RBC
image RBC.com | Recherche | Carte du Site | Nous joindre | Conditions d'utilisation | English
Autres sites de RBC:
image Banque Investissements Marchés des Capitaux
» Profil de l'entreprise
» Gouvernance d'entreprise
» Histoire
» Relations avec
les investisseurs
Salle de presse
 Communiqués
 Info-Articles
 Présentation des membres de la Haute direction
 Discours
  Diversité
 Actualités RBC
 L'Indice PMI RBC
 L'Indice PCC RBC
 Rapports spéciaux
 Multimédia
 Calendrier des activités
» Économie
» Publications
» Collectivités et durabilité
» Carrières
» Diversité
» Devenir un fournisseur
» Porter plainte

Discours

 

Aperçu des résultats financiers 2001 et premier trimestre de 2002

Format standard pour imprimante

Peter W. Currie
Membre du Directoire et chef des finances
Banque Royale du Canada
133e assemblée annuelle
Banque Royale du Canada

Toronto (Ontario)

22 février 2002

Merci, Gord. Bonjour Mesdames et Messieurs.

Je vous présenterai brièvement ce matin les résultats financiers de notre société pour 2001 et pour le premier trimestre de 2002, préparés conformément aux principes comptables généralement reconnus des États-Unis (PCGR des États-Unis).

Comme Gord Nixon vient de le dire, malgré d'importantes difficultés l'an dernier, nous avons produit des résultats solides. Le bénéfice net a atteint un niveau record de 2,4 milliards de dollars, en hausse de 10 % par rapport à 2000, alors que le bénéfice par action s'est établi à 3,55 $, en hausse de 4 %.

Le bénéfice net de base selon la comptabilité de caisse s'est élevé à 2,5 milliards de dollars, également en hausse de 10 % par rapport à 2000, alors que le bénéfice par action de base, toujours selon la comptabilité de caisse, a atteint 3,68 $, également 4 % de plus qu'en 2000. Les chiffres des résultats de base selon la comptabilité de caisse excluent l'incidence d'éléments exceptionnels et les coûts liés à l'amortissement de l'écart d'acquisition et d'autres éléments incorporels, ce qui rend nos résultats plus comparables à ceux de certains concurrents canadiens et américains. En 2001, des éléments exceptionnels d'un total de 204 millions de dollars après impôts comprenaient essentiellement des plus-values sur la vente d'entreprises non stratégiques et les coûts se rapportant à la restructuration de notre secteur de services bancaires de détail aux États-Unis. Il n'y avait pas d'éléments exceptionnels en 2000.

Le rendement des capitaux propres attribuables aux actionnaires ordinaires a atteint 16,6 % et son équivalent de base selon la comptabilité de caisse, 17,1 %.

Nous avons un groupe diversifié d'activités, ce qui nous a permis de dégager de bons résultats en 2001 malgré le revers de conjoncture. Les résultats solides des secteurs Services aux particuliers et aux entreprises, Assurance et Traitement des opérations, qui ensemble représentaient près de 70 % du bénéfice net de base selon la comptabilité de caisse, ont compensé les répercussions de la mauvaise tenue des marchés financiers sur nos secteurs Gestion de patrimoine et Grande entreprise et marchés des capitaux.

Mes explications concernant les résultats sectoriels de l'an dernier se rapporteront entièrement aux chiffres de base établis selon la comptabilité de caisse.

Le bénéfice net des Services aux particuliers et aux entreprises était en hausse de 24 % par rapport à 2000, traduisant en partie l'apport de RBC Centura. Le rendement des capitaux propres, ou RCP, s'est établi à 20 %.

Le bénéfice net du secteur Assurance a augmenté de 83 % l'an dernier, traduisant l'ajout de RBC Liberty Insurance et les solides performances des secteurs d'assurance vie, crédit et voyages canadiens. Le RCP pour ce secteur ressort à 21,9 % et traduit l'augmentation des capitaux propres attribuables aux actionnaires ordinaires consacrés à ce segment en 2001.

La Gestion de patrimoine a connu une année difficile en raison des conditions défavorables du marché des capitaux. Ses résultats traduisaient aussi les coûts associés à l'acquisition de RBC Dain Rauscher. Le bénéfice net s'est élevé à 352 millions de dollars en 2001. Le RCP s'est établi à 18,4 %, traduisant l'augmentation du capital attribué à ce secteur en 2001.

