Sauter la barre de navigation du haut

Sauter le chemin de navigation  
À propos de RBC > Histoire > Survol des réalisations importantes > Affaires internationales à l’extérieur de l’Amérique du Nord

Affaires internationales à l’extérieur de l’Amérique du Nord

La présence variable de la Banque Royale dans différents marchés du monde au fil du temps reflète la stratégie de croissance de l’entreprise, qui varie en fonction du climat économique et politique de l’époque.

 
1882La Banque Royale ouvre sa première institution internationale (succursale) à Hamilton, aux Bermudes. Cette succursale est ensuite vendue à la Bank of Bermuda en 1889.
1899Une succursale est établie à La Havane, à Cuba, ce qui donne le ton à l’expansion constante de la Banque Royale dans les Antilles et en Amérique latine. En 1925, la société possède 121 succursales dans ces régions.
 Une agence est ouverte à New York ; elle servira d’intermédiaire financier pour l’expansion de la Banque Royale à Cuba et pour le commerce du sucre entre Cuba et les États-Unis. L’agence donne également accès à un marché monétaire intéressant et à la possibilité d’investir les réserves de liquidités de la Banque de manière rentable.
1907Dominion valeurs mobilières ouvre son bureau de Londres, dirigé par Edward R. Peacock. Plus tard, M. Peacock offrira des services financiers à la famille royale britannique, à la suite de quoi il sera nommé chevalier par le roi George V en 1934.
 La Banque Royale ouvre sa première succursale à Puerto Rico (San Juan) pour participer au financement du commerce du sucre entre les États-Unis et Puerto Rico.
1908La succursale de Nassau est ouverte en novembre ; avec l’acquisition de la Bank of Nassau, en 1917, les affaires de la Banque Royale prennent une expansion considérable. Jusqu’en 1947, la Banque Royale est la seule banque exerçant des activités aux Bahamas.
1910À son ouverture, en 1910, la succursale de la Banque Royale à Londres, en Angleterre, est la première succursale de la Banque à l’extérieur de l’Amérique du Nord ou des Antilles. La succursale, au début, fonctionne principalement à titre de correspondant à Londres, mais elle développe rapidement et avec succès ses propres affaires. Les succursales de Londres, en Angleterre, de Barcelone, en Espagne (1918) et de Paris, en France (1919), servent également à consolider l’autre extrémité du financement du commerce international et des opérations de change avec les Antilles, l’Amérique centrale et l’Amérique du Sud.
 La Banque Royale fait l’acquisition de la Union Bank of Halifax (UBH), ce qui accroît l’ampleur de ses activités commerciales à Puerto Rico (San Juan, 1906, et Ponce, 1907) et lui permet d’établir une première succursale à Trinité (Port d’Espagne, 1902). Fondée en 1856, la Union Bank a été la première banque canadienne à exercer des activités à Puerto Rico après l’occupation américaine de 1898.
1911-1917Le réseau de la Banque Royale dans les Antilles est pratiquement complété avant la fin de la Première Guerre mondiale. Des succursales sont ouvertes en Jamaïque et à la Barbade (1911), en République dominicaine (1912), à la Grenade (1913), à Antigua, à la Dominique et à Saint-Kitts (1915), ainsi qu’à Nevis, à Montserrat et à Tobago (1917).
 Pendant cette période, la Banque Royale ouvre également ses premières succursales en Amérique centrale et en Amérique du Sud, soit au Honduras britannique, aujourd’hui le Belize (1912), en Guyane britannique, aujourd’hui le Guyana (1913), au Costa Rica (1915) et au Venezuela (1916).
1919-1920La Banque Royale ouvre une succursale à Vladivostok, en Russie, pour répondre aux besoins bancaires des commerçants canadiens résidents, ainsi que du Corps expéditionnaire canadien et des troupes britanniques qui y sont basés. Les affaires ne réaliseront jamais le potentiel attendu, et après le retrait des troupes canadiennes et britanniques de la Sibérie, la succursale est forcée de fermer en octobre 1919.
