RBC
image RBC.com | Recherche | Carte du Site | Nous joindre | Conditions d'utilisation | English
Autres sites de RBC:
image Banque Investissements Marchés des Capitaux
» Profil de l'entreprise
» Gouvernance d'entreprise
» Histoire
» Relations avec
les investisseurs
Salle de presse
 Communiqués
 Info-Articles
 Présentation des membres de la Haute direction
 Discours
  Diversité
 Actualités RBC
 L'Indice PMI RBC
 L'Indice PCC RBC
 Rapports spéciaux
 Multimédia
 Calendrier des activités
» Économie
» Publications
» Collectivités et durabilité
» Carrières
» Diversité
» Devenir un fournisseur
» Porter plainte

Discours

 

Aperçu des résultats financiers de 2003 et du premier trimestre de 2004

Format standard pour imprimante

Peter W. Currie
Membre du Directoire et chef des finances
Banque Royale du Canada
135e assemblée annuelle
Banque Royale du Canada

Toronto (Ontario)

27 février 2004

Merci, Gord. Bonjour mesdames et messieurs. Je vais d'abord prendre quelques minutes pour vous parler des résultats financiers de votre entreprise en 2003 et au premier trimestre de 2004, qui ont été préparés conformément aux principes comptables généralement reconnus, les PCGR, des États-Unis.

Nous avons connu un exercice 2003 solide malgré la faiblesse continue des économies nord-américaines et une conjoncture difficile sur les marchés financiers au premier semestre. En outre, l'appréciation du dollar canadien par rapport au dollar américain au cours de l'année s'est traduit par une valeur inférieure des résultats américains après conversion.

Le bénéfice net a atteint un niveau record de 3 milliards de dollars, en hausse de 5 % par rapport à 2002. Par action, il s'est établi à 4,43 $, en hausse de 8 %. L'appréciation du dollar canadien l'an dernier a freiné à la fois nos revenus et nos charges en dollars américains, ce qui s'est traduit par un impact négatif net de 60 millions de dollars sur le bénéfice de 2003.

Le rendement des capitaux propres attribuables aux actionnaires ordinaires, ou RCP, importante mesure de la rentabilité et de la valeur créée pour les actionnaires dans notre industrie, a été de 17,0 %, par rapport à 16,6 % en 2002.

Gord Nixon vient de le souligner, la nature diversifiée de nos activités nous aide à dégager un bénéfice plus stable que nos concurrents malgré les conditions difficiles des marchés et de l'économie.

Notre entreprise est également de plus en plus diversifiée sur le plan géographique, 13 % des résultats provenant des activités menées aux États-Unis et 18 % provenant de l'extérieur de l'Amérique du Nord.

Tous nos secteurs d'activité ont augmenté leurs résultats au cours du dernier exercice.

Le bénéfice net de RBC Banque est en hausse de 8 millions de dollars par rapport à 2002, grâce à la progression du bénéfice des activités canadiennes. Le RCP a augmenté à 20,8 %.

Le bénéfice net de RBC Assurances est supérieur de 20 % à celui de 2002, grâce à la bonne performance de l'activité de réassurance, aux efforts de compression des coûts dans tous les secteurs et à la progression des affaires en assurance auto et habitation. Le RCP s'est établi à 26,4 %.

Dans le cas de RBC Investissements, le bénéfice net a augmenté de 19 % en 2003, stimulé par l'amélioration des résultats aux États-Unis, les initiatives continues de compression des coûts et l'augmentation du bénéfice des activités canadiennes de courtage autogéré et de gestion d'actifs. Le RCP est s'est établi à 15,1 %.

Le bénéfice net de RBC Marchés des Capitaux est en hausse de 12 % par rapport à 2002, ce qui reflète une diminution considérable de la provision pour pertes sur créances. Le RCP s'est établi à 12,6 %. Nous nous attendons à ce que les rendements des capitaux propres de RBC Marchés des Capitaux et de RBC Investissements continuent d'augmenter à mesure que les marchés financiers se raffermissent.

RBC Services Internationaux a vu son bénéfice net croître de 3 %, la hausse des revenus et la diminution des provisions pour pertes sur créances ayant contrebalancé en 2003 l'augmentation des frais autres que d'intérêt. Le RCP s'est établi à 27,7 %.

Dans l'ensemble, je suis heureux d'annoncer qu'en 2003 nous avons atteint nos objectifs en ce qui concerne le rendement des capitaux propres, la gestion du capital et le ratio de distribution, et que nous les avons dépassés dans le domaine de la qualité du crédit. Toutefois, même si les charges sont restées inchangées en 2003, la croissance des revenus a été freinée par la léthargie des marchés financiers au premier semestre de l'exercice ainsi que par le raffermissement prononcé du dollar canadien par rapport au dollar américain. Notre rendement en fonction des objectifs que nous nous étions fixés pour 2003 est présenté à la page 7 de notre plus récent Rapport annuel, que je vous invite à consulter.