Les résultats du secteur Grande entreprise et marchés des capitaux ont aussi été affectés par la mauvaise tenue des marchés financiers et les coûts liés à l'acquisition de Dain Rauscher Wessels. Le bénéfice net s'est élevé à 417 millions de dollars. Le RCP est ressorti à 11,8 %, traduisant l'augmentation des capitaux propres attribuables aux actionnaires ordinaires consacrés à ce segment l'an dernier.

Notre secteur Traitement des opérations a continué d'afficher une croissance, son bénéfice net étant en hausse de 7 %. Le RCP s'est élevé à 31,1 % en 2001.

Dans l'ensemble, nous avons atteint bon nombre de nos objectifs ambitieux du dernier exercice, particulièrement en matière de croissance des revenus et de gestion du capital. De plus, si on exclut les acquisitions, nous avons réussi à atteindre notre objectif de croissance des charges. Une comparaison de nos résultats aux objectifs de 2001 est présentée à la page 6 du rapport annuel du dernier exercice et je vous invite à la consulter.

Gord Nixon a évoqué les solides rendements pour les actionnaires dégagés au cours des cinq années terminées le 31 octobre 2001. Ces chiffres comprenaient les dividendes des actions ordinaires. Entre la fin de 1999 et 2001, nous avons augmenté les dividendes à quatre reprises, ce qui représentait une hausse de 50 % sur cette période. En 2001, nous avons relevé les dividendes deux fois, de 20 % en tout, et comme nous vous l'avons annoncé ce matin, notre dividende sera augmenté encore de 0,02 $ soit 6 % au deuxième trimestre.

Premier trimestre 2002

J'aimerais maintenant prendre quelques minutes pour parler de nos très solides résultats au premier trimestre de 2002, qui ont été publiés ce matin. Les résultats de ce trimestre traduisent l'adoption de nouvelles normes comptables au Canada et aux États-Unis en vertu desquelles l'écart d'acquisition n'est plus amorti. Par conséquent, je ne parlerai plus de résultats selon la comptabilité de caisse puisque la nouvelle norme produit des résultats comptables très proches de ces derniers. Nous pensons que cela simplifie notre information financière.

Le bénéfice net du premier trimestre s'est établi au niveau record de 734 millions de dollars, comparativement à 695 millions de dollars il y a un an. Les résultats de l'an dernier comprenaient un gain après impôt de 111 millions de dollars provenant d'éléments exceptionnels, qui découlaient principalement de la vente d'activités non stratégiques et de la formation d'une coentreprise pour le traitement des cartes de crédit. Le bénéfice par action après dilution s'est élevé à 1,04 $, comparativement à 1,08 $ il y a un an, ce qui comprenait 0,17 $ de gains provenant de ces éléments exceptionnels.

Sans les éléments exceptionnels au premier trimestre du dernier exercice, le bénéfice net aurait été supérieur de 26 %. Le bénéfice par action ordinaire après dilution était plus élevé de 14 % qu'il y a un an, comparativement à notre objectif de croissance pour 2002 de 5 % à 10 %.

La forte croissance traduit une importante augmentation du bénéfice net provenant de nos récentes acquisitions aux États-Unis, principalement l'achat de Centura Banks en juin l'an dernier. Elle reflète aussi la rigueur de notre gestion des coûts, comme je vous l'expliquerai dans un instant.

Le rendement du capital ordinaire était de 17,1 %, ce qui correspond à la fourchette cible de 17 à 19 % pour cette année. Il y a un an, ce même rendement était de 21,9 % et, compte non tenu des éléments exceptionnels, il était ressorti à 18,3 %.

Nos secteurs d'exploitation ont maintenu leurs solides résultats au premier trimestre et les explications qui suivent ne tiennent pas compte d'éléments exceptionnels du premier trimestre du dernier exercice.

Les Services aux particuliers et aux entreprises ont dégagé un bénéfice net de 389 millions de dollars, en hausse de 37 %. Le RCP est ressorti à 18,8 %, comparativement à 20,9 % il y a un an.