 La poursuite de l’expansion dans les Antilles et en Amérique du Sud suscite l’ouverture de succursales en Haïti, en Guadeloupe, en Martinique, en Argentine, au Brésil et en Uruguay en 1919, puis à Sainte-Lucie et en Colombie un an plus tard.
1925La Banque Royale fait l’acquisition de la Bank of Central and South America, dont les filiales permettent à la Banque Royale de renforcer son réseau de succursales en Colombie, au Costa Rica et au Venezuela, et de faire son entrée au Pérou au moyen de quatre succursales.
1929 Deux succursales sont ouvertes au Panama, mais ferment leurs portes au bout d’une décennie en raison de modifications apportées aux lois bancaires panaméennes.
  Le Trust Royal ouvre son bureau à Londres, en Angleterre.
1929-1933Le réseau des succursales de la Banque Royale à l’étranger perd un peu plus de 25 % de sa taille de 1929 à 1933 en raison de la conjoncture économique mondiale défavorable.
1940À l’extérieur du Canada, la Banque Royale possède 65 unités administratives dans 15 pays.
1954 La Banque Royale et la Banque de Chine deviennent correspondants bancaires ; il s’agit de la première entente de ce genre entre la République populaire de Chine et une banque nord-américaine. La Banque demeure purement un correspondant bancaire jusqu’en 1981, lorsqu’elle ouvre un bureau de représentation à Beijing (elle est la première banque canadienne à le faire).
1956 La Banque Royale retourne en Russie de façon non officielle, à un moment où les Occidentaux voyagent rarement en Europe de l’Est. Bien que sa visite soit annoncée comme un voyage personnel pour s’entretenir avec le ministre soviétique des Finances et le chef de la banque centrale du pays, le président du conseil d’administration de la Banque Royale, James Muir, aborde en toute franchise le potentiel de ce pays qui connaît une expansion rapide. La visite de M. Muir précède toute visite semblable d’un ministre canadien des Affaires extérieures, et ses commentaires contribuent à changer l’opinion canadienne à l’égard de l’Union soviétique, favorisant le rapprochement entre l’Est et l’Ouest.
1958 Le voyage de James Muir en Chine crée un autre précédent. Pour favoriser le financement du commerce international, la Banque Royale ouvre un bureau de représentation à Hong Kong, ce qui en fait la première banque canadienne représentée en Asie. Ce bureau devient une succursale en 1978, mais ferme ses portes en 1999 à la suite d’une restructuration des activités de la Banque dans certains marchés asiatiques.
1959 La Banque Royale ouvre une succursale à Kingstown, à Saint-Vincent-et-les Grenadines ; celle-ci demeure ouverte jusqu’en 1985.
1960 De 1951 au début des années 1960, le réseau de succursales à l’étranger de la Banque Royale passe de 61 à 101 succursales ; cette croissance est principalement attribuable à l’expansion modérée de la Banque à Cuba et en Amérique du Sud.
 En décembre, la Banque Royale vend son actif cubain à la Banco Nacional de Cuba ; le nombre de succursales non canadiennes tombe alors à 77.
1964 La Banque Royale ouvre sa succursale de George Town, aux îles Caïmans.
1965Les succursales de la Guadeloupe et de la Martinique sont rouvertes, après avoir été fermées en 1940 à la suite de la défaite française pendant la Seconde Guerre mondiale. Les deux succursales demeurent ouvertes jusqu’en 1979 et en 1980, respectivement.
1966 La Banque Royale acquiert une modeste participation à titre d’actionnaire de la Banque des activités économiques de Beyrouth, au Liban. Un an plus tard, un représentant résident est désigné, et le statut de succursale est obtenu en 1970. La succursale ferme ses portes en 1988.
1969 La Banque Royale ouvre un bureau de représentation à Francfort, en Allemagne de l’Ouest. Le bureau ferme ses portes en 1983.
1970 À l’extérieur du Canada, la Banque Royale possède 125 unités administratives dans plus de 30 pays.
 Orion Bank Ltd., dont le siège social est à Londres, en Angleterre, est créée et offre trois types de services : services de banque d’affaires pour l’évaluation du crédit international et les prêts consortiaux, europrêts à moyen terme et services de gestion.
