Sauter la barre de navigation du haut

Sauter le chemin de navigation  
À propos de RBC > Histoire > Survol des réalisations importantes > Les femmes à la Banque Royale

Les femmes à la Banque Royale

 
1902 La première femme employée par la Banque Royale est probablement Jennie Moore, embauchée comme secrétaire à Vancouver, en Colombie-Britannique.
1917 La première femme employée aux écritures entre au service de la Banque Royale à la succursale principale de Bridgetown, à la Barbade.
1947 Plus de 50 % des employés de la Banque Royale sont des femmes.
1963 Le régime de retraite de la Banque Royale est modifié afin d’y inclure les femmes.
1968 Georgette St-Cyr est la première femme nommée directrice de succursale par la Banque Royale (succursale de la Place Longueuil, région de Montréal, Québec).
1974 Tous les avantages sociaux de la Banque sont accordés équitablement aux employés, hommes et femmes.
  La Banque Royale met en œuvre une politique sur les congés de maternité.
1976 Mitzi Dobrin est la première femme nommée au Conseil d’administration de la Banque Royale.
  Millie Vasquez est la première femme à être mutée à l’étranger par la Banque Royale (à Bogotá, en Colombie).
1977 Rowland Frazee, chef de la direction de l’époque, met sur pied le Groupe de travail sur le statut de la femme pour répondre aux préoccupations des employées de la Banque. Les recommandations du Groupe de travail ayant trait à la mobilité, à la formation et à l’évaluation des possibilités de carrière pour les femmes demeurent au cœur des politiques actuelles dans ce domaine.
1979 Suzanne Labarge est la première femme nommée à la haute direction de la Banque Royale.
  La Banque Royale établit un programme d’équité en emploi, le premier en son genre dans une banque canadienne.
1982 Établissement d’objectifs en matière de recrutement, de formation et d’avancement des femmes.
1987 Le premier sondage sur l’équité en emploi de la Banque Royale est mené pour évaluer la représentation au sein de notre effectif des quatre groupes désignés au Canada, dont les femmes.
1988 Le pourcentage d’employ√©s de la Banque Royale qui sont des femmes atteint 75 % au Canada.
1994 Lancement de l’initiative de sensibilisation Supprimer l’écart entre les sexes pour améliorer l’efficacité avec laquelle les différences liées au sexe sont traitées, de même que le respect de ces mêmes différences.
1999 Suzanne Labarge devient la première vice-présidente du Conseil d’administration de la Banque Royale.
2004 Janice Fukakusa est nommée chef des finances de la Banque Royale. Elle est la première femme à occuper ce poste.
2006 La Banque Royale commandite, avec Catalyst Canada, une étude ayant pour objet de suivre l’évolution de la présence des femmes dans le secteur des marchés de capitaux.
2008 Le pourcentage des femmes occupant un poste de direction à la Banque Royale (au Canada) atteint son niveau le plus élevé à ce jour, soit 39 %.
2010 La Banque Royale reçoit le prestigieux prix Catalyst, prix mondial décerné chaque année à des entreprises qui se sont illustrées pour leur excellent travail en faveur de l’avancement des femmes et des minorités.
  La Banque Royale établit la première section du réseau RWomen à Toronto, en Ontario ; d’autres sections seront ensuite créées à New York (2011) et à Londres, en Angleterre (2012). Le réseau RWomen est un forum de réseautage dirigé par des employées, qui vise à favoriser le perfectionnement et les aspirations professionnelles des femmes qui travaillent à la Banque Royale.
2011 Heather Munroe-Blum, principale et vice-chancelière (rectrice) de l’Université McGill, à Montréal, et Bridget van Kralingen, directrice générale, Amérique du Nord d’IBM Corporation, à New York, sont nommées au Conseil d’administration, ce qui fait passer à cinq le nombre de femmes siégeant au Conseil, qui compte 16 membres.
2012 La Banque Royale paraphe l’entente Catalyst, qui vise à accroître à 25 % d’ici 2017 la présence des femmes au sein des conseils d’administration du secteur privé au Canada.