services verts (26 %).

  • Les propriétaires de petites entreprises du Québec sont plus susceptibles de réduire ou d'envisager de réduire leur utilisation de l'eau ou la pollution de l'eau (36 %).

Dans un effort visant à aider les propriétaires de petites entreprises canadiennes à réussir, RBC a récemment lancé un nouveau centre d'expertise en ligne. Le site offre des conseils professionnels gratuits ainsi que des réponses aux questions les plus fréquentes des propriétaires d'entreprises, notamment sur les différents aspects de la direction d'une entreprise, et comprend des outils interactifs, des calculatrices, des vidéos, des articles et des trucs. Visitez le site www.centredexpertiserbc.com (ouvre un site Web externe dans une nouvelle fenêtre) pour plus de renseignements.

Ce n'étaient là que quelques-unes des constatations découlant du sondage de RBC auprès des petites entreprises, qui a été mené par Ipsos Reid du 2 au 8 février 2010. Le sondage visait à déterminer les attitudes et les comportements des propriétaires de petites entreprises canadiennes en ce qui a trait aux plans et aux stratégies en matière d'environnement. Il se fonde sur des entrevues en ligne menées auprès d'un échantillon aléatoire de 1 049 propriétaires de petites entreprises canadiennes. Toutes les entreprises comptaient moins de cinq employés et affichaient un chiffre d'affaires de moins de 1 million $. On estime qu'un sondage utilisant un échantillon de cette taille avec une probabilité non pondérée et un taux de réponse de 100 % aurait une marge d'erreur de ±3,0 points de pourcentage, 19 fois sur 20 par rapport à ce qu'auraient été les résultats si l'on avait interrogé l'ensemble des propriétaires de petites entreprises au Canada. Tous les sondages reposant sur un échantillon peuvent faire l'objet d'autres sources d'erreur, y compris, mais sans s'y limiter, une erreur de couverture et une erreur de mesure.

- 30 -

Personnes-ressources, médias :
Raymond Chouinard, 514 874-6556,
raymond.chouinard@rbc.com