Le cadre réglementaire touchant la présentation et la divulgation des renseignements financiers, ainsi que les contrôles internes qui s'y rapportent, évoluent rapidement depuis l'adoption de la loi américaine Sarbanes-Oxley et l'établissement d'exigences canadiennes équivalentes. Nous répondons activement à ces exigences et avons entrepris d'établir dans l'ensemble du groupe des processus assurant la production des documents exigés et l'évaluation continue des contrôles clés de la présentation des renseignements financiers par la direction. Nous avons en outre créé un processus d'examen interne qui soutient une évaluation faite par le chef de la direction et le chef des finances en ce qui concerne les documents trimestriels et annuels à déposer et les contrôles et procédures de déclaration connexes. Comme il a été démontré précédemment, RBC continue de croire qu'une bonne gouvernance est aussi bonne pour les affaires.

Gord Nixon a évoqué plus tôt nos solides rendements pour les actionnaires dégagés au cours de la période de dix ans qui s'est terminée le 31 octobre 2003. Ces chiffres comprennent les dividendes sur actions ordinaires, qui ont triplé au cours des dix dernières années et que nous avons fait croître de 13 % en 2003. Ce matin, nous avons annoncé une augmentation de notre dividende trimestriel sur les actions ordinaires de 6 cents par action, soit 13 %, à 52 cents, à verser le 21 mai 2004 aux porteurs d'actions ordinaires inscrits le 22 avril 2004.

Le dividende trimestriel sur les actions ordinaires avait été augmenté la dernière fois de 3 cents par action, à 46 cents, au quatrième trimestre de 2003.

Nous avons aussi annoncé une augmentation de l'objectif de ratio de distribution à une fourchette de 40 à 50 pour cent contre 35 à 45 pour cent précédemment, afin d'assurer un revenu sous forme de dividendes encore plus grand à nos actionnaires. Des ratios de capital solides et la forte production interne de capital continue ont facilité cette augmentation de l'objectif.

Premier trimestre de 2004

J'aimerais maintenant attirer votre attention sur les résultats du premier trimestre de 2004, que nous avons publiés plus tôt aujourd'hui.

Le bénéfice net s'est établi à 793 millions de dollars, comparativement à 767 millions de dollars il y a un an. Le bénéfice par action s'est élevé à 1,19 $, en hausse de 8 % par rapport au premier trimestre de l'exercice précédent.

Le RCP est s'est chiffré à 18,1 %, par rapport à notre objectif de 17 à 19 % pour 2004 et au RCP de 16,9 % au premier trimestre du dernier exercice.

Deux facteurs clés ont eu une incidence sur les résultats du premier trimestre :

  • Premièrement, la contre-passation d'une partie de la provision cumulative générale pour pertes sur créances a bonifié le bénéfice net de 97 millions de dollars. Cette opération reflète les changements positifs apportés à la composition de notre portefeuille de prêts, le redressement des tendances de défaut de paiement et de pertes sur créances, l'amélioration de la conjoncture économique et les modifications apportées aux stratégies et processus de souscription et de recouvrement dans nos entreprises.

  • Deuxièmement, le règlement du litige avec Rabobank concernant une opération de swap de 517 millions de dollars américains (820 millions de dollars canadiens), déduction faite d'une réduction connexe des coûts d'indemnisation et des charges fiscales, a amputé le bénéfice net de 74 millions de dollars.

Les résultats de nos divers secteurs d'activité au premier trimestre du présent exercice reflètent une grande qualité du crédit, l'augmentation des revenus tirés des marchés financiers et une solide croissance des volumes de prêts.

Le bénéfice net de RBC Banque s'est élevé à 429 millions de dollars, en hausse de 4 % sur un an, ce qui s'explique principalement par la contre-passation d'une tranche de 49 millions de dollars, après impôt, de la provision cumulative générale pour pertes sur créances, par l'augmentation des volumes de prêts et par la diminution des frais autres que d'intérêt grâce à une gestion efficace des coûts. Le RCP a augmenté à 24,5 %.

RBC Assurances a vu son bénéfice net passer à 61 millions de dollars, soit 13 % de plus qu'au premier trimestre de 2003. Des résultats techniques favorables dans le secteur de la réassurance des biens ont compensé des demandes d'indemnisation défavorables dans la division assurance automobile et habitation. Le RCP s'est établi à 23,9 %.

RBC Investissements a dégagé un bénéfice net de 140 millions de dollars, soit une progression de 35 % sur un an, grâce à l'amélioration des résultats du courtage traditionnel aux
États-Unis et au Canada et des activités de courtage à escompte et de gestion d'actifs au Canada. Le RCP a augmenté à 21,4 %.

Le bénéfice net de RBC Marchés des Capitaux s'est établi à 150 millions de dollars, en hausse de 29 % par rapport à l'année dernière. Ce résultat traduit une réduction de 68 millions de dollars, après impôt, des provisions spécifiques pour pertes sur créances et une contre-passation de 39 millions de dollars à la provision cumulative générale - dans les deux cas, après impôt. Ces éléments ont plus que contrebalancé la charge de 74 millions de dollars, après impôt, liée au règlement du litige avec Rabobank. Le RCP a augmenté à 17,2 %.