 Un bureau de représentation est ouvert à Tokyo, au Japon. Ce bureau devient une succursale en 1981.
 La Banque Royale établit une première présence en Australie par l’intermédiaire d’une filiale à 100 %, RoyAust Limited (qui deviendra plus tard RBC Australia Limited), banque d’affaires et courtier du marché monétaire. En mars 1986, cette société est absorbée par la National Mutual Royal Bank Limited.
1972La Royal Bank of Trinidad and Tobago est constituée en société et acquiert la totalité de l’actif et du passif de la Banque Royale à Trinité-et-Tobago. La Banque Royale vend ses avoirs à des sociétés locales en 1987.
1974 L’Equator Bank Limited, formée à titre de coentreprise de services de banque d’affaires, constitue la première participation directe du genre d’un établissement bancaire canadien en Afrique indépendante. Cette coentreprise favorise l’expansion économique des nations africaines en leur donnant accès à des sources de fonds extraterritoriales.
 La Banque Royale acquiert une participation de 30 % dans une banque locale des Philippines, qui est renommée Traders Royal Bank, Manila. Ces parts sont vendues en 1976.
 La Banque Royale ouvre un bureau de représentation à Dubaï, aux Émirats arabes unis. En 1977, ce bureau devient une succursale.
1975 Un bureau de représentation est ouvert à Sydney, en Australie. Le bureau est fermé en 1985, lorsque la National Mutual Royal Bank est établie en Australie.
 La Banque Royale ouvre à Singapour une succursale qui comporte une unité ACU. Cette succursale offre des services aux non-résidents qui souhaitent négocier dans le marché des asiadollars.
1978 La Banque Royale ouvre un bureau de représentation à Séoul, en Corée ; celle-ci devient une succursale en 1982.
1979 La Banque Royale ouvre des bureaux de représentation dans la ville de Mexico, au Mexique, et au Caire, en Égypte. Le bureau égyptien ferme ses portes dix ans plus tard.
  La Banque Royale fait l’acquisition de Western Trust & Savings Ltd., dont le siège social se trouve à Plymouth, en Angleterre, ce qui permet à la Banque Royale d’établir ses premières activités bancaires de détail au Royaume-Uni. La Western Trust & Savings Bank est ensuite vendue en 1987.
1980 À l’extérieur du Canada, la Banque Royale possède plus de 200 unités administratives dans 45 pays.
 La Banque Royale fait l’acquisition de la Banco de San Juan, à Puerto Rico ; en 1985, elle la renomme Royal Bank de Puerto Rico. Fondée en 1928, la Banco de San Juan est classée au 10e rang des 16 banques de dépôt de Puerto Rico.
1981 La Banque Royale ouvre une succursale à Bangkok, en Thaïlande (fermée en 1986), ainsi que des bureaux de représentation à Madrid, en Espagne (qui devient une succursale en 1987), et à Beijing, en Chine. L’ouverture d’un bureau à Beijing constitue la toute première représentation d’une banque canadienne dans la République populaire de Chine. Le bureau de Beijing devient une succursale en 2006.
1983 La Banque Royale ouvre une succursale à Taipei, à Taïwan. La succursale ferme ses portes en 1999 à la suite d’une restructuration des activités de la Banque dans certains marchés asiatiques.
1984 La Banque Royale vend ses activités du Guyana au gouvernement du pays.
1985 La Banque Royale vend ses activités bancaires en République dominicaine, à Saint-Vincent-et-les Grenadines et en Jamaïque.
 La Banque Royale ouvre un bureau de représentation à Milan, en Italie. Le bureau ferme ses portes en 1992.
1986 La Banque Royale ouvre un bureau de représentation à New Delhi, en Inde. Le bureau ferme ses portes en 1988.
 La Banque Royale vend ses activités en Haïti à la Société Générale Haïtienne de Banque S.A. (Sogebank), une société de banque locale.
