RBC
image RBC.com | Recherche | Carte du Site | Nous joindre | Conditions d'utilisation | English
Autres sites de RBC:
image Banque Investissements Marchés des Capitaux
» Profil de l'entreprise
» Gouvernance d'entreprise
» Histoire
» Relations avec
les investisseurs
Salle de presse
 Communiqués
 Info-Articles
 Présentation des membres de la Haute direction
 Discours
 Actualités RBC
 L'Indice PMI RBC
 L'Indice PCC RBC
 Rapports spéciaux
 Multimédia
 Calendrier des activités
» Économie
» Publications
» Collectivités et durabilité
» Carrières
» Diversité
» Devenir un fournisseur
» Porter plainte

Communiqués

 

RBC émet des renseignements sur les dépréciations

TORONTO le 14 mai 2008 — La Banque Royale du Canada (RY sur TSX et NYSE) a annoncé aujourd'hui que ses résultats pour le deuxième trimestre se terminant le 30 avril 2008 incluront des dépréciations attribuables à la conjoncture des marchés d'un montant approximatif de 855 millions de dollars avant impôt (420 millions de dollars après impôt, montant qui comprend les rajustements à la rémunération). De ce montant, approximativement 715 millions de dollars se rapportent aux Marchés des Capitaux et 140 millions de dollars au Soutien général. RBC est d'avis qu'une portion appréciable des dépréciations est attribuable aux pressions sur les liquidités qui affectent les actifs que nous conservons, plutôt qu'à la qualité du crédit sous-jacent en tant que telle.

RBC prévoit en outre un gain approximatif de 50 millions de dollars avant impôt (20 millions de dollars après impôt) issu du changement de la juste valeur de ses éléments de passif désignés comme étant des titres de négociation, un résultat de l'élargissement des écarts de taux au cours du deuxième trimestre.

Au sein de nos portefeuilles de crédit structuré, nous avons enregistré un rajustement d'évaluation d'approximativement 200 millions de dollars en fonction des écarts de défaillance de crédit attribuables à une exposition à MBIA Inc., un assureur spécialisé, et des dépréciations nettes d'approximativement 90 millions de dollars attribuables à des obligations sur dettes avec garantie de titres adossés à des actifs du marché américain des prêts hypothécaires à risque, et à d'autres positions de crédit structuré.

Les problèmes liés aux liquidités ont également touché nos activités relatives aux titres à enchères américains (" ARS ") et aux CPG municipaux américains. Bien que la grande majorité des titres à enchères américains soient adossés à des garanties de prêts étudiants assurées par le gouvernement, nous avons enregistré des dépréciations d'approximativement 185 millions de dollars en fonction des cours du marché et d'une analyse par modèles des évaluations. La juste valeur de notre portefeuille de placements qui soutient nos activités liées aux CPG municipaux américains tient également compte de dépréciations d'environ 140 millions de dollars, en fonction des cours du marché. Ce portefeuille est principalement composé de titres adossés à des créances hypothécaires, d'obligations à escompte et de bons qui sont émis par un organisme fédéral (Freddie Mac / Fannie Mae) ou autre.

D'autres portefeuilles de négociation ont encouru des dépréciations d'environ 175 millions de dollars attribuables principalement aux problèmes de liquidités qui affectent le marché. De plus amples renseignements seront émis à ce sujet lors de la diffusion de nos résultats du deuxième trimestre.

En raison de la détérioration du marché américain des prêts hypothécaires à risque, certains titres de participation directe classés comme des titres disponibles à la vente ont été réputés avoir un statut autre que douteux, selon des estimations de la juste valeur établies en fonction des cours du marché. Des dépréciations approximatives de 65 millions de dollars ont été enregistrées pour ces titres.

RBC prépare à l'heure actuelle ses résultats du deuxième trimestre, et les renseignements susmentionnés sont fondés sur les estimations actuelles et sont susceptibles de changer.

« Ces dépréciations ne nous réjouissent guère, et nous ne les prenons pas à la légère. Ceci dit, elles sont gérables et notre profil de risque demeure dans les limites de notre tolérance. Cela s'explique par notre façon disciplinée de gérer le risque, notre bilan solide et la diversité de nos activités », affirme Gordon M. Nixon, président et chef de la direction.

RBC dispose d'un actif de 633 milliards de dollars au terme du premier trimestre. Cet actif est 45 % plus élevé que celui de la deuxième plus importante banque au Canada. RBC est la cinquième banque en importance en Amérique du Nord, au chapitre de la capitalisation boursière et de l'actif. Nos cotes de solvabilité et ratios de capital demeurent parmi les plus élevés au monde. On s'attend à que le ratio de capital de catégorie 1 de RBC demeure bien au-delà de 9 % pour le deuxième trimestre, et ce, en dépit de l'acquisition d'Alabama National Bancorporation qui fut financée en espèces à hauteur de 50 pour cent. Ce résultat est nettement supérieur au seuil réglementaire de 7 pour cent fixé par le BSIF, et plus élevé que notre objectif de 8 pour cent pour 2008.