RBC Services Internationaux a déclaré un bénéfice net de 57 millions de dollars, en hausse de 19 % sur un an. Ce résultat reflète la contre-passation d'une tranche de 14 millions de dollars de la provision cumulative générale pour pertes sur créances. Le RCP a progressé à 36,6 %.

Les revenus totaux se sont établis à 4,2 milliards de dollars au premier trimestre de 2004, en baisse de 3 % par rapport au premier trimestre de 2003, mais en hausse de 2 % si l'on ne tient pas compte de la baisse de 240 millions de dollars attribuable à l'appréciation du dollar canadien.

Les frais autres que d'intérêt ont augmenté de 9 % par rapport au premier trimestre de l'exercice précédent, en raison surtout des coûts liés au règlement du litige avec Rabobank, de l'augmentation des coûts des prestations de retraite et des avantages postérieurs à la retraite, ainsi que des coûts du régime de rémunération variable.

Passons maintenant à la qualité du portefeuille. Le recouvrement de pertes sur créances s'est élevé à 28 millions de dollars, ce qui comprend des provisions spécifiques de 122 millions de dollars et la contre-passation de 150 millions de dollars d'une tranche de notre provision cumulative générale pour pertes sur créances. Les provisions spécifiques sont en baisse par rapport aux 200 millions de dollars d'il y a un an en raison de la diminution des provisions liées aux prêts aux entreprises et aux gouvernements, qui s'explique par le nombre beaucoup moins grand de nouveaux prêts problématiques et le remboursement ce trimestre de prêts radiés au cours de périodes antérieures.

Les provisions spécifiques attribuées pour pertes sur créances ont représenté 0,22 % des prêts, acceptations et conventions de revente, ce qui est inférieur à notre fourchette cible de 0,35 % à 0,45 %.

Nos ratios de capital sont restés solides. Le ratio du capital de première catégorie était de 9,3 % et celui du capital total, de 12,9 %. Ces pourcentages dépassent nos objectifs à moyen terme, qui sont de 8 à 8,5 % et de 11 à 12 %, respectivement.

Nos actions ordinaires se négociaient à 63,19 $ à la fin du premier trimestre, en hausse de 14 % sur un an. Si l'on tient compte des dividendes réinvestis, les actionnaires ont reçu un rendement total de 18 %.

En conclusion, nous sommes encouragés par la robustesse de nos revenus tirés des marchés financiers, la croissance continue des prêts et l'amélioration de la qualité du crédit.

Pour le reste de 2004, nous sommes déterminés à accélérer la croissance des revenus tout en contenant les coûts. Deux moyens d'y parvenir consistent à offrir une expérience client supérieure et à résoudre rapidement les problèmes de nos clients pour accroître leur fidélité. Pour améliorer la résolution de problèmes, RBC Banque Royale a mis en œuvre un nouveau processus dans toutes ses succursales et tous ses centres de services aux entreprises et centres de services bancaires par téléphone au Canada. Nous cherchons aussi à accroître le nombre d'affaires que nos clients concluent avec nous en créant des solutions sur mesure qui répondent mieux à leurs besoins.

Aux États-Unis, où nos revenus ont chuté à RBC Mortgage, nous mettons en place un certain nombre de mesures pour améliorer le modèle d'entreprise, les procédés de post-marché et les contrôles. Par exemple, RBC Mortgage est en voie d'éliminer l'arriéré qui s'est créé lors de l'intense période de refinancements d'hypothèques l'an dernier, s'efforce de réduire ses coûts et adopte la technologie de montage de prêts de Sterling Capital Mortgage Company, qui est supérieure à la sienne, de même que le modèle d'entreprise de Sterling. RBC Mortgage appliquera également un processus de traitement direct, plus efficient que le système actuel, qui nécessite des interventions manuelles fréquentes.

Enfin, nous redoublons d'attention en ce qui concerne la gestion des coûts. Par exemple, nous misons de plus en plus sur la technologie pour améliorer notre efficience et redéployer les économies afin de mieux servir nos clients.

Je vous remercie de votre attention. Je cède maintenant la parole à Guy Saint-Pierre.

 

Agir
  Communiquez avec un membre de l'équipe des Relations avec les médias


Actualités
  Repli de l'Indice PMIMC RBC à signale une croissance soutenue de la production en février (14.03.03)
  RBC est à la recherche d'artistes émergents pour son seizième Concours de peintures canadiennes (14.02.21)
  La Banque Royale du Canada annonce les résultats de l'exercice des droits de conversion des actions privilégiées de premier rang à dividendes non cumulatifs et à taux rajusté de cinq ans de série AJ et AL (14.02.14)
  plus >>


Autres liens
  Rapports trimestriels
  RBC en bref
  RBC Bulletin
  Á propos de RBC


  Rapports spéciaux
 
  L'indice RBC des directeurs d'achats de l'industrie manufacturière canadienne
 
01/03/2007 14:49:02