1987 Les activités de la Banque Royale au Belize sont vendues à la Belize Bank of Commerce and Industry.
 La succursale de la Banque Royale au Panama est fermée dans le cadre de la rationalisation des activités de la Banque en Amérique latine et dans les Antilles.
1988 La Banque Royale est la première banque canadienne à ouvrir un bureau de représentation à Shanghai, en Chine. Ce bureau devient une succursale en 1993. La succursale ferme ses portes en 1999 à la suite d’une restructuration des activités de la Banque dans certains marchés asiatiques.
 La Banque Royale ouvre à nouveau un bureau de représentation à Sydney, en Australie. Ce bureau devient une succursale en 1997.
1990 À l’extérieur du Canada, la Banque Royale possède plus de 125 unités administratives dans 32 pays.
1993 La Banque Royale vend sa filiale Royal Bank de Puerto Rico à la Banco Bilbao Vizcaya, Puerto Rico. La Banque Royale conserve une succursale traditionnelle à Hato Rey.
 La Royal Bank of Canada (Brasil) est vendue à la Banco Portuguese do Atlantico S.A. ; la Banque Royale conserve un bureau de représentation à São Paulo.
 La Banque Royale du Canada et le Trust Royal, qu’elle a récemment acquis, restructurent et fusionnent leurs activités à Hong Kong, à Singapour et à Taipei.
1994 Le Trust Royal ouvre un bureau aux Bermudes ; il s’agit de la seule institution financière canadienne à y être présente.
1995 La Banque Royale ouvre son premier bureau de représentation au Chili (Santiago). Le bureau ferme ses portes en 2002.
1996 La Banque Royale et RBC Dominion valeurs mobilières intègrent plusieurs fonctions de négociation clés sous l’enseigne Marchés mondiaux de RBC DVM. Cette unité de négociation est exploitée à partir de 20 endroits, dont Londres, New York, Singapour, Montréal et une nouvelle salle des marchés de pointe à Toronto.
1997 En octobre, la Banque Royale ouvre un bureau de représentation à Bogota, en Colombie. Le bureau ferme ses portes en 1999.
 La Banque Royale est la seule banque internationale à rester sur place pour servir les résidents de l’île de Montserrat, dévastée par l’éruption d’un volcan.
1998 RBC Dominion valeurs mobilières Inc. (RBC DVM) ouvre à Nassau, aux Bahamas, à Bridgetown, à la Barbade, et à Providenciales (îles Turks et Caicos). RBC DVM est aux îles Caïmans depuis dix ans, anciennement sous le nom de Richardson Greenshields. À la Barbade, la société est le seul courtier de plein exercice sur l’île.
 RBC Dominion valeurs mobilières Inc. fait l’acquisition des activités de négociation des obligations de la Hambros Bank Limited auprès de la Société générale.
 La Banque Royale annonce une entente visant l’acquisition des services fiduciaires extraterritoriaux aux entreprises et institutions européennes du groupe Coutts, division de gestion privée internationale du groupe NatWest.
 Le Trust Royal ouvre des bureaux de gestion privée globale au Chili et en Colombie.
1999 Dans le cadre d’une restructuration générale des activités, la Banque Royale ferme des bureaux en Asie et en Amérique latine. Ces fermetures touchent notamment des bureaux à Shanghai, à Hong Kong, à Taïwan, en Thaïlande, en Argentine, au Brésil, en Colombie et au Venezuela.
 La Banque Royale vend l’actif et le passif de sa succursale de Puerto Rico à FirstBank Puerto Rico.
 La Banque Royale fait l’acquisition des services fiduciaires pour clientèle privée d’Ernst & Young à Guernesey, dans les îles Anglo-Normandes. L’opération comprend l’achat de deux sociétés, soit The Monument Trust Company Limited et Bridgewater Administration Limited.
2000 La Banque Royale ajoute l’expansion nord-américaine à ses priorités stratégiques. Le réseau international de la Banque compte 300 bureaux dans plus de 30 pays.
 La Banque Royale devient l’une des plus importantes sociétés de fiducie internationales des îles Anglo-Normandes à la suite de l’acquisition, en janvier, d’Ernst & Young Trust Company (Jersey) Limited.