RBC publiera ses résultats du deuxième trimestre le 29 mai 2008. Un appel-conférence est prévu pour le 29 mai, à 12 h 30 (HAE) et comportera une présentation par des cadres de RBC qui aborderont les résultats du deuxième trimestre et de l'année en cours. Il s'en suivra une période réservée aux questions et réponses avec les analystes. Les investisseurs sont invités à envoyer leurs questions par courriel à invesrel@rbc.com.

Les personnes intéressées peuvent accéder à l'appel-conférence en mode d'écoute seulement au : www.rbc.com/investisseurs/ir_events_presentations.html ou par téléphone (416 340-2216 ou 1-866-898-9626). Veuillez appeler entre 12 h 20 et 12 h 25 (HAE).

Les notes de la conférence seront affichées sur le site Web de RBC peu après l'appel. Un enregistrement sera également disponible à partir du 29 mai 17 h jusqu'au 28 août 2008 au : www.rbc.com/investisseurs/ir_quarterly.html ou par téléphone (416 695-5800 ou 1 800 408-3053, code d'accès 3260508#).

- 30 -

Pour tout renseignement, prière de s'adresser à :

Contacts - médias :
Claude Lussier, directeur, Relations avec les médias,
514 874-5919, claude.lussier@rbc.com

Contact - investisseurs :
Marcia Moffat, chef, Relations avec les investisseurs,
416 955-7803, marcia.moffat@rbc.com

Mise en garde concernant les déclarations prospectives
À l'occasion, nous faisons des déclarations prospectives verbalement ou par écrit au sens de certaines lois sur les valeurs mobilières, y compris les règles d'exonération du Private Securities Litigation Reform Act of 1995 des États-Unis et de toute loi sur les valeurs mobilières applicable au Canada. Ces déclarations prospectives comprennent notamment les déclarations concernant nos dépréciations prévues pour nos portefeuilles de crédit structuré, de titres à enchères et de CPG municipaux américains et pour nos autres portefeuilles de négociation, et concernant des pertes liées à certains titres de participation directe, ainsi que des gains attribuables à des éléments de passif désignés comme étant des titres de négociation. Les verbes « croire », « prévoir », « estimer », ainsi que les verbes conjugués au futur et au conditionnel visent à dénoter des déclarations prospectives. De par leur nature même, les déclarations prospectives nous poussent à avancer des hypothèses et font l'objet d'incertitudes et de risques intrinsèques qui entraînent la possibilité que les prédictions, prévisions, projections, attentes et conclusions, ainsi que nos hypothèses et autres déclarations prospectives ne se matérialisent pas. Nous déconseillons aux lecteurs de se fier indûment à ces déclarations, étant donné que nos résultats réels pourraient différer sensiblement des attentes exprimées dans ces déclarations prospectives, en raison d’un certain nombre de facteurs importants.

Parmi ces facteurs figurent la conjoncture économique générale au Canada, aux États-Unis et dans les autres pays où nous exerçons nos activités ; l'incidence des fluctuations du marché des prêts hypothécaires à risque aux États-Unis et des marchés connexes et le manque de liquidité dans différents autres marchés ; l'incidence des fluctuations du dollar canadien par rapport aux autres devises, notamment le dollar américain, la livre sterling et l'euro ; l'incidence des modifications des politiques gouvernementales, monétaires et autres ; l'incidence des modifications apportées aux lois et aux règlements, y compris les lois fiscales, et les modifications apportées aux normes, conventions et estimations comptables, y compris les modifications apportées à nos estimations des provisions et affectations, et les modifications à nos cotes de crédit.

Nous avisons les lecteurs que la liste des facteurs importants qui précède n’est pas exhaustive et que d'autres facteurs pourraient avoir un effet négatif sur nos résultats. À moins que la loi ne l'exige, nous ne nous engageons pas à mettre à jour quelque déclaration prospective que ce soit, verbale ou écrite, que nous pouvons faire ou qui peut être faite pour notre compte à l'occasion.

Des renseignements supplémentaires sur ces facteurs et d'autres facteurs sont fournis dans notre rapport aux actionnaires du premier trimestre 2008 et dans notre rapport annuel 2007.


 

Agir
  Communiquez avec un membre de l'équipe des Relations avec les médias


Actualités
  Repli de l'Indice PMIMC RBC à signale une croissance soutenue de la production en février (14.03.03)
  RBC est à la recherche d'artistes émergents pour son seizième Concours de peintures canadiennes (14.02.21)
  La Banque Royale du Canada annonce les résultats de l'exercice des droits de conversion des actions privilégiées de premier rang à dividendes non cumulatifs et à taux rajusté de cinq ans de série AJ et AL (14.02.14)
  plus >>


Autres liens
  Rapports trimestriels
  RBC en bref
  RBC Bulletin
  Á propos de RBC


  Rapports spéciaux
 
  L'indice RBC des directeurs d'achats de l'industrie manufacturière canadienne
 
05/14/2008 08:31:03