Le bénéfice du secteur Assurance s'est élevé à 42 millions de dollars, en hausse de 8 % par rapport à un an plus tôt. Le RCP était de 23,0 %, en augmentation de 22,4 %.

Le bénéfice net de la Gestion de patrimoine est ressorti à 88 millions de dollars, en baisse par rapport aux 99 millions de dollars du premier trimestre de l'an dernier en raison de charges liées au régime de stabilité du personnel dans le cadre de nos acquisitions de Dain Rauscher Corp. et de Tucker Anthony Sutro. Ces charges devraient diminuer à partir du prochain trimestre. Le RCP a été de 11,1 %, traduisant la diminution des bénéfices et l'augmentation du capital moyen attribué à la Gestion de patrimoine ce trimestre-ci, comparativement à l'an dernier.

Le secteur Grande entreprise et marchés des capitaux a déclaré un bénéfice net de 146 millions de dollars, pratiquement identique à l'an dernier. Son RCP est ressorti à 13,7 %, traduisant une augmentation du capital ordinaire moyen consacré à ce secteur ce trimestre-ci, comparativement à un an plus tôt.

Le bénéfice du secteur Traitement des opérations s'est élevé à 40 millions de dollars, comparativement à 46 millions de dollars au premier trimestre de l'an dernier. Son RCP s'est élevé à 25,7 % ce trimestre.

Nos revenus totaux étaient en hausse de 22 % par rapport au même trimestre l'an dernier, dépassant notre objectif de croissance de 2002 de 7 % à 10 %.

Les charges d'exploitation, qui ne tiennent pas compte d'éléments exceptionnels, des coûts des droits à la plus-value des actions et de certaines charges liées aux acquisitions telles que le régime de stabilité du personnel étaient en hausse de 19 %, moins que les 22 % d'augmentation des revenus d'exploitation. Cela concordait avec notre objectif.

Compte non tenu de nos acquisitions récentes aux États-Unis, les charges d'exploitation ont baissé de 7 % alors que les revenus d'exploitation ont augmenté de 1 %.

Le fait que nous ayons réussi à atteindre nos objectifs de revenus, de charges, de croissance des bénéfices et de RCP démontre notre engagement continu à gérer les coûts.

Nos résultats dans le domaine de la qualité du portefeuille sont aussi conformes à l'objectif. Les provisions spécifiques pour pertes sur créances au premier trimestre de cette année étaient de 0,55 % des prêts et acceptations bancaires, conformément à notre fourchette cible de 45 à 55 points de base.

La Banque a maintenu de solides ratios de capital au cours du dernier trimestre. Le ratio du capital de première catégorie était de 8,8 % et le ratio du capital total de 12,3 %. Nous avons aussi atteint nos objectifs en matière d'évaluation, nous classant dans le quartile supérieure des banques canadiennes à la fois par le ratio du cours à la valeur comptable et celui du cours aux estimations de bénéfice des analystes pour 2002.

En conclusion, nos résultats du premier trimestre de 2002 sont conformes à nos objectifs. Nous restons concentrés sur la production de rendements solides par l'amélioration de notre structure de coûts, la recherche de possibilités de croissance des revenus rentables et la surveillance rigoureuse de notre profil de risque. Nous restons déterminés à être la première société de services financiers au Canada tout en réalisant une expansion sélective et rentable aux États-Unis.

Merci de votre attention.

 

Agir
  Communiquez avec un membre de l'équipe des Relations avec les médias


Actualités
  Repli de l'Indice PMIMC RBC à signale une croissance soutenue de la production en février (14.03.03)
  RBC est à la recherche d'artistes émergents pour son seizième Concours de peintures canadiennes (14.02.21)
  La Banque Royale du Canada annonce les résultats de l'exercice des droits de conversion des actions privilégiées de premier rang à dividendes non cumulatifs et à taux rajusté de cinq ans de série AJ et AL (14.02.14)
  plus >>


Autres liens
  Rapports trimestriels
  RBC en bref
  RBC Bulletin
  Á propos de RBC


  Rapports spéciaux
 
  L'indice RBC des directeurs d'achats de l'industrie manufacturière canadienne
 
10/06/2006 10:05:51