2001La Banque Royale fait l’acquisition de Perpetual Fund Services (PFS), division de services de garde de titres, d’administration des placements et d’enregistrement des parts de la société australienne cotée en bourse Perpetual Trustees Australia Limited. Ces activités, exploitées sous l’entité juridique RBC Global Services Australia Pty Limited, sont connues en Australie sous le nom RBC Global Services.
2002 RBC Gestion privée globale ouvre une succursale au Brunei Darussalam.
2004 RBC Gestion privée globale ouvre des bureaux à Madrid, en Espagne, et à Istanbul, en Turquie.
2005 RBC Securities Australia Pty Ltd., filiale de RBC Marchés des Capitaux, devient un participant à la Bourse de l’Australie (ASX), ce qui fait de la Banque Royale du Canada la seule banque canadienne membre.
 La Banque Royale fait l’acquisition d’Abacus Financial Services Group Limited, ce qui renforce considérablement les opérations de gestion privée globale de la Banque dans les îles Britanniques, marché important sur le plan stratégique, et accroît sa présence en Europe.
 RBC Gestion privée globale prend de l’expansion dans la région des Amériques en ouvrant des bureaux de représentation à Porto Alegre, au Brésil, et à San Francisco, de même qu’en créant le Groupe Clientèle internationale, qui regroupe 25 spécialistes en services de gestion privée et de placement situés à Vancouver, en Colombie-Britannique.
2006 La Compagnie d’assurance vie RBC ouvre un bureau de représentation à Beijing, en Chine.
 La Banque Royale et Dexia regroupent leurs divisions de services aux investisseurs institutionnels sous une coentreprise à parité nommée RBC Dexia Investor Services (RBC Dexia IS).
2008 La Banque Royale fait l’acquisition de RBTT Financial Group ; le regroupement des activités bancaires de détail se traduit par la création de l’un des plus grands réseaux bancaires des Antilles, qui affiche une présence dans 18 pays et territoires dans l’ensemble de la région.
 RBC Gestion de patrimoine ouvre un nouveau bureau conjoint avec Marchés des capitaux à Mumbai, en Inde, ainsi qu’un bureau à Santiago, au Chili.
2009 La Banque Royale fait l’acquisition de Mourant Private Wealth, entreprise internationale de services fiduciaires pour clientèle privée primée à plusieurs reprises, qui exerce des activités à Jersey, à Dubaï et aux îles Caïmans, ce qui fait de RBC Gestion de patrimoine l’un des plus gros employeurs du secteur des services financiers sur ce territoire.
 La Banque Royale établit son siège social antillais à Port-d’Espagne, à Trinité-et-Tobago, pour en faire le centre du réseau bancaire de la Banque dans les Antilles.
2010 RBC Dexia IS fait l’acquisition des activités de banque dépositaire de l’Unione di Banche Italiane S.c.p.A., ce qui place RBC Dexia IS au deuxième rang des sociétés d’administration de fonds tiers et au cinquième rang des banques dépositaires dans le marché italien.
 La Banque Royale fait l’acquisition de la société londonienne BlueBay Asset Management, ce qui ajoute plus de 200 employés et environ 40 milliards de dollars américains d’actifs sous gestion à la division RBC Gestion mondiale d’actifs.
2012 La Banque Royale fait l’acquisition des activités de banque privée de Coutts, division de gestion de patrimoine de la Royal Bank of Scotland Group, en Amérique latine, dans les Antilles et en Afrique.
 La Banque Royale fait l’acquisition de l’autre moitié de la coentreprise avec RBC Dexia. À la suite de cette opération, la Banque Royale devient l’unique propriétaire de RBC Dexia, qui est renommée RBC Services aux investisseurs et se joint à la division RBC Services aux investisseurs et de trésorerie. Dorénavant, les bureaux de services aux investisseurs des pays suivants font officiellement partie de la division RBC Services aux investisseurs et de trésorerie : Luxembourg, France, Italie, Espagne, Belgique, Suisse, Dubaï, Malaisie, Hong Kong et Singapour.